C’est une affaire qui embarrasse un peu le nouveau patron de PSA, Carlos Tavarès qui est en début de mandat. Les employés de l’usine PSA à Valenciennes ont reçu leurs primes de participation 2013 et elles vont de 40 centimes à 18 euros, autant dire une misère pour les 2200 salariés de ce site qui produit des boites de vitesses pour tout le groupe. 

PSA Valenciennes

Ces micro primes participatives, bien loin de celles versées par certains constructeurs étrangers,  sont obligatoires puisque prévues par la loi française pour les entreprises de plus de cinquante salariés. Elles sont indexées sur le bénéfice de l’entreprise et comme chez PSA Valenciennes, les profits ont été faibles l’an passé, les primes versées le sont tout autant.

Ces primes arrivent seulement quelques jours après la révélation du salaire du nouveau numéro un de PSA Peugeot Citroën, Carlos Tavares qui va, selon le document de référence du groupe publié il y a quelques jours, toucher un salaire annuel brut de 1.3 million d’euros par an auxquels va s’ajouter une part variable… Tout cela fait un peu désordre. 

Cédric Brun, secrétaire de la CGT PSA Valenciennes explique que des salariés du site viennent de lancer l’idée de reverser cette prime de participation aux Restos du Coeur. Mais devant la faiblesse du montant perçu, certains font remarquer que cette prime de quarante centimes, ce n’est même pas le prix du timbre sur l’enveloppe qu’ils ont reçu pour être averti de l’affaire ! 

A ce jour, en début de collecte, ce sont plusieurs centaines de salariés PSA qui ont envoyé un chèque aux Restos du Coeur et souvent bien plus gros que le montant de la prime elle même ! D’ailleurs certains n’hésitaient pas à dire en fin de semaine : »Quitte à avoir des primes pareilles, autant les reverser aux Restos du cœur, parce que si ça continue, c’est nous qui allons finir là bas. » Une phase qui en dit long sur le moral des salariés de PSA.
Reste à espérer que cela ira mieux en 2014 et en 2015.

Via AP, LaVoixduNord.