Hier se tenait le Grand Prix du Japon, sur le mythique circuit de Suzuka, l’un des plus beau tracés du calendrier. Retour sur la course.

Un petit mot des qualifs avant de commencer : la pôle a été réalisée non pas par Sebastian Vettel (pour une fois !), mais par son coéquipier Mark Webber. L’allemand n’est toutefois pas bien loin car il a signé le 2ème temps ce qui permet aux RedBull de verouiller la première ligne. Derrière eux, Lewis Hamilton se classe 3ème suivi de Romain Grosjean, décidément très en forme en cette fin de saison. Le top 10 est complété par Massa, Rosberg, Hulkenberg (très en forme également !), Alonso (moins en forme…), Raikkonen et Button.

Le départ est donné, Romain Grosjean bondit littéralement de son emplacement et vient à bout des 3 voitures qui le précèdent avant même le 1er virage, c’est ce que l’on appelle un départ canon ! Le pilote Lotus se retrouve alors en tête du Grand Prix ! Derrière lui, Hamilton effleure l’aileron avant de Vettel, un très léger contact de prime abord, mais suffisant pour provoquer instantanément une crevaison sur la Mercedes. En fond de grille, autre incident plus impressionnant avec une double sortie de piste : Bianchi et Van der Garde terminent leur séjour au Japon dans le bac à sable de Suzuka ! Charles Pic sera pénalisé d’un Drive Through pour avoir causé cette collision.

La « chasse au Grosjean » est alors lancée chez RedBull, mais le français parvient à se mettre à l’abri du DRS en créant un écart suffisant lors des premiers tours (cependant, on reste loin de Vettel qui lorsqu’il est en tête colle + de 2 secondes à tout le monde lors du premier tour !). Webber ne parvenant pas à réduire le gap, ses ingénieurs lui conseillent d’économiser ses gommes, idem pour Vettel.

« Fernando is faster than you » se dit désormais « Strategy A, NOW PLEASE ! ». C’est l’ordre qui est envoyé au tour 8 à Felipe Massa, mais ce dernier ignore ce message à peine codé, d’autant plus qu’il gagne à ce moment la du terrain sur Rosberg (qui l’avait passé au départ) suite à une petite excursion hors piste du pilote Mercedes. Le tour suivant, Hamilton renonce, suite à sa crevaison en début de course qui l’avait déjà lourdement handicapé.

Les premiers arrêts aux stands interviennent dans ce 9ème tour, avec notamment Button et Sutil. A l’avant, Grosjean augmente doucement mais surement son écart sur Webber (3 secondes au 11ème tour) avant de rentrer aux box au 13ème passage, un tour après l’Australien. Vettel quant à lui reste en piste. Grosjean ressort des stands devant Webber, mais son écart n’est plus que d’une seconde et demie. Quelques secondes plus tard, Rosberg manque de justesse de s’accrocher avec Perez en quittant son box, s’en suivra la désormais traditionnelle pénalité pour « Unsafe Release » pour le pilote Mercedes. Fernando Alonso effectue un arrêt éclair au 14ème tour (2.3 secondes !) alors qu’en piste Perez vient à bout de son coéquipier Button après une belle manoeuvre. Vettel s’arrête finalement au 15ème tour, il ressortira 3ème, ses efforts pour grappiller du temps en piste n’auront pas suffit.

Rosberg effectue son drive through au 17ème tour pendant qu’en piste Massa « klaxonne » derrière Ricciardo et Hulkenberg qui s’affrontent alors pour la 4ème place provisoire. Ce bouchon mobile permet à Alonso de revenir fort et de finalement passer Massa au 20ème tour dans la ligne droite des stands. Mais d’autres en profitent pour se rapprocher également ! Un petit train se forme derrière le pilote Torro Rosso : Hulkenberg, Alonso, Massa, Guttierez et Raikkonen se suivent en moins de 2 secondes. Il finit par se faire doubler au 21ème tour par Hulkenberg puis Alonso, ses pneus en fin de vie ne lui permettant plus de lutter. Juste derrière, Raikkonen gagne également une place en passant Guttierez.

Romain Grosjean est à ce moment la toujours en tête, mais son écart commence à fondre dangereusement, Webber est à moins d’une seconde au 24ème tour. Le français défend bien sa place jusqu’à l’arrêt de Webber au 26ème tour. Mais il n’est pas débarrassé de toute menace pour autant, puisque Vettel cravache et divise par deux le retard qu’il avait sur la Lotus en 4 tours, passant de 5 à 2.5 secondes.

Un peu plus loin dans le classement, Riciardo tente de passer Sutil au niveau du virage 130R, mais sa tentative se solde par une sortie de piste, sans conséquence puisque les dégagements à cet endroit sont suffisamment larges. Vettel est à moins d’une seconde de Grosjean au 29ème tour et ce dernier va effectuer son 2ème arrêt le tour suivant. Chez McLaren, les problèmes s’enchainent dans les garages, par deux fois les mécanos auront eu beaucoup de mal à retirer la roue arrière droite . Chez Ferrari, Massa devra y effectuer un passage supplémentaire pour purger une pénalité suite un excès de vitesse… Pénalité également pour Ricciardo suite à son dépassement hors piste.

Sebastian Vettel s’arrête au 38ème tour, il ressortira 3ème derrière Grosjean. Il n’y restera pas très longtemps : au 40ème tour, il vient à bout de notre Romain national… Webber effectue un 3ème arrêt au 43ème tour, ce qui laisse le commandement de la course à Vettel (qui a dit stratégie douteuse ?). Il reprend la piste en 3ème position mais va très vite refaire son retard sur Grosjean grâce à ses pneus tendres tout neufs.

Alonso de son côté parvient à dépasser Nico Hulkenberg au tour 46, il s’empare donc de sa 4ème place. Un « troupeau de F1 » se forme au 50ème tour lorsque des retardataires sont rattrapés par les leaders. Webber en profite pour se rapprocher encore plus de Grosjean, et il ne fera qu’une bouchée du français 2 tours plus tard. Caramba, encore raté ! Raikkonen vient à bout d’Hulkenberg en toute fin de course à la chicane.

La F1, c’est une course de voitures qui vont vite et à la fin c’est Vettel qui gagne. Voici un bon résumé des dernières courses ! Il n’y a plus vraiment de suspens en ce qui concerne l’attribution du titre cette année : pour qu’Alonso remporte le championnat, il faudrait qu’il gagne toutes les courses restantes et que Vettel abandonne à chaque fois, ce qui semble totalement irréalisable ! Romain Grosjean rêvait sans doute de victoire aujourd’hui, mais les RedBull sont décidément trop fortes ! Il pourra toujours se consoler en se disant qu’il est « premier des autres » …

Pour illustrer encore plus la domination du pilote RedBull, sachez qu’il compte à lui seul autant de points que la Scuderia Ferrari. Vettel pourrait donc même être sacré champion constructeur 😛

Le classement complet du GP :

1 Sebastian Vettel Red Bull Renault
2 Mark Webber Red Bull Renault
3 Romain Grosjean Lotus Renault
4 Fernando Alonso Ferrari
5 Kimi Raikkonen Lotus Renault
6 Nico Hulkenberg Sauber Ferrari
7 Esteban Gutierrez Sauber Ferrari
8 Nico Rosberg Mercedes AMG
9 Jenson Button McLaren Mercedes
10 Felipe Massa Ferrari
11 Paul di Resta Force India Mercedes
12 Jean-Eric Vergne Toro Rosso Ferrari
13 Daniel Ricciardo Toro Rosso Ferrari
14 Adrian Sutil Force India Mercedes
15 Sergio Perez McLaren Mercedes
16 Pastor Maldonado Williams Renault
17 Valtteri Bottas Williams Renault
18 Charles Pic Caterham Renault
19 Max Chilton Marussia Cosworth
20 Lewis Hamilton Mercedes AMG
21 Giedo Van der Garde Caterham Renault
22 Jules Bianchi Marussia Cosworth

A noter la belle performance des 2 Sauber, avec Nico Hulkenberg qui continue sur sa lancée et Esteban Guttierez qui marque ses premiers points en F1.

Les 2 titres ont de fortes chances d’être attribués lors du prochain GP, en Inde. RDV dans 2 semaines ! (course à 10H30)

Credits photos : NextGen-Auto.com