On a eu chaud du coté de Cerizay lorsque tout le monde a compris que Bernard Krief Consulting ne mettrait pas un centime dans le rachat d’Heuliez et ce malgré les promesses gouvernementales et régionales. Le sauveur « potentiel » s’appelle Brightwell, fond d’investissement turc dont le président, Alphan Manas, paradait déjà sur le stand Heuliez du salon de Genève comme s’il était déjà chez lui alors qu’un accord de principe engageant une signature fin mars n’a été trouvé qu’hier .

Pour l’instant, l’affaire semble sur la bonne voie d’autant que le premier protocole mis en place entre les différentes parties prévoit une augmentation de capital de l’ordre de 30 millions d’euros ce qui n’est pas rien  ! Néanmoins on restera sur nos gardes jusqu’à la fin mars car Alphan Manas se confiant aux journalistes ajoutait que le pré accord signé hier ouvrait bien la voie à des discussions approfondies qui, si le fond Brightwell est satisfait de son audit des résultats d’Heuliez, pourraient engager la voie au rachat. De plus, l’homme d’affaire turc ajoutait qu’il discutait en ce moment avec des partenaires industriels potentiels en Turquie qui pourraient eux aussi investir dans l’entreprise des Deux Sèvres. Ce qui veut dire, rapidement, que pour l’instant on a signé des papiers, qu’on s’est serré la main, qu’on a bu un coup ensemble et qu’on a fait de belles photos pour la presse et la com. politique de certains…. Gardons raison !

En restant optimiste ( ce que je souhaite pour les salariés de l’entreprise ), lorsque le protocole définitif sera établi et signé, se joindront à Brightwell, la région Poitou-Charentes et l’état français via le Fond Stratégique d’Investissement à hauteur de 5 millions d’euros chacun. Par ailleurs, Alphan Manas aurait assuré, en gage de bonne volonté et de crédibilité, avoir provisionné quelques 3 millions d’euros sur les 20 qu’il doit apporter dans la corbeille de la mariée  !

Reste qu’il est quand même difficile d’imaginer un vrai avenir industriel pour Heuliez et ses plus de 700 salariés avec la production de nouvelle MIA ( évolution industrialisable de la Friendly ), le tricycle Pelican et le Pick up Simplicity sauf si les collectivité locales décident d’investir massivement dans ce genre de véhicules électriques ( là j’ai un peu de mal à y croire  ).

Ci dessous, les véhicules Heuliez actuels et à venir .

Ci dessous quelques détails au sujet de la nouvelle Heuliez MIA qui a été dévoilée à Genève.

La Mia est un petite auto de 2.80 m de long, 1.60 de large et 1.50 m de haut pour 600kg environs. Elle dispose de 3 places et le conducteur est en position centrale ( à la McLaren F1 en quelque sorte ! 🙂  ). Cette voiture est propulsée par un moteur électrique alimenté par des batteries Lithium Phosphate de fer de 6kWh. Cet équipement autorisera une autonomie comprise en 80 et 100 km avec une Vmax de 110 km/h. Des packs optionnels de batteries 12 ou 18 kWh sont prévus pour accroitre l’autonomie de la voiture ( prix des packs ~ 4.500€ ). La Mia se recharge sur une simple prise de courant domestique en 2 à 4 heures seulement.

En cas de nécessité et en rabattant les siège arrières, l’auto propose un volume de chargement pouvant atteindre 1.2 m3, de qui en faire un petit break pour allez chez Ikéa !

Coté tarification, la voiture développée par Heuliez va s’afficher au tarif de 12.900€ après déduction de la prime de 5.000€ de l’état, ce qui est tout à fait compétitif surtout face à une certaine i-MiEV qui pourrait s’afficher près de 4 fois plus cher pour des prestations urbaines à peine meilleures ! Heuliez prévoit de produire quelques 12.000 à 14.000 Mia/an dès le printemps 2011.

Quelques vidéos pour mieux découvrir la petite urbaine poitou-charentaise.

http://www.youtube.com/watch?v=eODTt8c1iqA

http://www.youtube.com/watch?v=OX8wJPvBaqU

Souhaitons seulement ne pas apprendre une mauvaise nouvelle ( genre : retrait du fond Brightwell ) après le 22 mars prochain, sinon on pourra vraiment dire que l’affaire Heuliez n’aura été qu’une péripétie politique de plus, si tel n’est pas le cas, attendons le 31 mars ( et non le 1er avril ! ) pour la signature de l’accord définitif entre les différentes parties. A suivre donc dès lundi prochain…

Et pour ceux qui l’auraient oublié, avant d’être un enjeu politique, la société de Cerizay fut une grande entreprise de carrosserie. Ainsi, Heuliez ce fut dans les années 80, la R25 Limousine née suite à un désir de François Mitterrand d’avoir une voiture d’apparat récente. Elle eu même droit au fameux V6 Turbo de 182 chevaux en plus des 2.1 TD et 2.8 V6 PRV mais hélas coutait une fortune !

Via AFP, La Nouvelle République, LeMonde.