Lotus dévoile ce jour la très charmante Elise dans sa définition 2010 et profite de l’approche du salon de Genève pour nous présenter un peu en avance le restylage ( surement le dernier  ) de sa petite sportive née en…1996 et qui est plus que jamais d’actualité en terme de plaisir de conduite, de pilotage, de consommation et de performances sportives.

Au programme 2010, un restylage élégant qui affine encore l’allure de cette jolie  voiture et qui donne à la face avant une allure moins « torturée » et une vraie parenté esthétique avec l’Evora ( certains pourront même y voir un petit air de Ferrari California ). Le capot moteur arrière est lui aussi modifié ainsi que  les jantes alu qui adoptent un nouveau dessin.

La suspension et le chassis, au top depuis 14 ans… reçoivent quelques améliorations pour encore plus de précision, de rigidité et d’agrément au volant . Le moteur évolue lui aussi dans sa gestion électronique et le 1.8 L Toyota annonce 192 chevaux en version atmosphérique et 217 en version suralimentée ( avec la version 217 ch, le 0 à 100 est abattu en 4.6 sec et la Vmax dépasse les 240 km/h  ). On découvre aussi l’arrivée d’un nouveau moteur 1.6 L  16V de 134 chevaux ( c’est le moteur 1.6 L VVT-i de l’Auris avec une nouvelle ECU ) qui permet le 0 à 100  km/h en  6.8 secondes et une Vmax de plus de 200 km/h. L’interet de ce nouveau 1600 est surtout de permettre à l’Elise d’abaisser sont taux d’émissions de CO2. La consommation mixte est de 6.1 L/ 100 km et les émissions de CO2 s’élèvent à 155 g /km.

Une auto devenue quasiment aussi mythique que la Seven et qui montre qu’avec un petit moteur, un poids plume ( 860/870 kg ), un super chassis et pas 600 chevaux sous le capot, on peut avoir une vraie auto de sport tout aussi agréable qu’une énorme sportive de 1700 kg … Light is right, Colin Chapman avait bien raison !  Une vraie bonne auto pour le plaisir de la conduite à découvrir ou à redécouvrir à Genève dans 15 jours.

Via Lotus, TopSpeed.