Il y a quelques jours, nous avons eu le plaisir de rencontrer Mr Renard fils, dans l’usine SECMA, à quelques minutes de Valenciennes, afin de découvrir d’un peu plus près les coulisses de fabrication de ces petites autos assez étranges et atypiques. Rendez vous est pris pour une découverte pas à pas de la fabrication d’une F16 et une rapide prise en main de cette dernière, avec notamment, le nouveau berceau arrière triangulé et rigidifié s’il vous plait !

Toutes les SECMA (F16, Fun Runner, F400 etc) sont construites et assemblées de A à Z dans l’usine d’Aniche. L’usine est divisée en quatre parties et nous commençons dans le vif du sujet avec la partie dédiée à l’usinage des différentes pièces mécaniques (Colonne de direction, entretoise..) et au cintrage des tubes qui seront ensuite soudés pour le châssis. Quatre personnes travaillent à plein temps pour cette partie et de nombreuses machines « dans leur jus » sont utilisés comme une tailleuse à engrenage, scie à ruban ou cintreuse automatique mais aussi d’autres machines un peu plus récentes comme une fraiseuse numérique.

 

Toutes les pièces usinées sont ensuite mises à disposition dans la deuxième partie de l’usine afin de pouvoir être soudées et assemblées. C’est ainsi que nait le châssis complet avec la poutre, la traverse arrière, caisson avant, crash box (Dissipation et absorption de 54 % du choc) après certains essais et autres tests sous pression. Aussi pour des raisons économiques, de nombreuses pièces sont communes aux différents modèles.

Le châssis part ensuite au dégraissage puis à la peinture et enfin au four à 180° pendant 30 minutes. Et nous retrouvons un beau berceau tout neuf qui sera monté avec les nouveaux bras de suspension…  et en fait on a le tout nouveau berceau arrière triangulé en somme. Chose intéressante, il est adaptable aux « anciennes » F16 et ce pour environ 3500€ main d’œuvre comprise (comptez quelques jours de travail tout de même). Une très bonne initiative de la part de SECMA, quoiqu’onéreuse (20% du PV), qui permet aux clients ayant acheté leur auto il y a quelques mois ou années, de profiter de cette évolution.

 

Le traitement des différentes parties de carrosserie en ABS (plastique) sont traitées dans la troisième partie de l’usine avec deux énormes machine de thermoformage (construction maison) et un robot de découpe. Toutes les pièces sont ensuite stockées en attendant d’être montées sur les autos.

La dernière partie de l’usine, la plus récente mais aussi la plus grande, accueil tout les châssis finis, les moteurs Renault, les pneus, jantes alu et pièces diverses afin de terminer l’assemblage des différentes autos. Une personne passera donc deux jours à assembler la partie châssis, moteur, boite de vitesse, faisceau électrique et les roues. L’habitacle roto-moulé en polyéthylène (matière légère et solide reprenant sa forme initiale après un choc) est ensuite monté dans le châssis. La phase d’habillage est alors possible avec les différents panneaux de carrosserie en ABS (rouge ou gris pour le F16), les garnitures et équipements du cockpit ou autres options disponibles en fonction de la commande des clients (toit découvrable, portes papillons, porte bagages, accoudoir brodé..)

Pour cette très rapide prise en main, et n’ayant jamais conduit « d’ancien » F16, je ne peux avoir qu’un avis favorable concernant la nouvelle architecture mécanique triangulée arrière. Ca tient plutôt très bien le pavé, ce n’est a priori pas trop survireur, précis et nerveux comme il le faut mais le faible poids de l’auto surprend sur les premiers kilomètres notamment avec un train avant que j’ai trouvé un rien léger mais surtout un peu trop baladeur ce qui nuit légèrement à la précision de conduite (les routes sinueuses du nord n’aident pas vraiment !). En fait il semble que le nouveau berceau arrière mette un peu à mal le train avant (malgré la nouvelle barre anti roulis) quasi en harmonie avec l’ancien partie arrière de la Secma F16. Mais comme quelques kilomètres ne suffisent pas j’attends un essai au long cours dans les prochaines semaines de cette petite boule de nerf de seulement 105 ch pour vous exposer un avis presque « définitif » et détaillé  !)

A très vite pour un essai plus complet du micro roadster F16 !

Merci à SECMA pour cette visite et la prise en main de l’auto !