Il y a pas loin de 25 ans c’était un des sommets de la confrontation entre les deux marques allemandes (Audi n’était encore qu’un faire valoir !) et même si déjà à l’époque certains hurlaient au scandale quand ils ont découvert ce fabuleux L4 2.3 L sous le capot de la M3, elle n’est reste pas moins une des plus formidables sportives qu’a produit le constructeur munichois. En face de cette voiture sportive, Mercedes aligne la 190E 2.3-16 dont le haut moteur avait été développé en partenariat avec Cosworth (et non AMG comme le disent certains).

Du coté de la Bavière, un L4 2.3 L fort de 195 ch, 240 Nm qui permettait à la M3 E30 de taper les 235 km/h, de passer le 1000 mètres en 27.5 secondes ou d’abattre la barre des 100 km/h au bout de 6.9 secondes. Le tout avec une excellente BVM5 rapide, précise, un comportement routier joueur mais efficace dès l’instant où l’on en avait pris la mesure, de bons sièges sport et un moteur qui gueulait quand il prenait des tours ou quand on avait pris soin de lui coller une ligne Hartge ou AC Schnitzer. Un vrai bonheur qui perdure encore quand on a la chance de pouvoir en conduire une !

En face, la Merco 190E 2.3-16, une sportive stuttgartoise discrète mais un peu délurée par excellence avec son moteur L4 2.3 L dont le haut moteur et la culasse à 16 soupapes, son aileron de coffre, ses grandes roues en 15 pouces chaussées en Pirelli P6 et sa superbe sellerie (devenue collector) à damier gris et noir. Si l’auto marchait bien et fort, l’ensemble était moins exubérant que ne l’était la M3 malgré les 185 ch, et 235 Nm qui permettaient d’aller chercher les 230 km/h, le 0 à 100 km/h en 7.8 secondes ou de plier le kilomètre en 28.7 secondes. Mais la 190E est et reste moins sportive que la E30 notamment à cause d’une BVM5 qui n’était ni un modèle de précision ni de rapidité (comme c’était le cas chez Mercedes à l’époque) sauf pour les chauffeurs de taxi qui adoraient la BVM4 de leur 200D ou 190 2.0 D de 75 ch…

Des souvenirs qui fleurent bon la lecture d’Echappement, de Sport Auto, de l’Autojournal ou du Moniteur ainsi que les virées chez les concessionnaires pour poser ses fesses dans une de ces deux merveilles des eighties ou pour obtenir une documentation devant laquelle on allait rêvasser quelques mois ou quelques années durant au rythme notamment des versions Evo des deux sportives qui, au tournant des années 90, verront arriver pour de bon Audi non pas avec la 90 2.3 L 20V mais avec les versions S2 au formidable moteur L5 turbo !

Pour le plaisir, une vidéo sympathique mais toutefois avec un petit regret car elle oppose amicalement une M3 Evo (sièges baquets, liseret rouge, aileron avec volet) et une 190E 2.3-13 « base ». Pour les amateurs de youngtimers, c’est par là.

Et pour le plaisir des oreilles M3 DTM et 190E DTM

Via Motortrend, Youtube.