Le Mans Classic, c’est depuis 2002 la grande messe française de l’automobile de collection typée course. Le succès populaire ne s’est jamais démenti avec plus de 130 000 spectateurs, record battu, 600 voitures engagées et des milliers d’amateurs au volant de leurs plus belles montures parmi le public ou les nombreux clubs participants. Qu’est ce qui permet à l’événement de battre tous les records ? Simple : il a lieu sur le grand circuit du Mans et non pas le moderne Bugatti. Quoi de mieux pour toucher du doigt ce qui demeure sans conteste la plus grande course automobile du monde ? Bah… rien. Nous étions plusieurs à arpenter les routes de traverse, les parkings, le petit circuit qui accueillait les clubs, les stands, la pitlane et les abords des Hunaudières. Plusieurs parce que le domaine est immense et que nous voulions vous assurer un maximum d’images de ces sublimes voitures.

Régalez-vous…

les Groupe C

La crème des années 80 et du début des années 90, une période outrageusement dominée par Porsche et ses redoutables 956 et 962C qui raflent de nombreuses victoires au Mans. Jaguar et Peugeot font de la résistance avec des voitures devenues mythiques. Les artisans restent dans l’ombre mais leurs voitures plus simples et plus accessibles prennent leur revanches lors des courses historiques.

Le plateau Global Endurance Legends

Un tout nouveau plateau, en réalité un club très actif invité par Peter Auto et l’ACO : de quoi prouver que les courses historiques ne restent pas bloquées sur certaines époques et font entrer petit à petit les voitures les plus récentes dans leurs événements. Les plus jeunes adorent, le public se renouvelle. De mon petit bout de la lorgnette, ce simple plateau valait le voyage avec quelques pépites rarement apperçues, accompagnées de valeurs sûres hautement recommandables.

Les clubs

C’est une constante avec Peter Auto, les clubs invités font partie intégrante de la manifestation. Au Mans, on voit les choses en grand avec plus de 8 000 voitures présentes sur le weekend. Au milieu des quelques répliques pas franchement réussies (250 GTO, 330 P4 pour les plus “notables”), des autos pour tous les goûts et toutes les époques. Comme c’est moi qui tient la plume, je peux citer celles qui me plaisent le plus : les Aston Martin Zagato, cerises sur le gâteau de clubs AM très bien achalandés comme tous les ans. Les amateurs de supercars qui avaient un billet paddock auront également pu se faire leur idée sur le design de la McLaren Senna en conditions réelles, un des prototypes y était exposé.

Les années 70

Le déclin de Ferrari après les coups de boutoir de Ford et l’ascension irrésistible de Porsche en endurance avec les grandioses 917. Le groupe IV nous offre également quelques belles GT quand les françaises commencent à pointer le bout de leurs ailerons avec Matra et Renault/Alpine.

Le reste…

La nuit…

Difficile de tout montrer, de tout décrire en détails et de tout voir ! Nous vous donnons donc rendez-vous en 2020 pour la prochaine édition. D’ici là, nous couvrirons les autres événements Peter Auto dont le concours de Chantilly qui fera relâche cette année pour mieux revenir en 2019. L’organisateur a en effet décidé de faire vivre ses 2 plus grandes manifestations en alternance, juste avant les grandes vacances.

Crédits photos : Thomas D. (Fast Auto), Pierre Clémence