Si la quasi tourmente autour de la situation de PSA et de son partenariat avec GM semble quelque peu se calmer, la situation générale du groupe industriel français n’en est pas pour autant meilleure après l’annonce il y a quelques jours d’une perte de 819 millions d’euros au premier semestre 2012, d’un plan qui doit permettre d’économiser 1.5 milliard d’euros d’ici à 2015 et les doutes de GM sur cette affaire.

Commençons par la position de GM face ce partenariat qui semble avoir beaucoup de difficultés à se mettre en place tant en interne, qu’au travers de ce qu’on apprend ici et là sur les désaccords entre les deux constructeurs quant à la mise en place des règles de travail en commun ou même du point de vue financier. On oubliera pour l’instant, l’aspect GM veut faire de PSA un sous traitant ou un simple assembleur pour se concentrer sur le domaine financier avec GM qui fait savoir qu’il va inscrire dans sa comptabilité des provisions afin de compenser la très forte baisse de l’action Peugeot en bourse depuis le début de l’année 2012. On apprend aussi que la direction financière de GM assure qu’il n’est plus question de mettre un seul centime dans PSA. Chez GM on semble se retrouver avec PSA dans la même situation qu’avec Opel pour lequel il a fallu faire cette année une provision de plus 730 millions de dollars (~590 millions d’euros) mais ici on ne remettra pas la main au porte monnaie. A PSA de se débrouiller et du coté de GM on explique d’ailleurs : “Nous estimons que la perte de valeur est temporaire et l’affaire de quelques mois, quelques années au plus. Les prix des actions de constructeurs automobiles comparables subissent également une forte volatilité à cause de la crise de la dette de la zone euro, de son effet sur les ventes automobiles dans l’Union Européenne et d’incertitudes sur les futures ventes mais cela n’est pas propre à PSA. Si les conditions de marché ne s’améliorent pas sur le court terme, on peut craindre que la valeur devienne une charge de dépréciation (d’où les provisions financières). Nous avons la possibilité et l’intention de détenir cet investissement dans le groupe industriel français jusqu’à ce que sa valeur de marché se reprenne et revienne à sa valeur réelle”.

Néanmoins du coté des analystes financiers indépendants et de ceux qui sont associés au constructeur américain on ne se cache plus pour dire que du coté de la direction de GM pour dire que le choix d’entrer au capital de PSA était une mauvaise initiative tant pour les comptes que pour l’image de GM en Europe déjà fortement entachée par l’affaire Saab et le dossier Opel.

Du coté des autres partenaires, on apprend la fin de l’accord de fourniture des moteurs diesel à Mazda pour les véhicules neufs. Mais attention cela n’a rien à voir avec l’accord PSA/GM puisque c’était simplement prévu dans le cadre du partenariat entre PSA-Ford et Mazda. On sait que désormais et à l’avenir ce sont les nouveaux moteurs diesel SkyActiv qui équiperont les Mazda.

Si l’affaire n’est pas vraiment commentée ou démentie par Mitsubishi, le journal japonais Nikkei révèle que le constructeur aurait suspendu la fourniture des i-MiEV à PSA afin qu’elles deviennent des C-Zero et des iOn. On ajoute que c’est parce que les VE de PSA ne se vendent pas que l’accord cesserait brusquement. Etonnant autant qu’étrange même si on fait le lien vers la fameuse promo qui met la iOn à 10.990€ ! Par ailleurs Mitsu suspendrait dans les prochaines semaines la fourniture des moteurs diesel OEM pour véhicules vendus sous les marques Citroën et Peugeot, seule quelques véhicules destinés au marché russe profiteront encore de cet accord. Pas de précision sur le fait de savoir si cette interruption est temporaire à cause d’un marché difficile ou définitive pour d’autres raisons car le contrat devait durer encore quelques années !

Enfin, au Japon, on parle d’une possible interruption dans les prochains mois de toute collaboration entre les deux groupes automobiles ! Tout cela demande bien  sur confirmation, notamment de la part de PSA mais il n’y a rien d’invraisemblable dans ces déclarations quand on connait la difficile position de PSA qui perd un à un tous ses partenaires depuis le mois de février dernier. A suivre.

Via AFP, Nikkei, Boursorama, GreenCarCongress.