Après avoir dit non au printemps à la motorisation électrique, les mêmes clients de Rolls Royce viennent de dire non à l’arrivée d’une motorisation, même optionnelle, fonctionnant au gazoil. Serait-on conservateur chez les clients du constructeur britannique ?

C’est de l’ordre du possible mais surtout on se soucie peu du prix du carburant qui est une donnée totalement abstraite quand on roule en Rolls Royce. Bien sur les clients rencontrés et interrogés reconnaissent l’apport non négligeable du couple moteur à bas régime mais se refusent à tout compromis mazouté, du moins pour l’instant et les prochaines années. Si le fameux CO2 continue à être le nerf de la guerre pour les constructeurs (les derniers mois aux USA, les ventes en diesel se sont accrues de 25%… avec même 27.2% en juillet !) et une source de taxes pour les états, les moeurs pourraient peut être évoluer sous la contrainte. Toujours est il que certains prêtaient aux dirigeants de BMW l’idée quasi saugrenue d’aller implanter le récent moteur N57D30 dans sa version triturbo sous le capot de la Ghost ! Un L6 diesel chez Rolls, pas sur que ça plaise et l’idée comme celle d’une motorisation électrique est écartée, cela laisse la place et le champs presque libre à l’hybridation et même l’hybridation de type Plug-in qui pourrait être développée avec Toyota/Lexus. A suivre.

Via Autocar.