Figure emblématique de la Formule 1 depuis des années, Ron Dennis s’est mis en retrait de la compétition sur circuit il y a quelques années pour mieux se consacrer à l’aventure McLaren Automotive et la création de supercars destinées à la route.

Ron-Dennis-McLaren-danger

MP4-12C et P1 sont déjà au catalogue du constructeur de Woking en attendant la « petite » sportive qui se destine à venir marcher sur les plates bandes de la Porsche 911 et que nous devrions découvrir soit en cette fin d’année 2013 soit en 2014. Mais hélas, il y a un gros problème, les ventes ne sont pas conformes au planning initial prévu lors du lancement de la marque McLaren et cela déplairait souverainement aux actionnaires de l’entreprise, notamment le fonds Bahreïn Mumtalakat Holding qui représente un pool de très riches investisseurs.
Ainsi si l’on en croit les éléments dévoilés par nos confrères allemands de Auto Motor & Sport, le patron de McLaren, pourtant détenteur de 15% du capital de l’entreprise automobile, serait très mal mené par les investisseurs moyen-orientaux  qui commencent à trouver le temps long et les pertes financières importantes. Il semblerait donc que Ron Dennis aurait été privé de son droit de vote au sein du Conseil d’Administration deMcLaren Automotive et serait désormais  relégué à un rôle de quasi consultant et de « VRP » mondial pour la marque dans les grands rendez vous automobiles annuels. Une situation qui doit être inconfortable pour l’anglais et son caractère impétueux, autoritaire mais aussi très compétents et respecté dans le milieu automobile. Reste que McLaren sans Ron Dennis, c’est un peu comme un thé Earl Grey sans son fameux nuage de lait, c’est à dire sans saveur ni grand attrait ! A suivre.

Via AutoMotor&Sport.