Saab et NEVS en route pour la Chine

National Electric Vehicle Sweden AB avait finalisé le 31 août dernier le rachat de Saab et depuis… plus rien si ce n’est quelques annonces aussi farfelues qu’irréalistes tant au sujet de la reprise de la production de la 9-3 Griffin que pour la future 9-3 EV qui devait envahir les marchés dont celui de la Chine ! Mais au delà de ces annonces, rien de rien ou si peu… mais le site de NEVS est toujours aussi inerte, c’est dire la volonté de relancer Saab à Trollhättan.

L’entreprise parlait même de produire en Suède et de vendre en Chine les futures 9-3 ou dérivées. Las, selon plusieurs médias chinois dont le Qingdao Daily le repreneur de Saab et sa maison mère, le groupe National Modern Energy Holdings Ltd. auraient signé un accord avec les sociétés chinoises State Power Group Co. Ltd. et Qingdao Qingbo Investment Co. Ltd. avec pour objectif la construction d’une grande usine de production automobile capable de produire jusqu’à 400.000 autos/an dans la zone industrialo-portuaire de Qingdao dans la province de Shandong au nord est de la Chine.

Pour accréditer cette thèse, le journal chinois explique que NEVS, National Modern Energy Holdings Ltd. et Qingdao Qingbo Investment Co. Ltd. n’ont rien de sociétés assises depuis des années dans le domaine de gestion de l’énergie, de la production ou du stockage de l’électricité car ces sociétés ne seraient en fait que des montages et créations des dirigeants de Qingbao et de la grande province chinoise dans l’unique but de mettre en place ce projet industriel visant à récupérer le savoir et la technologie industrielle d’un constructeur patenté.
C’est en lisant cela qu’on se dit que les administrateurs chargés de vendre Saab n’ont regardé que le porte monnaie et non la véracité ou la viabilité du projet déposé par les repreneurs potentiels. Il aurait été, à mon avis, assez facile de contrôler ce qu’étaient ces entreprises… quasi sans réalité (ce qui explique la pauvreté du site de NEVS AB). Quant à Karl Erling Trogen, patron de NEVS AB, on a l’impression qu’il a seulement servi de communiquant en Europe afin de séduire les différents intervenants du dossier (état suédois, BEI, sous traitants, syndicats) et  de caution « morale » ou d’assurance scandinave à ce projet chinois ! 

Avec cette fin, les salariés de Saab vont pouvoir dire adieu à leur entreprise et à leur emploi et nous nous allons pouvoir définitivement refermer le livre de Saab Automobile qui nous a pourtant procuré du plaisir et des émotions durant des décennies. Saab c’est définitivement fini.

Via Qingdao Daily, AP, LBA.