Rolls Royce profite du Concours d’Elegance de la Villa d’Este pour présenter, non pas un vulgaire concept, mais un modèle unique, fabriqué sur mesure.

Aaaah, riche lecteur de blogautomobile, on t’a reconnu, petite chenapan ! Car oui, c’est forcément toi qui est derrière ce bel objet fabriqué sur mesure par les artisans de la marque. Tu nous permettra donc de faire la présentation de ton nouveau jouet.

Loin des délires post-modernes de la 103EX de l’an dernier, la Sweptail remet plutôt à l’honneur la tradition de la carrosserie à l’ancienne. Le nom, pour commencer, vient des carrosseries des années 20 dites « swept tail ». Le client (petit canaillou, va !) a approché Rolls Royce en 2013 avec des idées bien arrêtées : un coupé deux places disposant d’un gigantesque toit vitré. Plusieurs années de collaboration entre les équipes de design et le client ont permis de peaufiner l’idée, les détails, et d’y ajouter une touche « maritime ».

La base technique est une Phantom Coupé, totalement désossée et reconstruite de fond en comble. Même la fameuse calandre en aluminium massif a été changée, pour devenir la plus grande de la gamme. L’entourage de calandre est lui aussi nouveau, et permet d’alléger un peu ce fronton quelque peu monolithique avec des formes simples et géométriques. Le plus spectaculaire est évidemment le profil. Si jusqu’aux portes nous sommes proche de la série, la ligne de toit s’accélère soudainement pour épouser des formes fastback jusqu’au couvercle de malle. Le pavillon est considérablement allongé, pour aboutir au toit vitré panoramique voulu par le client. Le pare-brise, pavillon vitré et lunette arrière ne font visuellement qu’une seule pièce. Beau tour de force ! Seule fausse note : la custode est épaisse et très chargée. Dommage, d’autant que les montants se resserrent joliment en pointe vers l’arrière, sur le feu stop central, comme une étrave de bateau.

L’habitacle n’est hélas pas très visible sur les clichés fournis par Rolls Royce. Mais on peut y voir un étalage somptueux de matières nobles : bois d’ébène, paldao (une essence de bois exotique d’Asie du sud est, toi aussi cultive-toi avec blogautomobile), cuir et aluminium. Stricte deux places, la Sweptail dédie son espace arrière au yachting avec encore moult boiseries et cuir précieux. La planche de bord a été très sensiblement remaniée, pour plus de simplicité. Et une Rolls Royce bespoke ne serait pas tout à fait une Rolls sans les détails qui tuent : des compartiments cachés permettent de ranger des bagages en carbone sur mesure pour héberger le laptop du propriétaire. Et un autre compartiment dans la console centrale cache une bouteille de Champagne (de l’année de naissance du propriétaire s’il vous plaît) et deux flûtes en en cristal.

La Sweptail restera unique et sera présentée ce week-end en Italie. Pour la revoir, il faudra beaucoup de chance…

Crédits photos : Rolls Royce