On s’attendait à un cinquième vainqueur différent en autant de rallyes, mais Elfyn Evans échoue à 7 dixième de sa première victoire en WRC

Evans en chef de file surprenant.

Elfyn Evans a créé la surprise en ce début d’épreuves avec six scratchs consécutifs à bord de sa Ford Fiesta WRC privée. La même, pilotée par Mads Østberg relégué à 55,7 sec, très bien aidé par le balayage des concurrents précédents. Le gallois a remporté les quatre autres spéciales du vendredi matin. Puis encore deux victoires, dont l’une partagée avec Hayden Paddon, a étendu son avantage.

« C’était assez difficile parfois, mais nous pouvons être heureux aujourd’hui », a déclaré le pilote Gallois. « Nous devons nous rappeler qu’il y a un long chemin à parcourir demain et que dimanche est une journée difficile. Nous devons continuer, comme aujourd’hui. »

La stratégie d’Østberg a payé, comme Evans, sa position de départ lui a offert des routes plus propres et plus rapides en ce vendredi matin et il a évité les rochers, malgré des problèmes de freins qui ont provoqué quelques petites fautes.

Le combat pour le podium semble avoir pris fin pour Thierry Neuville. Un amortisseur avant droit cassé a retardé le Belge, qui a lutté jusqu’à l’apparition de la poussière d’Østberg dans son rétroviseur. Sébastien Ogier s’est glissé dans un fossé et a tordu la biellette de direction de sa Ford Fiesta après avoir atterri sur une roche. Il était à 6 secondes derrière Thierry Neuville et 4,6 s devant son coéquipier Ott Tänak, qui a effectué une belle remontée dans l’avant-dernière épreuve après un changement de set-up.

En dépit de sa Toyota Yaris avec un pare-chocs avant modifié par le passage un peu trop rapide à travers un gué, Latvala occupait la seconde place du classement. Malheureusement, son moteur a surchauffé et cela a obligé le finlandais à rouler en mode routier. Une crevaison continuera de le faire plonger à la sixième position.

Journée désastreuse pour les pilotes Citroën C3, Kris Meeke et Craig Breen. Meeke a pointé à la deuxième place, avant d’être surpris par une bosse, qui a fini en tonneau. Fortement endommagée, il a dû abandonner. La C3 de Breen est restée coincée en cinquième et lui aussi a dû déclarer forfait.

Pendant ce temps, Dani Sordo a plongé au classement après avoir tapé un rocher et cassé la biellette de direction de son i20.

Samedi, les concurrents se rendent au nord-ouest de la base de rassemblement de Villa Carlos Paz pour la plus longue étape de l’épreuve au milieu de la pampa. Ils font face à deux boucles identiques de trois spéciales couvrant 160 km.

Elfyn Evans s’accroche.

Après avoir augmenté son avantage à plus d’une minute samedi matin, Evans a vu Thierry Neuville revenir à 11,5 sec (!), avec l’une des journées les plus difficiles de la saison.

Le Gallois a remporté, son septième scratch en 10 spéciales. Une crevaison lente dans l’ES13, suivie d’un mélange dans ses notes, a réduit son avantage à 44 secondes. Dans l’après-midi, le diffuseur de sa voiture a été arraché lors d’un atterrissage périlleux, affectant la tenue de route  dans les sections à grande vitesse.

« Nous ne sommes pas venus ici pour terminer deuxième, après tout ce travail, s’il veut la victoire, il va devoir se battre pour ça ! » : Thierry Neuville met la pression !

Le Belge crève quand sa Hyundai i20 tape un fossé après avoir été aveuglé par le soleil. S’en suit des problèmes de boîte de vitesses et un changement de différentiel avant qui ont brièvement perturbé son rythme, mais pas son moral. Les scratchs dans les deux dernières spéciales du jour ont remis la pression sur Evans. Il reprend 18,9 sec au pilote Ford dans l’ultime parcours de la journée !

Ott Tänak est troisième juste 8,4 s derrière Neuville après une grosse journée au volant de sa Fiesta. L’estonien a vu ses coéquipiers Sébastien Ogier et Mads Østberg revenir avant de consolider la troisième place avec deux scratchs, dont un ex æquo avec Neuville.

Østberg n’a pas pu réitérer le rythme de vendredi et sa deuxième position est devenue quatrième lorsque son diffuseur a également été arraché. Le norvégien a finalement abandonné après avoir endommagé sa suspension contre un rocher dans l’avant-dernière spéciale.

Ogier pointe à la quatrième place à 18,4 s de Tänak, après une série de problèmes, il a perdu confiance en sa voiture. L’équipe a effectué des changements majeurs qui ont amélioré sa vitesse dans l’après-midi. Jari-Matti Latvala et Hayden Paddon sont quant à eux cinquième et sixième.

La finale de dimanche est une journée classique en WRC. Deux passages à travers les fameux ponts suspendus d’El Condor assurent un paysage lunaire à Giulio Cesare, dans les montagnes de la Traslasierra. Les trois spéciales rocheuses couvrent 55,28 km, la deuxième passe par El Condor offrant des points bonus Power Stage aux cinq pilotes les plus rapides.

La Remontada version Thierry Neuville

La dernière journée de ce rallye va être compliquée pour Elfyn Evans, après des problèmes de frein dans l’ES16. « Je n’ai pas eu de frein sur la moitié de la spéciale. Au début, j’allais directement au plancher, après c’est revenu peu à peu, un peu comme un miracle. Je dois y aller et regarder ça maintenant. » Il se présentera au départ de la Power Stage avec six dixièmes d’avance sur Thierry Neuville. « J’ai encore eu des problèmes, je dois y aller. »

Le pilote Hyundai signe la performance de cette dernière journée, il reprend huit secondes au Gallois. « C’était une très bonne spéciale. La voiture marche bien, j’étais en pleine confiance. » À l’arrivée de la Power Stage le Belge est serein : « J’ai tout donné. Je n’avais pas des pneus en super forme après avoir attaqué dans les deux premières, mais on va voir. On sera contents du résultat même si nous ne gagnons pas. Je ne pouvais pas faire mieux donc nous ne pouvons pas avoir de regrets. »

Lors d’un passage sur un pont suspendu, typique de l’épreuve, Evans commet une faute et perd définitivement le rallye sur cette touchette. « Je suis dégoûté de perdre sur un si petit écart. C’est difficile d’encaisser ça maintenant, mais je sais que nous reviendrons plus forts. J’ai fait une petite erreur ici en tapant un point. Je dois apprendre de ce rallye. »

Pour le Champion du monde en titre, devancé par son équipier Ott Tänak, cette fin de rallye sonnait comme une délivrance. « Les gars qui s’élancent derrière moi ont été plus rapides tout au long du week-end, donc on va voir. Pour être franc, je suis content de finir ce rallye. Ce week-end ne s’est pas déroulé comme prévu, on prend des points, c’est la seule chose positive. »

Le bilan de l’équipe Citroën est plus que critiquable, Craig Breen sauve les meubles avec 2 points, et Kris Meeke a fait du Kris Meeke… Chez Toyota, bien que la Yaris semble en retrait, Latvala a été remarquable et termine cinquième, il consolide ainsi sa deuxième place au championnat.

Classement général de l’épreuve :

  1. Neuville Thierry / Gilsoul Nicolas – Hyundai i20 Coupe WRC
  2. Evans Elfyn/ Barritt Daniel – Ford Fiesta WRC + 00.00.7
  3. Tänak Ott/ Järveoja M. – Ford Fiesta WRC + 00.29.9
  4. Ogier S./ Ingrassia J. – Ford Fiesta WRC + 01.24.7
  5. Latvala Jari-Matti/ Anttila Miikka – Toyota Yaris WRC + 01.48.1
  6. Paddon Hayden/ Kennard John – Hyundai i20 Coupe WRC + 07.42.7
  7. Hänninen Juho/ Lindström Kaj – Toyota Yaris WRC + 11.16.9
  8. Sordo Dani/ Martí Marc – Hyundai i20 Coupe WRC + 14.44.1
  9. Østberg Mads/ Fløene Ola – Ford Fiesta WRC + 15.11.3
  10. Tidemand Pontus/ Andersson Jonas – Škoda Fabia R5

Crédit photos : RedBull, WRC