Décidemment cette affaire d’espionnage aura été le feuilleton de l’hiver et il pourrait être aussi celui du début du printemps car il y a eu ce jour de nouveaux développements.

Je commencerais par la « sommation interpellative » envoyée par les avocats de Bertrand Rochette au président de la République et au Ministre de la justice afin qu’il puisse enfin obtenir le texte de la plainte portée contre leur client. Effectivement, on n’apprend qu’aujourd’hui que les trois licenciés n’ont pas eu depuis plusieurs semaines accès au texte exact du dépôt de plainte porté par Renault. Cette situation empêche de fait les « accusés » d’exercer le moindre recours juridique à l’encontre de Renault devant les tribunaux. Les avocats expliquent qu’ils avaient déjà fait cette demande début févrie, hélas déjà sans réponse des autorités compétentes et du chef de l’état. Une autre thèse se met en place e t si elle s’avère fondée, ce pourrait être grave, puisque certains n’hésitent plus à dire que cette plainte serait quasiment une plainte « en blanc » permettant à Renault d’adapter la dite plainte aux derniers développement de l’affaire. Si tel était le cas, c’est toute l’autorité judiciaire qui serait discréditée ainsi que celle la crédibilité des dirigeants de Renault qui pourraient jouer avec le feu pour garder leur pouvoir et leur situation.

Les avocats de B.Rochette confirme que cette attitude dédaigneuses, non respectueuse du droit est préjudiciable à leur client non seulement sur le plan de l’honneur car il est dans l’ignorance totale des faits qui lui sont reprochés mais aussi car il ne exercer aucun recours judiciaire sans les dits éléments de la plainte. Si rien ne bouge, Bertand Rochette les tiendra tous ensemble pour coupable à son préjudice d’une atteinte aux droits de la défense et en vraie entrave au droit à un recours effectif. Par ailleurs, les avocat du cadres ont fait savoir que si le chef de l’état ou le ministre de la justice ne bougeait pas, l’affaire serait immédiatement portée devant la Cour Européenne de Justice… qui, à n’en pas douter, se fera un plaisir de mettre tout ce joli monde au pas !

Les avocats des deux autres cadres devraient faire de même en début de semaine prochaine.

Par ailleurs, on apprend que deux membres importants de la sécurité de Renault ( D.Gevrey ex DPSD et M. Tixador ) ont été placés ce jour en garde à vue pour un délai pouvant aller jusqu’à 96 heures. Les deux hommes refusent avec obstination depuis plusieurs jours de donner aussi bien à la direction de Renault mais aussi aux policiers, le nom de la fameuse « source externe » qui a fourni verbalement en éléments le document qu’ils ont rédigé à l’intention de la direction de Renault. L’un est entendu par les policiers chargés du contre espionnage, l’autre par ceux de la brigade financière de Versailles. Et si toute cette triste histoire n’était qu’une escroquerie financière !

 

Via Reuters, LeFigaro, Investir, LePost.