Finalement ce ne sera ni Mahindra & Mahindra, ni Toyota, ni même Geely mais le fond de capital investissement italien Investindustrial, ex propriétaire de Ducati. 

Les propriétaires de la firme anglaises ont donc choisi comme nouveau partenaire Investindustrial qui entre chez Aston non pas en rachetant la totalité des parts détenues par les koweitiens de Dar Investment mais via une augmentation du capital du constructeur. Cette entrée au capital de l’entreprise coûte aux italiens quelques 150 millions de livres sterling (186 millions d’euros) et leur permet de détenir désormais 37.5% des parts du constructeur de Gaydon. Cette augmentation de capital permet à Investindustrial de devenir le premier actionnaire de l’entreprise.
Aston Martin précise que l’opération lui donne une valeur d’entreprise de l’ordre de 780 millions de livres contre 630 millions de livres avant l’annonce de cet accord de prise de participation financière. Cet apport financier fait dire aux dirigeants d’Aston Martin et notamment à David Richards la chose suivante : «  Nous sommes très heureux qu’Investindustrial ait décidé de devenir un actionnaire de référence d’Aston Martin. Cet accord va permettre d’investir plus d’un demi milliard de livres dans de nouveaux modèles et dans un programme technologique durant les cinq prochaines années. »

Reste quand même un point d’interrogation, celui du fameux partenariat technique et industriel promis par le fond italien et qui n’est pas là. A. Bonomi parle d’ailleurs de sa volonté de renforcer la marque britannique  comme cela a déjà été fait par Investindustrial pour Ducati et avec le succès que l’on connait tant pour le constructeur de moteur que pour l’investisseur. Pour mémoire quand Investindustrial avait pris le contrôle de Ducati, via une entrée au capital et des prêts obtenus chez les banquiers partenaires de l’affaire.
Des rumeurs veulent que le fond italien travaille pour un grand constructeur qui avance masqué le temps de la crise en Europe. Envisageable mais loin d’être certain d’autant que les dites rumeurs (toujours elles…)  vont même jusqu’à sous entendre qu’un constructeur français est derrière tout cela ! (NDLA : Balourdise et foutaise à mon avis). Même si on sait qu’Investindutrial travaille toujours sur le moyen ou long terme, on reste surpris de la faiblesse de l’investissement qui ne représente que 43% de ce que proposaient les indiens. Cela sera t-il suffisant pour assurer l’avenir d’Aston Martin, rien est moins sur tant la firme est mal en point sur les marchés.

Il faut désormais attendre l’aval des autorités britanniques de la concurrence pour que l’accord entre les deux entreprises soit définitivement validé. A suivre.

Via Aston Martin, Reuters.