Chez Audi, on aime accoupler des voitures. Oui oui, des breaks vont aussi vite que des supercars et des roadsters, comme ce nouveau TT RS, viennent titiller les (imposantes) narines d’une R8…

Audi TT RS 1

Impossible de le confondre avec un TT, voire un TT S, le TT RS annonce la couleur d’emblée avec une plastique d’enfer et des appendices aérodynamiques assez impressionnants. La poupe du TT RS se pare ainsi d’une lame argentée et se voit dotée, comme toutes les RS, du sigle « Quattro ». La calandre Single Frame et la signature lumineuse sont elles revues par rapport au TT classique pour donner encore plus d’agressivité au petit coupé/roadster d’Ingolstadt.

Audi TT RS 7

Audi TT RS 6

On connait l’affection d’Audi pour les LED, le constructeur continue son avancée dans le sujet et offre au TT RS une signature OLED 3D, permettant un éclairage encore plus performant mais aussi et surtout un look toujours plus sympa. Le fessier de la TT RS se pare lui d’un aileron fixe ainsi que d’un diffuseur doté de deux sorties d’échappement ovales. Les jantes de 20 pouces, et même 21 pouces en option, participent à donner un charme fou à un TT de base déjà plutôt sexy.

À bord, le TT RS conserve cette ambiance dépouillée et entièrement tournée vers le conducteur avec pour seule instrumentation le Virtual Cockpit, cet écran de 12,3 pouces logé derrière le volant qui permet à la console centrale de ne compter que les aérateurs (dont je suis personnellement fan). RS oblige, le Virtual Cockpit intègre une interface optimisée pour la performance et le volant à méplat se couvre de cuir et d’alcantara. Petit clin d’œil à maman R8, le bouton « Stop/Start » et le sélecteur de modes de conduite sont eux placés sur le volant.

Audi TT RS Intérieur

Point de V10 pour cette petite puce sur-vitaminée, Audi a revu la copie de son cinq cylindres 2.5 L TFSI en le modernisant et en l’allégeant. Gagnant 60 ch par rapport à la précédente mouture, il culmine désormais à 400 ch (!) et voit son coupler grimper à 480 Nm (dès 1750 tr./min.). Il offre ainsi au TT RS des performances ahurissantes avec un 0 à 100 km/h expédié en 3,7 secondes pour le coupé (3,9 pour le cabriolet), soit seulement deux dixièmes de plus que maman R8 et son V10. Sa vitesse maximale, initialement bridée à 250 km/h, peut être relevée contre « quelques » euros à 280 km/h. Insolent au plus haut-point, le TT RS nargue ses petites concurrentes germaniques puisque la BMW M2 (370 chevaux), la Mercedes SLC 43 AMG (367 chevaux) et même le toute nouveau Porsche 718 Cayman S (350 ch) n’atteignent pas ce niveau de performances.

Audi TT RS 2

Exclusivement disponible avec la boite S-Tronic à double embrayage 7 rapports et de l’inévitable transmission intégrale Quattro, le TT RS se voit également rabaissé de 10 mm par rapport au TT classique. Le châssis a lui été revu pour offrir à la voiture plus d’efficacité et d’agilité, alors que le freinage est confié à des disques avant de 370 mm, voire même des freins carbone/céramique en option.

Audi TT RS 3

Audi n’a pas encore communiqué sur le prix de ce petit monstre mais il devrait tourner aux alentours de 70 000 € (la précédente TT RS s’échangeait à partir de 63 000 €). Plus de deux fois moins cher qu’une R8, le TT RS offrira pourtant des performance semblables à la supercar. Sortie prévue cet automne !

Photos : Audi.