Pour cette fin d’année, la vitrine Champs-Elyséenne de Peugeot revêt des habits d’hiver…

C’est avec quatre voitures et deux scooters que Peugeot célèbre la fin de l’année et l’arrivée de l’hiver. Avec des concept-cars, bien-sûr, au nombre de deux ; avec deux sportives, plus ou moins proches des circuits ; et deux exemplaires de scooter trois roues que chériront les allergiques aux bouchons et aux deux-roues. Au rayon des noms, certains fleurent bon les années 2000 (H2O et Kart’Up), les années 60 (404 Diesel des records)… voire le cinéma de Fritz Lang (Metropolis). Ainsi, au rythme des significations et des symboles, Peugeot emmène ses visiteurs dans sa collection d’hiver.

Back to the 2000’s

Déjà présent à l’exposition « Shopping Scintillant » de 2008, le concept-car Kart’Up commence à prendre de la bouteille. Il remonte en effet à l’an 2000, lorsqu’il fut exposé avec trois autres comparses « City Toyz » au Mondial de Paris. Chacun était censé figurer une vision de l’automobile de 2020… que, force est de reconnaître, nous ne sommes pas en train de suivre ! Normes de sécurité et dépollution ont -entre autres- changé la donne. Cela ne veut pas dire que le Kart’Up est totalement hors-jeu : sa carrosserie autoporteuse en carbone à pare-brise inclinable reste réaliste. Son moteur (le 3.0 l V6 de 210 chevaux) nous ramène en revanche au « bon vieux temps » des 607, 407, C5 I et autres C6…

Le concept-car H2O est lui aussi un habitué du Peugeot Avenue : on l’y avait croisé en 2009 pour « Eco-Logic » ! Il est légèrement plus récent que le Kart’Up puisqu’il remonte au Mondial de l’auto 2002. Sous l’aspect d’un camion de pompiers à la fois design et néo rétro, le concept-car H2O explorait, comme son nom l’indique, la pile à combustible qui permet à partir d’une pile à hydrogène de produire l’énergie électrique nécessaire à mouvoir un véhicule tout en ne rejetant que de la vapeur d’eau (H2O pour qui la chimie est restée un lointain souvenir lycéen !). Des recherches, épisodiques, que Peugeot mène depuis le concept-car Touareg de 1996, comme à peu près tous les constructeurs du monde, sans que les écueils fondamentaux de cette source d’énergie (coût de la production d’hydrogène, manque de points de distribution…) ne soient résolus.

Le concept H2O est bâti sur une base de Partner Electric, dont il arborait la planche de bord restylée. A bord, les heureux soldats du feu peuvent profiter de technologies ultra modernes il y a 11 ans de cela, telles qu’un GPS avec ordinateur de bord à cartographie d’immeubles, téléphone et écran tactile… !

Le sport, virus léonin

Alors que le roi des animaux est du genre fainéant, le Lion automobile a plutôt une addiction au sport. Il est le seul constructeur européen à avoir remporté des courses aussi différentes que les 500 Miles d’Indianapolis, les 24 Heures du Mans, la course de côtes de Pikes Peak, des championnats du monde de rallyes et de rallye-raids, sans oublier une pelletée de records, les derniers sur le concept électrique EX1 avec Nicolas Vanier. En 1965, afin d’affirmer son avancée dans le moteur diesel, Peugeot conçoit un prototype unique sur base de 404 qui battra pas moins de 40 records sur la piste de Montlhéry ! A son palmarès, une moyenne de 160 km/h durant 5000 km parcourus en 31 heures, puis de 161 km/h sur 11 000 km avalés en 72 h, respectivement avec une mécanique 2.2l et 2.0l. Les moteurs étaient issus de la série, tandis que la carrosserie profilée était inédite. La 404 « Diesel des records » était déjà présente au Peugeot Avenue en 2011 pour l’expo « Blue Ways ».

La dernière sportive du Lion est la RCZ-R. Cette lettre supplémentaire signe l’adoption d’une version totalement revue du bloc « Prince » 1.6 l THP, monté à 270 ch, soit un rapport de 169 ch/litre ! Pour résister à cette cavalerie, l’aileron est devenu fixe, tandis que les jantes sont inédites et que le châssis est doté d’un différentiel Torsen. C’est ce qu’il faut pour atteindre la bride à 250 km/h. Tout juste lancée et vendue à 42 700 €, cette RCZ-R est l’ultime déclinaison du coupé-compact de Peugeot.

Metropolis ou le félin des villes

Un septennat après le lancement du Piaggio MP3 qui prie le meilleur de l’automobile et du scooter, un concurrent réplique enfin et c’est Peugeot avec son Metropolis. Une telle attente s’explique en raison du développement du train avant « DTW », qui est 100% Peugeot, autant que l’assemblage est 100% français ! Avec 37,2 chevaux pour le Metropolis 400i, Peugeot propose pour moins de 9000 € une alternative à l’automobile et aux deux-roues conventionnels, de quoi narguer les automobilistes qui fulminent dans les embouteillages et les scootéristes qui manquent de stabilité !

A travers cette exposition, vous aurez compris que l’on recroise des véhicules qui ont déjà foulé le sol du Peugeot Avenue. Une façon pour le Lion de célébrer dix années d’expositions sur la « plus belle avenue du Monde », notamment au moyen de la vidéo ci-dessous.

« Winter Collections », c’est jusqu’au début de l’année prochaine, au 136 de l’avenue des Champs-Elysées, tous les jours de 10 à 23 h.

Crédit photographique : François Mortier pour Blogautomobile.fr