… les stocks et les usines !

L’exode bavarois serait il en marche ? Les constructeurs allemands que l’on dit premium commencent à découvrir la crise du marché automobile. C’était déjà le cas depuis bien longtemps pour les américano-germaniques Opel et Ford qui subissent la crise comme Renault, PSA ou Fiat depuis 12-18 mois. Ainsi on apprend que BMW va « exporter » une grosse partie de ses stocks destinés au marché européen vers l’Amérique du nord et la Chine afin de mieux satisfaire la demande dans ces parties du monde. Ce sont donc plusieurs dizaines de milliers de voitures qui vont prendre dans les prochaines semaines et les prochains mois le bateau pour s’en aller loin du vieux continent. Ces expéditions massives de voitures n’ont en fait rien de surprenant car ce sont les principaux marchés où les marques premium se portent bien et réalisent une bonne partie de leur croissance actuelle. Sans la Chine, les USA et la Russie, les 3 constructeurs du sud de l’Allemagne ne seraient pas aussi bien portant et assis sur des matelas d’euros.

Ian Robertson, directeur des ventes de BMW explique en outre qu’en Europe les challenges sont de plus en plus difficiles (hausse permanente des taxes liées à l’auto et au travail, baisse du pouvoir d’achat, normes les plus sévères du marché mondial, crise de plus en plus importante) alors il faut voir ailleurs notamment du coté de l’Amérique, du coté de la Chine et un peu vers la Russie ou l’Asie. Malgré l’importance du marché chinois, le directeur des ventes de BMW reconnait quand même que celui ci voit sa croissance nettement ralentir et la concurrence s’accroitre. Reste le cas américain qui est un peu atypique puisque les ventes continuent leur progression… mais cela durera t-il longtemps ?

L’information sera définitivement officialisée le 23 octobre lors de l’ouverture du salon de l’auto, de Sao Paulo mais comme l’information vient du directeur financier de BMW, Friedrich Eichiner, elle est des plus crédibles. BMW va investir dans la construction d’une nouvelle usine d’assemblage au Brésil. L’affaire avait déjà été en discussion il y a 12-18 mois puis le projet avait été remisé mais la mauvaise conjoncture en Europe, la nouvelle fiscalité automobile brésilienne qui va pénaliser les autos importées ont fait leur travail tout comme la hausse des ventes des BMW en Amérique du sud. Du coté brésilien Fernando Pimentel, ministre du Développement, de l’Industrie et du Commerce Extérieur a lui aussi indiqué sur les ondes d’une radio brésilienne que BMW présenterait officiellement le projet d’usine dans les prochains jours. En s’installant hors d’Europe BMW espère donc tirer profit de la hausse des ventes des voitures de luxe de la première puissance économique d’Amérique latine mais plus globalement le constructeur est en train d’accroître fortement ses capacités de production hors d’Europe notamment dans les BRICS.

Pour confirmer l’affaire, il suffit de se reporter à un article de La Tribune de cette semaine dans lequel Ian Robertson, directeur du marketing de BMW expliquait la nouvelle stratégie du constructeur qui ne passe plus vraiment pas l’Europe (on maintient et on améliore l’existant mais on ne crée plus !) mais plutôt par des développements loin des bases bavaroises de l’entreprise. I.Robertson de rappeler que BMW vient d’ouvrir une nouvelle usine chinoise à Tiexi mais que le développement passera aussi par l’Inde, la Russie, l’Asie du sud est l’Amérique latine et l’Afrique du sud qui est un marché quasi historique de BMW. D’ailleurs il explique que la modernisation a permis à l’usine sud africaine d’accroitre sans surcoût notable la production de 40.000 à 70.000 exemplaires par an et d’en exporter près de 80% (vers l’Afrique et l’Océanie).
Une chose est sure quand on voit le développement hors d’Europe de BMW, on va encore avoir du X à gogo….

Via Reuters, AutomotiveNews, LaTribune.