citroen-e-mehari-2016-1

Une campagne de teasing l’avait annoncée sur internet, la voici enfin : Citroën dévoile la descendante de sa Méhari…et elle est électrique.

Le voile se lève, et les rumeurs peuvent enfin se taire. Depuis la signature d’un accord entre Citroën et Bolloré, puis l’annonce de la distribution du cabriolet BlueSummer de l’industriel breton dans les concessions de la marque, le web bruissait de rumeurs parlant d’un recarrossage du petit cab’ électrique sauce Citroën. Elles étaient bien fondées…

Bon, on vous laissera juge du style extérieur. Il faut simplement se remémorer que, partant de la Bolloré, il était difficile d’en faire un chef-d’oeuvre… On louera les couleurs pop et acidulées (un rouge-orangé, un vert acide, le bleu turquoise du si réussi Cactus M et un gris clair) et l’adoption ma foi pas si mal réussie du style Citroën actuel, avec notamment les sourcils de LED sur la face avant, qu’on retrouve déjà sur les C4 Picasso et le Cactus. En revanche, nulle trace d’Airbump.

A l’intérieur cependant, aucun changement n’a été apporté par les équipes Citroën, si ce n’est l’adoption d’une nouvelle sellerie, elle aussi reprise du Cactus M. Un poste de conduite tout ce qu’il y a de plus minimaliste, mais qui intègre tout de même un système audio capable de lire des MP3. Côté habitabilité, l’e-Méhari sera capable de transporter 4 passagers et 200 litres de bagages (voir 800 en rabattant la banquette). Notons que l’intégralité de l’habitacle est lavable à grande eau.

14645095

Côté technique, on retrouve aussi les caractéristiques de la BlueSummer. Comprenez un moteur électrique de 68ch capable de propulser l’auto jusqu’à 110 km/h, et alimenté par les fameuses batteries LMP (Lithium Métal Polymère) de Bolloré. Ces dernières, d’une capacité de 30 kWh, disposent d’une autonomie annoncée entre 100 et 200 km, tout en pouvant se recharger en 8h (à partir d’une prise 16A) ou 13h (en 10A). C’est bien, mais un détail aurait pu tout gâcher. Les batteries de Bolloré ont en effet un défaut majeur, celui de l’auto-décharger dès qu’elles ne sont pas branchées. Du fait de sa composition, le pack doit continuellement rester au-dessus des 60°C, ce qui oblige à l’alimenter h24 pour le maintenir à cette température. Si la voiture est branchée, aucun souci (regardez les Autolib’), mais, si vous laissez votre Bolloré batterie pleine dans votre garage, vous aurez la mauvaise surprise de la trouver sans aucun jus 3 jours plus tard, avec des risques d’endommagement à la clé. Gênant pour une voiture de plage, qui restera une bonne partie de l’année bien à l’abri. Citroën a donc fait développer un système d’hibernation, permettant de maintenir l’état de la batterie pendant 4 mois. A votre retour cependant, il faudra attendre 5h (en plus de la durée de la charge) avant de profiter de votre petit cabriolet électrique. Ajoutons aussi l’arrivée d’un ABS et d’un ESP, toujours utile, mais dont la BlueSummer est dépourvue.

Si vous craquez, sachez que l’e-Méhari débarquera dans les concession au printemps au tarif de 24 000 € (hors bonus), auxquels il faudra rajouter 79€ de location mensuelle des batteries. Citroën est bien conscient que cette Méhari du XXI° siècle ne bouleversera pas les ventes de la marque, mais préfère parler d’un véhicule image, capable de dynamiser et de rajeunir l’image de marque. Quant à moi, le style est très loin de me faire chavirer…mais j’ai quand même bien envie de faire un petit tour dedans 🙂 à suivre !

Et comme vous avez été sages, la vidéo de lancement, incluant beaucoup de drogue et du twerk :

Via Citroën (+ Photo intérieur : Nicolas Meunier / Challenges)