…ou marketing marchionnien ?

Difficile à dire en tout cas mais le constructeur milanais a publié cette semaine un beau communiqué de presse saluant la récompense obtenue au concours de la Villa d’Este il y a un peu plus d’une semaine par… l’Alfa Romeo Disco Volante !
Le très belle auto créée par la Carrozzeria Touring Superleggera a en effet obtenu le « Design Award for Concept Cars & Prototypes 2013 » mais il y a un mais… qui nous fait revenir quelques semaines en arrière.

Fin janvier 2013, la réputée carrosserie milanaise présente la voiture au Festival Automobile International… sans logo Alfa Romeo. En février 2013, la Disco Volante obtient « l’AutoDesign Awards 2013 : Design of the year » toujours sous le logo Touring Superleggera. Début mars 2013, la belle italienne développée sur la base de la 8C fait sa grande entrée sur la scène médiatique… sous le logo Touring ! Après prise de renseignements, discussions, on découvre qu’Alfa Romeo n’a pas donné l’autorisation à la CTS d’apposer le logo Alfa Romeo sur la Disco Volante 2013 qui est pourtant dans la droite ligne de ses prédécesseures. Apparait en mai une belle galerie de photographies officielles prises… à la Villa d’Este où la voiture est toujours badgée Touring. Et étonnament lors du renommé concours d’élégance qui se tient sur les bords du Lac de Côme, on découvre une Disco Volante badgée Alfa (certaines sources fiables disent même que la voiture est arrivée avec un logo, qu’il a été changé en cours de concours et que la voiture est repartie avec un autre logo…)
On remarque aussi que les images officielles fournies par Alfa Romeo ne sont rien d’autre que celles fournies par la carrosserie Touring Superleggera retouchées au niveau des logos.

Au delà cette mini polémique, on se demande encore pourquoi Alfa refuse à une auto réussie d’arborer son logo dès sa présentation, alors que 6 mois plus tard, quelques prix et titres importants au compteur, la voiture peut désormais prendre le nom d’Alfa Romeo. Sachez enfin qu’au moins trois exemplaires de cette auto auraient été commandées par clients.
Reste encore une fois, in communication Alfa Romeo sans cohérence, faite à l’arrach’ et comme par opportunité. Avec de telles décisions, on se dit que c’est encore l’image de marque du constructeur de Milan qui en pâtit et qui perd en crédibilité une fois de plus.
Cette voiture élégamment dessinée en Italie, assemblée en Italie, construite sur une plateforme italienne, avec un moteur venu d’une Alfa ne pouvait qu’être une Alfa Romeo dès sa naissance… sauf pour les gens du marketing du Lingotto. Dommage !
Bravo en tout cas à la Carrozzeria Touring Superleggera pour cette belle réalisation.

Via Alfa Romeo, Carrozzeria Touring Superleggera.