Il est rare que je grogne contre les groupes pétroliers, non pas complaisance mais plutôt par réalisme et certains d’entre vous, plus écolo que je ne le suis ( au moins en apparence ! ) me le font parfois remarquer mais ce soir je suis très en colère en apprenant que la fameuse et puissante compagnie pétrolière envisage très sérieusement de nouveaux et grands forages offshore au large de l’Australie. Ces forages mettraient en péril la fabuleuse et indispensable barrière de corail australienne avec les milliers d’espèces de coraux, d’animaux et de poissons qui peuplent cette partie de l’océan.

Bien sur, il faut découvrir de nouveaux gisementx de pétrole il en va de notre avenir et.. de celui des actionnaires de ces compagnies ! Et pour Shell qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse du pétrole et des billets verts puisque la compagnie pétrolières envisage de forer au large du récif de Ningaloo ou Grande barrière de corail ( < 50 km ) le long de la côte australienne.

 

Bien sur et à raison, le WWF Australia est monté aux créneaux pour protester et mettre en avant le réel danger que cela pourrait apporter à cette partie de l’océan. De préciser qu’en cas d’incident et/ou de marée noire, c’est tout une zone dans la périphérie du récif qui serait touchée mais aussi toute la zone coralienne de l’Australie. Les îles environnantes, les populations mais aussi la pêche nécessaire à la vie de la population australienne de cette région seraient atteintes et quasiment détruites en cas de problème pétrolier. Le WWF rappel même que cette zone est un des plus importantes pour la pêche qui sert à nourir les australiens.

Espèces de coraux, baleines, requins divers et variés, dauphins, poissons rares ou menacés sont préservés dans cet environnement fragile et sensible aux variations et il serait dangereux pour leur avenir d’y installer à proximité des puits de pétrole. On note aussi que dans ce secteur géographique ultra sensible et protégé par des traités ( ONU , UNESCO ) vivent 4 des 7 dernières espèces de tortues marines connues.

Le pétrole est une chose, l’automobile et ses dérivés en sont une autre, l’argent aussi mais notre vie et notre environnement le sont aussi même si nous vivons hélas dans un monde où l’immédiat et le pouvoir de l’instant sont privilégiés sur ce qu’il y aura après nous, si nous laissons quelque chose , ce qui’ n’est pas évident, hélas ! Alors oui, grosse colère ( bien sur inutile ) contre Shell qui s’est déjà attaqué à l’Arctique et contre le discours lénifiant de l’entreprise qui met en avant sa pseudo vertitude dans diverses communications ou évènements comme le fameux EcoMarathon Shell…. mais réaliste il faut aussi être notamment face aux milliards de la grande entreprise qui aurait pu s’épargner une telle pub désastreuse et peu flatteuse ! Reste une question, n’a -on pas tiré les enseignements de la marée noire du Golfe du Mexique ? Ah non, c’était pas Shell, c’était BP….

 

Via LaTerred’Abord, Caradisiac.