Ermini Automobili Italia est peut être un nom qui ne vous dit rien. Pourtant c’est une firme italienne dont la création remonte à l’immédiat après Seconde Guerre Mondiale qui se spécialisa dans la fabrication de petites voitures sportives capables de rivaliser avec les Ferrari, Porsche Mercedes et autres Alfa Romeo sur les routes de compétitions comme la Targa Florio ou sur les Mille Miglia.

Ermini Seiottosei.

Ces EAI marchaient pourtant bien mais faute d’évolutions et d’argent l’entreprise ferme définitivement ses portes fin 1962 avant de renaître à Florence il y a 6 ans. Aussi à l’occasion du salon de Genève, Ermini Automobili Italia revient sur le devant de la scène automobile sportive et joyeuse avec cette adorable Seiottosei Barchetta Sport développée en collaboration avec les gens d’Osella à Turin. L’Ermini Seiottosei est l’oeuvre de Giulio Cappellini. C’est une voiture qui possède les dimensions suivantes :

L : 4.12 m / l : 1.85 m / Emp : 2.60 m

L’EAI Seiottosei Barchetta Sport est conçue autour d’un châssis tubulaire recouvert d’une carrosserie en carbone/aluminium. Son allure de trois quart avant n’est pas sans nous rappeler un certain Spider Renault. Cette petite barquette est d’ailleurs équipée d’éléments en provenance de la marque au losange. Ainsi Renault fournit les suspensions de cette nouveauté mais aussi le moteur puisqu’il s’agit du L4 2.0 L turbocompressé F4RT de la Mégane RS mais dans une version qui développe ici entre 300 et 320 ch et qui emmène un poids inférieur à 690 kg. La Seiottosei Barchetta Sport revendique un rapport poids/puissance de 2.15 kg/ch avec le moteur 320 ch. La transmission est assurée par une boite de vitesse séquentielle à 6 rapports mise au point par SADEV.

Brembo a travaillé sur le système de freinage qui est assuré par 4 disques autoventilés pincés par des étriers à 4 et 2 pistons. La voiture est posée sur des roues en 17 pouces signées OZ Racing et elle chausse des Toyo R888 en 215/45 R 17 à l’avant et en 245/40 R 17 à l’arrière.

L’habitacle se veut minimaliste et allégé au maximum. On retrouve donc dans le petit cockpit une planche de bord épurée avec un combiné portes instruments digital, deux baquets recouverts d’alcantara brun, un petit volant Nardi, des harnais 4 points, un extincteur et puis c’est tout ! Place au plaisir de conduite ou du pilotage avec cette sympathique italienne puisque la Seiottosei Barchetta Sport revendique une Vmax autolimitée de 270 km/h et l’exercice du 0 à 100 km/h plié en moins de 3.5 secondes (nous sommes sur le temps d’une F458 Italia).

Pas encore de tarification pour cette fort sympathique concurrente italienne des Seven, BAC et autres Westfeld. A revoir dans quelques semaines du coté de Florence. Une auto qui apparait comme bien conçue, qui ne se la joue pas et qui est homologuée sur route, que du bonheur en somme !

Crédits photos : NP, EAI.