Peugeot Metropolis 400i Roland Garros

Même si nous sommes plutôt portés automobiles sur le … BlogAutomobile (comme quoi ça porte bien son nom), quelques uns parmi nous, irréductibles gaulois, se déplacent en scooter, vélo. Et même s’ils ont leurs détracteurs, les trois roues connaissent un véritable succès depuis plusieurs années. Et Peugeot se lance dans ce secteur où la situation tient presque du monopole.

Le grand concurrent de Peugeot .. et surtout qui a été le premier à sortir un trois roues c’est l’italien Piaggio. En ayant lancé le MP3 fin 2006, la marque a – à l’époque – révolutionné le marché du scooter. Dans les autres marques on compte Adiva, Gilera (.. une marque de Piaggio) et enfin Quadro.

C’est donc la réponse de Peugeot qu’on essaye. Le Metropolis 400 RG est l’édition spéciale Roland Garros qui vient rejoindre la gamme éponyme lancée en Mai 2013 soit il y a un an. D’ailleurs dans le domaine des engins à moins de quatre roues, Peugeot n’est pas du tout « inconnue » puisque le Lion a une gamme de scooters assez étendue qui va de l’électrique au 300 en passant par des 50cm3 et des 125. Ajoutez à ça une panoplie de vélos.. bref les deux roues ils connaissent. Mais qu’est-ce que ça donne quand on rajoute une troisième roue?

Le Metropolis, un scooter trois roues différent?

Il est difficile de se différencier de l’excellente marque Piaggio.. connue pour ses fameux MP3 mais Peugeot essaye quand même!

La première fonction à me plaire c’est le système keyless :

Il n’y a pas besoin de sortir la clef de sa poche ou sac pour utiliser le scooter, le démarrer, ouvrir les deux coffres et honnêtement c’est peut être un détail pour vous mais c’est bête et pratique.

Les reposes pied passager sont repliables et c’est fait de façon esthétique et on n’oubliera pas non plus un pare-brise ajustable (manuellement) en hauteur, un frein de stationnement électrique :

On trouve aussi à gauche du guidon dans une petite trappe une prise allume cigare et il est possible d’utiliser au choix le feu qui se situe en bas du scooter (à l’avant) pour l’éclairage ou les phares :

Cette prise allume cigare n’est pas du tout un point démarquant ni les divers rangements d’ailleurs je préfère le port USB proposé sur le MP3 Sport et le MP3 Business de Piaggio :
port USB sur piaggio MP3

D’ailleurs le tableau de bord des nouveaux MP3 est quand même mieux fichu notamment avec ce petit espace au dessus des compteurs qui permet de mettre son téléphone ou autre le temps du trajet, ce que ne permet pas le Metropolis. Peugeot se rattrape en proposant (en option pour près de 66 euros quand même) un support pour smartphones :
support smartphones Peugeot Metropolis

Un autre point différenciant est la présence d’un plancher plat, permettant donc d’avoir un sac à ses pieds plus facilement

J’étais sur la route .. toute la sainte journée

Ayant pas mal roulé avec le scooter, j’ai pu apprécier sa puissance qui le rend très réactif et rapide, apte à sortir de quelques situations. Le système de gestion des trois roues (Roll-lock) est efficace mais il a un défaut qui le rend largement perfectible.

train-avant-metropolis

Pour vous l’expliquer il faut une explication du roll-lock : c’est le système qui permet de verrouiller la bascule des deux roues avant (équipées du parallélogramme déformable à double triangulation, sortez ça à quelqu’un pour briller en soirée). De cette façon on peut garer son scooter (à la verticale ^^) dans la rue sans avoir à mettre la béquille mais aussi rouler puis marquer l’arrêt sans mettre pied à terre.

Chez Piaggio, ce roll-lock peut se déclencher quelques kilomètres heures (une dizaine) avant l’arrêt du véhicule. Sur le Metropolis il faut être vraiment proche de l’arrêt pour pouvoir enclencher ce système.. ce qui le rend complexe à utiliser en se sentant « sur de soi ». Deuxième détail, le roll-lock s’engage et se désengage en émettant un retour audio. Chez Peugeot c’est le même « haut parleur » qui est utilisé pour le son du clignotant et du roll-lock , si le clignotant est utilisé on n’entend pas.. le roll-lock donc il faut regarder le tableau de bord plutôt que la route. Bref largement améliorable (et surement possible comme à priori c’est logiciel).

Niveau confort on est très très bien assis sur le Metropolis. Le plancher plat est surprenant au début car quand on a un pont central on n’a pas trop de choix pour placer ses pieds alors que chez Peugeot c’est open bar. Il y a tout de même pas mal de vibrations dans la direction et le scooter est bruyant (certains vous diront qu’il est puissant et que c’est normal, je suis d’accord mais il fait plus de bruit qu’un Piaggio 500).

Le plaisir de conduite est là et la motorisation 400i LFE (37.2 CV – 4 temps -4 soupapes, couple donné à 3.81 daN à 5250 tours minute) est à la fois performante et pas trop consommatrice en carburant donc bon point sur les deux tableaux.

Le freinage du Metropolis est à mon avis au dessus de son concurrent principal. Il est possible au pied ou aux poignées. D’ailleurs on se surprend parfois à utiliser le pied plus que les poignées , le couplage des freins avant et arrière donnant de l’efficacité.

Niveau finition l’ensemble est très correct même si j’ai relevé ne pas aimer les boutons des clignotants et que le tableau de bord peut devenir … un peu illisible sous la pluie :
Tableau de bord Peugeot Metropolis 400 RG buee

Les jantes du scooter sont vraiment belles mais elles dépassent un peu par rapport aux pneumatiques ce qui les laisse exposées à des rayures.. il ne faudra donc pas être maniaque si vous aimez raser les trottoirs et autres bordures!

Le dernier point « chiant » sur ce scooter c’est – à mon gout – la taille du coffre à casque intégral dans lequel je n’ai jamais réussi à faire entrer mon casque alors que dans mon MP3 il passe sans trop d’efforts. Apparemment Peugeot a testé un paquet de modèles mais là dessus rien à faire .. le mien ne rentrait pas sans avoir l’impression de casser le compartiment. D’ailleurs le coffre de selle ne se ferme pas si on le laisse tomber le claquer, il faut l’amener vers le bas et exercer une pression. Soit c’est fait exprès pour éviter que le coffre se ferme avec les clefs dedans .. soit c’est un petit souci de conception.

Pour résumer

Le Peugeot Metropolis 400 est une jolie réponse de notre marque nationale à ce que font les italiens avec talent depuis des années. Le Metropolis est puissant, se démarque par son look, il passe bien en ville. On verrait bien naître une version hybride de ce dernier d’ailleurs. Quoi qu’il en soit j’étais un peu triste de le rendre!

Ses deux défauts? La gestion du roll-lock un peu hasardeuse et un tarif qui peut largement puisqu’il coute tout de même à partir de 8899 euros ce qui à motorisation égale chez Piaggio reviendrait à 1100 euros de moins .. et sachant qu’on peut aussi avoir le très sportif Fuoco 500 pour 8699 euros..