Ce week-end, la F1 fait son retour pour la 2ème manche du championnat pour le Grand Prix de Bahreïn 2018 qui se déroule de nuit. 15 jours plus tôt, en Australie, Vettel s’est adjugé la victoire à la grande surprise d’Hamilton et Mercedes qui avaient survolé le week-end. D’ailleurs, Bottas avait connu un week-end compliqué n’apportant que quelques points aux flèches d’argent. Autant dire que l’écurie de Brackley veut remettre les pendules à l’heure dès ce week-end pour montrer qu’elle a conservé sa suprématie sur la catégorie reine depuis 2014. Vettel quant à lui, veut continuer sur la dynamique du début de saison 2017. Nouvelle bataille entre les rouges et les gris en vue ? Retour sur le week-end de F1 Grand Prix de Bahreïn 2018.

Les Essais Libres : Mercedes pas vraiment dans le coup.

C’est sur une piste de jour et poussiéreuse que s’élancent les voitures. Durant les EL 1, les Mercedes démarrent pourtant bien en dominant la majeure partie de la séance.  Lewis Hamilton trustait la première place jusqu’à ce que Grosjean améliore temporairement le meilleur chrono de la séance, avant que le britannique ne reprenne son bien. Mais les Ferrari et Bottas améliorent également par la suite. Jusqu’à ce que Ricciardo vienne faire taire la concurrence en signant le meilleur temps de la séance en pneus tendres en 1:31.060. La Red Bull semble en forme mais on ne peut en dire de même de celle d’à côté puisque Verstappen a connu un problème sur sa voiture en tout début de séance ne lui permettant pas de prendre part à la suite des EL 1. Derrière la performance de Ricciardo, se retrouvent les deux finlandais avec Raïkkönen à 0.304 seconde du meilleur temps et Bottas à 0.398 seconde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est dans les EL 2, plus significatifs, que les Ferrari s’illustrent. Raïkkönen semble très en forme depuis l’Australie et la voiture semble mieux lui convenir comme en atteste son meilleur temps d’emblée en début de séance. S’en est suivi une lutte au chrono entre les Mercedes et les Ferrari au sommet du classement. D’ailleurs, Bottas aurait pu être sanctionné, lorsque Ricciardo, alors dans un tour lancé, se fait bloquer par le finlandais qui était sur la trajectoire. A un quart d’heure de la fin, Raïkkönen, alors en tête, passe par les stands pour chausser de nouveaux pneumatiques, mais s’arrête au virage 3 en raison d’une roue mal serrée. Il échappe à toute sanction, bien que son équipe soit à l’amende. Raïkkönen signe alors le meilleur temps en 1:29.827 suivi à 11 millièmes de seconde par Vettel qui relèguent Bottas, troisième, à 0.563 seconde !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et Raïkkönen de confirmer cette forme aux EL 3. Son coéquipier, Vettel lui, n’a pas pu suivre la cadence d’abord à cause de la défaillance d’un de ses déflecteurs qui l’oblige à repasser par le garage. S’il peut ressortir et jouer le chrono, l’allemand semble moins à l’aise que la veille. Ce sont alors les Red Bull qui ont constitué la principale menace d’Iceman, les Mercedes étant, étonnemment une fois de plus en retrait (le chrono de Raïkkönen relègue les flèches d’argent à plus de huit dixièmes !). Le finlandais a en effet signé un 1:29.868, soit 0.525 seconde plus rapide que Verstappen et 0.584 seconde que Ricciardo.

Les Qualifications : Ferrari brille, tout autant que Gasly !

D’ores et déjà, on avait la certitude que le poleman du jour ne serait pas Hamilton. En effet, le britannique a été contraint de changer sa boîte de vitesse et sera alors pénalisé de 5 places sur la grille dimanche. Au mieux, il partira 6ème. Et sa forme des Essais Libres ne lui garantit pas la pole.

Lors de la Q1, les pilotes ont attendu quelques minutes avant de se lancer en piste. Fort logiquement, les Ferrari prennent vite les devant suivies des Mercedes. Verstappen signe par la suite le quatrième chrono en pneus super tendres. Hélas, le néerlandais qui partait pour un nouveau tour lancé part à la faute, et tape le mur, provoquant un drapeau rouge. La roue avant gauche détruite, les qualifications sont terminées pour le pilote quand bien même il eut réussi à se qualifier pour la Q2. La séance relancée, Grosjean et Alonso sont notamment en danger en 16e et 15e position. Toutefois, le français ne réalise pas un tour à la hauteur de la compétitivité de sa Haas, notamment en étant trop large dans le dernier virage et est éliminé dès la Q1, tout en ayant signé le même chrono qu’Alonso qui avait réalisé plus tôt son temps. En fin de séance, le drapeau jaune est brandit suite au tête à queue de Charles Leclerc aussi dans le dernier virage. Sont alors éliminées les Williams et les Sauber ainsi que Grosjean.

Pour la Q2, Verstappen est déjà condamné à terminer 15ème. 4 autres pilotes seront sortis à ce stade. Hamilton joue la stratégie décalée pour la course le lendemain en réalisant son chrono en pneus tendres. Gasly est lui cramponné à la 6ème position provisoirement. Le français semble en forme depuis le début du week-end, toujours dans le top 10. Comble de l’histoire, ce sont les McLaren qui sont menacées, tout comme la Toro Rosso de Hartley et la Force India de Pérez. Aucun de ces pilotes n’arrivera à améliorer suffisamment pour passer en Q3 et les Toro Rosso terminent devant les McLaren. Coup dur pour Woking. De même, Ocon se faufile en Q3 tandis que la séance s’arrête en Q2 pour son coéquipier Pérez.

Pour la Q3 on retrouve logiquement les Ferrari et les Mercedes, la Red Bull rescapée de Ricciardo, la Toro Rosso de Gasly qui fait office de deuxième Red Bull, les deux Renault, la Haas de Magnussen et la Force India d’Ocon. D’ailleurs, ces deux derniers ainsi qu’Hülkenberg ne sortiront que pour un tour lancé n’ayant plus de trains suffisant. Dans le premier tour lancé, Raïkkönen prend le dessus sur Vettel qui a fait une faute dans le dernier virage. Lors de la deuxième tentative, l’allemand se fait même devancer temporairement par Bottas qui s’intercale en deuxième position et reléguant Hamilton au 4ème rang. Vettel signe alors un tour parfait en 1:27.958 pour se hisser au premier rang et s’emparer de la pole position pour son 200ème Grand Prix. Il est suivi pour 0.143 seconde par Raïkkönen et à 0.166 seconde par Bottas. Hamilton, qui ne signe que le quatrième temps partira 9ème. A noter la performance incroyable de Gasly qui a hissé sa Toro Rosso Honda en 6ème position, et partira 5ème sur la grille dimanche !

La grille de dimanche prenant en compte les pénalités est la suivante :

La Course : Vettel s’impose de justesse pour sa 200ème course !

A l’extinction des feux, Vettel conserve la tête, Bottas passe Raïkkönen et Gasly prend le dessus sur Ricciardo pour le gain de la quatrième place pour peu de temps. A l’arrière, ça se bouscule avec Pérez qui entre en contact avec Hartley. Le néo-zélandais est jugé coupable et est pénalisé de 10 secondes à observer pendant son arrêt. Derrière, Hamilton se fait passer par Verstappen de manière trop virile puisqu’une McLaren était devant. La Mercedes et la Red Bull entrent en contact et Verstappen crève. Dans le même temps, son coéquipier Ricciardo s’arrête suite à un problème sur sa voiture. Catastrophe chez Red Bull. Pierre Gasly se retrouve alors quatrième derrière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La virtual safety car est alors de déclenchée. Lorsque la VSC est éteinte, Gasly est contraint de se défendre sur Magnussen ruguement. Derrière, Hülkenberg passe par l’extérieur Ocon dans le dernier virage et Hamilton réalise un triple dépassement en passant Alonso et Hülkenberg et Ocon qui bataillaient ! Il se retrouve alors 6ème. Entretemps, Verstappen est également contraint à l’abandon.

Au 8ème tour, Hamilton est revenu en quatrième place en ayant mangé Magnussen puis Gasly. Ensuite, les écarts se stabilisent dans le top 4. Magnussen est le premier des hommes de tête à rentrer aux stands pour une stratégie agressive. Il est suivi quelques tours plus tard par Alonso qui était en pneus tendres pour chausser les pneus medium. Gasly et Hülkenberg rentrent un tour plus tard et Gasly ressort devant Magnussen.

Devant, Raïkkönen peine à tenir le rythme des deux autres en tête. C’est toutefois Vettel qui s’arrête à la fin du 18ème tour en course. Bottas lui ne suit pas la stratégie de Vettel et reste en course. Raïkkönen lui rentre également aux stands quelques tours plus tard. Bottas rentre à la fin du 20ème tour pour chausser les pneus medium. C’est alors Hamilton qui prend la tête de la course.

Au 25ème tour, Vettel fait la jonction sur Hamilton. Il passe Hamilton au 1er virage grâce au DRS. Le britannique s’arrête aux stands à la fin du tour pour chausser les pneus medium. A mi-course, Vettel devance Bottas, Raïkkönen et Hamilton. Raïkkönen au 36ème tour s’arrête au stand et au moment de repartir touche un mécanicien à l’arrière. Le finlandais s’arrête furieux quelques mètres plus loin et contraint à l’abandon avant de réaliser les faits. C’est une nouvelle déception pour Raïkkönen après avoir connu le même souci en essais libres. Conséquence direct : l’état psychologique de l’équipe qui fait laisser Vettel en course avec ses pneus tendres usés (il ne s’est arrêté qu’une seule fois !). Il arrive cependant à maintenir Bottas, deuxième, à plus de 7 secondes avec des gommes plus dures. A 10 tours de la fin, Bottas reprend tout de même du rythme. Gasly est le deuxième plus rapide est campe solidement à une très belle quatrième place.

Bottas dans les derniers tours fond sur Vettel. Il est à moins de trois secondes à 5 tours de l’arrivée et grappille près d’une seconde par tour. Il entre dans la zone DRS de l’allemand à l’avant dernier tour. Mais Vettel tient le coup jusqu’à la fin pour s’imposer devant le finlandais à 0.6 seconde ! Hamilton complète le podium. Gasly lui finit quatrième pour ce qui est l’un des meilleurs résultats de l’écurie ! Le meilleur résultat de Honda depuis son retour en tant que motoriste !

Au classement, Vettel creuse l’écart en offrant à Ferrari pour la première fois depuis 2010 deux victoires consécutives. Hamilton quant à lui limite la casse en terminant sur le podium. McLaren profite des déboires de la concurrence pour se positionner à la troisième place du classement constructeurs !

RDV la semaine prochaine pour le Grand Prix de Chine !

Crédits Photos : FORMULA 1.