Ce weekend, le grand cirque de la Formule 1 se rend sur le circuit d’Interlagos à São Paulo pour le Grand Prix du Brésil 2018. C’est sur ce circuit, dix ans plus tôt, qu’Hamilton remporta, au détriment de Massa, son premier sacre au volant d’une McLaren, dans un dernier tour resté dans l’histoire. Il y a quinze jours lors du Grand Prix du Mexique, ce même Hamilton a obtenu sa cinquième couronne mondiale, égalant ainsi Fangio au nombre de titres mondiaux. Il reste toutefois un objectif pour le Britannique cette saison : sécuriser le championnat constructeurs pour Mercedes. Mais les Ferrari reviennent aux avants postes après avoir réussi les deux derniers Grand Prix. Qui aura été le plus fort ce weekend ? Retour en images sur ce Grand Prix du Brésil 2018, avant dernière étape de la saison 2018.

Les Essais Libres : Vettel le plus dans le coup.

Lors des EL1, c’est la grande surprise Verstappen qui finit en tête de la feuille de temps à la fin de la séance. Le néerlandais, récent vainqueur au Mexique, a signé un 1:09.011 soit 0.049 seconde devant Vettel et 0.096 seconde devant Hamilton ! Le meilleur des autres ce vendredi matin est Grosjean qui arrive à se maintenir dans la même seconde que Verstappen. Ce matin, Giovinazzi avait pris place dans la Sauber d’Ericsson, Norris dans la McLaren d’Alonso et Latifi dans la Racing Point de Pérez.

Les EL2 ont vu les Mercedes dominer à l’avantage de Bottas pour 3 millièmes de seconde ! Mais Vettel, 3e, n’est pas bien loin, à 0.073 seconde de Bottas. La séance a notamment été interrompue au début d’un drapeau rouge causé par une sortie de piste de la Renault d’Hulkenberg. L’allemand a mis les roues dans l’herbe dans la fin de son tour, perdant le contrôle de sa voiture qui a fini dans le mur. A noter que Grosjean est toujours le meilleur des autres dans cette séance.

Enfin, dans les EL3 du samedi matin, Vettel est seul en haut de la feuille de temps en ayant signé 1:07.948. Hamilton et Bottas complètent le top 3 mais sont respectivement à 0.217 et 0.517 seconde. Les Red Bull sont plus en retrait. Verstappen ne confirme pas son meilleur temps des EL1. Globalement, la quatrième force de ce weekend semble être la Haas de Grosjean et Magnussen. Les deux pilotes ont réussi à figurer dans le top 10 des trois séances.

Les Qualifications : Hamilton s’en sort bien et signe la pole !

La Q1 débute et la pluie ne vient toujours pas perturber ce week-end brésilien. Le risque de pluie existe tout de même. Les pilotes se pressent à sortir, même les top teams. On prévient à la radio d’Hamilton « The rain is on its way ». On prévient Raikkonen que le vent vient de derrière comme la veille. D’ailleurs, la Mercedes d’Hamilton dégage toujours un peu de fumée comme lors des EL2. Dans le premier tour lancé Verstappen signe le meilleur temps provisoire en 1:08.205. Le drapeau jaune est brièvement brandit dans le secteur 2 à la suite d’un tête à queue de Leclerc. À 10 minutes de la fin, plusieurs pilotes préviennent à la radio d’un début de pluie. Une grosse pluie arrive notamment au virage 12. Gasly, 17e, le fait comprendre à sa radio, stressé. Il réussit toutefois à améliorer et à s’abriter de la zone d’élimination. La Renault de Sainz est provisoirement éliminée alors qu’Ocon est en danger. Mais l’espagnol, bien qu’en amélioration, ne gagne qu’une place, insuffisant.
Les éliminés de Q1 : Sainz, Hartley, Alonso, Stroll et Vandoorne.
La Q2 débute et on se précipite autour de la voiture d’Hamilton concernant la stratégie pneumatique. On annonce dans la radio de Magnussen que la pluie va s’intensifier et qu’il faut signer un chrono dans le début de la séance. Les pilotes se suivent pour un tour lancé, mais Raikkonen rentre aux stands après un premier tour de reconnaissance pour chausser des pneus tendres. Vettel le suit. Une stratégie payante car avec un bon chrono, elles s’assurent la Q3. Les Red Bull après avoir signé un temps en super tendre tentent d’améliorer en pneus tendre, mais n’y parviennent pas. Hamilton par deux fois a gêné un pilote dans un tour lancé et aurait mérité une pénalité. D’abord Raikkonen dans la ligne droite après les esses de Senna, en mettant un léger coup de volant tardif. Mais surtout sur Sirotkin en fin de tour, en ligne droite avec un coup de volant beaucoup plus prononcé qui aurait pu tout simplement mettre les deux pilotes sur le carreau. À cinq minutes de la fin, la piste se dégrade et les pilotes rentrent car la piste est détrempée. Certains pilotes décident de ressortir à l’instar de Leclerc, 11e. Le monégasque réussit tout de même à améliorer malgré les conditions et passe en Q3 !
Les éliminés de la Q2 : Magnussen, Perez, Ocon, Hulkenberg et Sirotkin.
On retrouve en Q3 les deux Ferrari, les deux Red Bull, les deux Mercedes, les deux Sauber, la Haas de Grosjean et la Toro Rosso de Gasly. La Q3 débute sur une piste praticable en slicks. Pour leur première tentative, Hamilton prend le dessus sur Vettel pour 0.073 seconde en signant un 1:07.301 sans record dans les secteurs. Bottas est intercalé entre les deux Ferrari. Pour la deuxième tentative, les Mercedes n’améliorent pas leur premier secteur alors que les Ferrari le font, record du secteur 1 pour Vettel. Hamilton lui bat le record dans le deuxième secteur mais les Ferrari se loupent. Ainsi le top 4 reste inchangé. Hamilton signe ainsi sa 82e pole position.

Crédits : FIA

La Course : Hamilton s’impose malgré la domination de Verstappen.

À l’extinction des feux, Bottas passe devant Vettel au premier virage. Raikkonen lui est sous la menace de Verstappen, mais le Néerlandais se loupe au freinage ce qui permet à Raikkonen d’avoir le dernier mot. Derrière, il y a passe d’armes entre les Renault et Hulkenberg finit devant. Verstappen lui se défait au même moment de Raikkonen dans la ligne de départ arrivée. Le Néerlandais se montre déjà menaçant sur la Ferrari de Vettel. Il mange Vettel dans la ligne de départ arrivée en venant de très loin et mord même sur le vibreur gauche au virage 1. Raikkonen passe même Vettel plus loin suite à une erreur de l’allemand légèrement en dehors de la piste.
Au 6e tour, Ricciardo est déjà 6e en passant Leclerc. La Red Bull est très en rythme en ce début de course. Verstappen est même dans la zone DRS de Bottas. Hamilton lui ne devance Bottas « que » de deux secondes et ne prend pas le large. A la fin du 9e tour, Verstappen est plus proche que jamais de Bottas et bénéficie du DRS. Le Finlandais se décale vers la gauche mais laisse une ouverture qui permet à Verstappen de s’infiltrer à l’intérieur dans la ligne de départ arrivée.
Bottas semble en difficulté. Au 11e tour, Raikkonen est collé à Bottas alors que Vettel et Ricciardo suivent le train. Les Mercedes souffrent dans ce Grand Prix, Verstappen revient petit à petit sur Hamilton.
En grande difficulté, Bottas rentre à la fin du 18e tour et ressort 9e derrière Magnussen. Hamilton le suit un tour plus tard et ressort 7e derrière Grosjean. Les deux pilotes ont chaussé des pneus médium, le pneu le plus dur ce week-end. Cela permet aux pilotes Red Bull et Ferrari de rester en piste pour creuser l’écart sur les Mercedes. Ça fonctionne puisqu’Hamilton perd près d’une seconde au tour sur Verstappen en gommes usées.
A la fin du 27e tour, Vettel rentre aux stands et chausse les pneus médium. Il ressort loin à la 9e place. Choix étonnant de la part de Ferrari quand on voit que les gommes ne fonctionnent pas chez Mercedes. Raikkonen rentre également à la fin du 31e tour. Même stratégie que Vettel mais le Finlandais ressort derrière l’allemand.  Au 35e tour, Vettel laisse passer Raikkonen qui a des pneus plus frais.
Verstappen rentre aux stands à la fin du 35eme tour. Il ressort derrière Hamilton qui avait regagné du temps. Mais le Néerlandais a chaussé des pneus tendre, et devrait avoir plus de rythme que le Britannique. Et au 39e tour, Verstappen est sous la seconde d’Hamilton. Verstappen est collé avant d’entamer la ligne de départ arrivée et parvient à passer Hamilton par l’extérieur, aidé du DRS. Dans le même temps, Ricciardo rentre aux stands ce qui permet à Verstappen de prendre la tête de la course.
Ricciardo en pneus tendres également, remonte à grande vitesse sur Vettel. L’australien tente l’extérieur au premier virage mais mort deux roues dans l’herbe. Au 44e tour, Verstappen part en tête à queue au premier virage. Ocon est responsable de ce contact. Le Français pourtant à un tour, dans la vitesse tente une manœuvre de dépassement au premier virage mais les deux voitures ne passent pas ensemble les S de Senna. Une manœuvre inutile de la part d’Ocon qui est toujours sans baquet pour 2019 et prépare plutôt un retour en 2020.
Cette mésaventure fait les affaires d’Hamilton qui reprend la tête de la course par la plus grande des chances. Dans le même temps, Ricciardo dépasse Vettel dans les S de Senna et parvient à conserver le dessus dans la ligne droite suivante. Verstappen lui a sa voiture fortement dégradée. Verstappen remonte sur Hamilton, mais beaucoup moins vite que tout à l’heure. A 20 tours de la fin, le Néerlandais est à 4,5 secondes.
Vettel rentre aux stands pour remettre des super tendres et ressort derrière Leclerc. Les Mercedes quant à elles ont leurs pneus médium dégradés. Au 59e tour, Ricciardo réussit enfin à dépasser Bottas. Le Finlandais à l’agonie rentre alors aux stands et chausse des pneus tendres. Il ressort de peu devant Vettel.
Verstappen s’attarde à remonter sur Hamilton. Il peut se rapprocher car ces deux là remontent sur des retardataires en bataille mais insuffisant pour se montrer menaçant. Derrière Ricciardo est menaçant sur Raikkonen mais ne parvient pas à le dépasser dans le dernier tour. Hamilton s’impose dans la plus grande des souffrances devant Verstappen et Raikkonen. Mercedes remporte le titre de champion constructeurs.
Rendez-vous dans deux semaines pour la fermeture de cette saison 2018 de Formule 1 à Abou Dabi sur le Circuit Yas Marina !
Crédit photos : Formula 1.