Avec une dédicace toute particulière à mon ami Stéphane Schlesinger, le rédac’ chef des revues Evo et Octane en France qui est un grand amateur et un fin connaisseur des voitures italiennes.

Il n’y a que nos amis britons pour faire ça !

Et sur ce coup ils ont raison. Après la Ferrari Enzo en drift, la Rolls Royce Phantom dans les champs ou la Jaguar XJ220 en travers  il y a quelques mois, les anglais de TaxTheRich remettent ça avec la sublime F288 GTO. Oui et ils ont raison car la 288 GTO fut créée non pas pour les collectionneurs-spéculateurs mais pour les amateurs de conduite sportive et plus particulièrement les rallymen puisque la Ferrari 288 GTO fut initialement prévue pour faire du rallye et être homologuée en Groupe B. 

F288 GTO en glisse

Projet lancé en 1984 par Enzo Ferrari lui même pour permettre à Ferrari d’être présent en rallye mondial, la 288 GTO verra sa carrière stoppée net avant même qu’elle eut commencé puisqu’en 1986, la FISA (future FIA) décide la fin du groupe B après les accidents mortels de Toivonen et Bettega. Mais la voiture était déjà en production à ce moment et Ferrari portera même le nombre de 200 à 272 exemplaires pour satisfaire les clients qui se pressaient en nombre pour acquérir la belle de Maranello.
Pour mémoire, la 288 GTO est construite sur une base de 308 GTB mais l’allure est sensiblement plus agressive et aguichante. Pininfarina sur le coup a fait du beau travail. La voiture est bien sur propulsée par un V8 de 2.9 L suralimenté par deux turbocompresseurs IHI qui permettent à cette italienne de revendiquer quelques 400 ch à 7500 trs/min et 496 Nm dès 3800 trs. Cette belle mécanique est servie par la traditionnelle BVM5 avec grille métallique qui fait « clac » quand on enclenche un rapport. Un plaisir hélas démodé (pour certains) et réservé aux possesseurs de Ferrari du passé !
La 288 GTO, c’est une voiture « d’homme » de 1224 kg sans assistances ni béquilles électroniques qui tape les 305 km/h, plie le 0 à 100 km/h en à peine plus de 4.7 secondes tout en chantant très bien malgré la présence des turbos. Un vrai bonheur tant visuel que derrière le volant qu’il faut connaitre si on aime les autos fabriquées à Maranello.
Pour découvrir ce qu’aurait du faire la 288 GTO sur les routes et dans les chemins c’est dans une vidéo qui fait plaisir et qui fait du bien le matin, c’est par là :

Via TaxTheRich, Youtube.