La Scuderia Ferrari vient de dévoiler sa nouvelle monoplace, la F150 ! A première vue, la nouvelle arme de Fernando Alonso et Felipe Massa ne change pas beaucoup par rapport à la voiture précédente, la F10 : pourtant, les modifications et évolutions sont là, même si peu visibles.

Luca di Montezemolo a prévenu, la Scuderia doit ramener à la maison les titres pilotes et constructeurs en 2011. Les ingénieurs du cheval cabré ont donc beaucoup travaillé sur la F150, en premier lieu sur l’adaptation au nouveau règlement technique : ainsi, le système Kers, ou Srec à la française (système de récupération d’énergie cinétique), l’aileron arrière amovible, le retour à un diffuseur arrière simple plan et les pneus Pirelli remplaçant les pneus Bridgestone, sont leurs principaux défis pour cette nouvelle saison.

Pour le moment, ce n’est pas la F150 définitive que nous avons sous les yeux : l’aileron avant appartient à l’ancienne F10, le diffuseur arrière ainsi que la suspension arrière seront totalement remaniés  pour les premiers essais privés à Valencia, dans trois jours. Autrement dit, Ferrari n’a pas voulu dévoiler tous ses secrets en haute résolution à tous ses concurrents. Pourtant, les informations circulent déjà sur ces évolutions, dont certaines sont révolutionnaires selon Nikolas Tombazis, le designer en chef de la Scuderia : « La suspension arrière est vraiment novatrice, tout comme le système de l’aileron arrière. Mais il y a plus de nouveautés à venir qui ne sont pas encore sur la voiture, par exemple quelque chose pour l’aileron arrière et les échappements ». La monoplace va donc encore considérablement évoluer d’ici la première course à Bahrein : le futur train arrière serait d’ailleurs inspiré du concept Red Bull de 2010, avec une évolution de la suspension à tirant.

En attendant les prochaines modifications, on peut déjà noter les évolutions par rapport à la F10. Le nez de la nouvelle Ferrari est plus effilé, plus tendu et surtout plonge beaucoup moins que sa devancière : le museau n’est pas sans rappeler la MP4-25, la monoplace version 2010 de Mclaren. De plus, le nez de la voiture n’est plus taillé en U, comme l’avait introduit Red Bull RB5 en 2009, la section revient au traditionnel carré, comme sur la F60. L’empattement reste sensiblement le même, même si la voiture à l’air un peu plus compact : c’est assez étonnant, en sachant que les batteries du système Kers prennent beaucoup de place. Les pontons sont un peu plus avancés et creusés sur la F150 que sur la F10, et les deux entrées d’airs latérales sont beaucoup plus ferméees, ainsi que la boite à air (au dessus du cockpit), elle aussi plus petite et plus compacte : encore une fois, la F150 a subit une cure d’amaigrissement par rapport à sa devancière. Les rétroviseurs, simplement posés sur le châssis de la F10 après le changement de règlement en cours de saison, se logent maintenant sur deux supports en forme de fer à cheval, moyen détourné d’introduire une ailette sur la carrosserie alors que c’est interdit depuis 2009 (sauf à quelques endroits).

Le diffuseur arrière est un diffuseur simple plan, comme voulu par le règlement initiale de 2009 : souvenez vous de la polémique de la Brawn avec un diffuseur « double deck », qui monopolisait la plus haute marche du podium. Malgré tout, le diffuseur restera un « diffuseur soufflé », les échappements se trouvent toujours dans le postérieur de la Ferrari, même avec un « simple plan ». L’aileron arrière ajustable, au couleur de l’Italie, a été un autre grand chantier pour la Scuderia selon Tombazis : « Nous avons dû concevoir un aileron qui ne modifiait pas la performance dans sa configuration normale, mais nous apportait la vitesse de pointe la plus élevée possible dans les lignes droites pour la qualification ou les dépassements ». Enfin, alors que le F-Duct est maintenant interdit par le nouveau règlement, l’aileron de requin semble lui aussi abandonné, du moins pour cette version de présentation. On retrouve à cette endroit une fine entaille qui permettra d’évacuer quelques calories en course.

La monoplace 288 a été baptisée F150, non pas en hommage au gros SUV Ford, mais en l’honneur des 150 ans de l’unification de l’Italie. Un choix qui tenait à cœur Luca di Montezemolo « Tous les hommes et toutes les femmes qui consacrent tant d’efforts et de passion dans leur travail à Maranello partagent la fierté et la responsabilité de représenter notre pays à travers le monde. C’est dans cet esprit que nous avons choisi de dédier cette voiture à un événement si important pour toute l’Italie. » La livrée reste sensiblement la même pour cette F150 par rapport à sa devancière, même si on peut noter quelques évolutions, dédiées à cette fête : le drapeau italien est apposé sur le dos de l’aileron arrière, ainsi qu’un petit logo sur l’ailette verticale devant les pontons. Enfin, le nouveau logo de la Scuderia orne le capot moteur, laissé vide par l’absence du code bar « Malboro ». Le nouveau logo rappelle pourtant celui de la filiale Phillip Morris (si, si, en penchant un peu la tête) qui vient de prolonger son sponsoring avec l’écurie de Maranello jusqu’en 2015. Petit rappel, le cigarettier achète quasi intégralement l’espace visuel de chacune des nouvelles monoplaces Ferrari, les emplacements des logos du cheval cabré étant exempts : Phillip Morris revend ensuite certains espaces à d’autres sponsors, comme Santander. Enfin, dernier changement, les logos jaunes Pirelli ont remplacé ceux du japonais Bridgestone, qui n’est plus le manufacturier de la Formule 1.

C’est toujours Fernando Alonso et Felipe Massa qui piloteront la Ferrari F150 : la Scuderia est en effet liée à l’espagnol et au brésilien jusque fin 2012 au moins. A Maranello, on aimerait même prolonger le contrat d’Alonso jusque fin 2015 ! Pour le brésilien, alors que son contrat a été prolongé en juin dernier jusqu’en 2012, on ne sait pas s’il sera conservé au sein du cheval cabré : Ferrari aimerait bien le remplacer par un certain Sebastien Vettel. A moins que la menace soit plutôt le jeune français de 21 ans, Jules Bianchi, le nouveau troisième pilote Ferrari. Bianchi roulera en 2011 en GP2, avec pour objectif de remporter le titre, et de montrer aux hommes de la Scuderia qu’ils ont raison de placer en lui leurs espoirs pour l’avenir . Le français sera épaulé dans le rôle de pilote de réserve par l’italien Giancarlo Fisichella et l’espagnol Marc Gene, alors que Luca Badoer a quitté le navire rouge.

De l’autre côté du mûret, il y a quelques évolutions mais pas de révolution, surtout dû au fiasco d’Abu Dhabi. C’est surtout du côté des ingénieurs de course que les changements interviennent : Pat Fry, en provenance de Mclaren, remplace Chris Dyer, « le » responsable de la stratégie foireuse de la finale 2010, au poste de vice-ingénieur en chef. L’anglais coordonnera notamment les ingénieurs de course d’Alonso et de Massa, respectivement Andrea Stella et Rob Smedley. L’innovation dans la pyramide de la Scuderia est l’arrivée de Neil Martin, débauché chez Red Bull Racing : il commandera une structure stratégique qui agira et guidera les hommes de la Scuderia à distance. En effet, cette cellule restera à Maranello, et aidera l’équipe sur place dans l’analyse des données mais aussi dans la prise de décision : Stefano Dominicalli espère donc ne pas réitérer le fiasco de 2010 à Abu Dhabi, mais aussi toutes les petites erreurs stratégiques commissent depuis son arrivé à la tête de la Scuderia Ferrari, notamment en conditions mouillées.

Deux petites précisions techniques de dernières minutes : d’après certains sites spécialisés, dont scrabs.f1, les batteries du Kers seraient sous le réservoir d’essence, afin d’abaisser au maximum le centre de gravité. De plus, on pensait que les suspensions seraient une « simple » amélioration du système Red Bull, à tirant. Pourtant, certaines rumeurs annoncent que les suspensions avant et arrières seraient interconnectées, afin de mieux contrôler la monoplace, par exemple au niveau de la prise de roulis. On en saura plus dans les jours qui suivent.

Pour l’heure, la F150 est entrain d’effectuer ses premiers tours de roues sur la circuit de Fiorano, avec Fernando Alonso a son volant. La Scuderia utilise en effet une des journées réservées aux tournages de spots publicitaires, avec un maximum de 100km par session. Demain ça sera au tour de Felipe Massa d’effectuer quelques kilomètres à bord de la nouvelle F150. Ferrari se dirigera ensuite vers Valencia pour effectuer les premiers essais privés de la saison. On aura alors une première ébauche de la hiérarchie 2011. Reste à savoir si la F150 est la machine de guerre tant attendue du côté de Maranello.

Via youtube, ferrarif150.com