151013_Fiat_Tipo_01

Fiat étend sa gamme avec une nouvelle berline à coffre hélas assez peu adaptée au marché français.

Sans tambours ni trompettes, Fiat a officiellement présenté sa nouvelle Tipo qui pourrait l’aider à sortir de la culture monoproduit de son pot de yogurt la 500. Souvenez-vous, Fiat disposait il y a encore peu de modèles compacts à forte identité forts : la Ritmo, la Tipo première du nom, et le duo Bravo et Brava. Difficultés économiques aidant, le créneau a été déserté par la marque italienne, qui s’est recentrée sur ses fondamentaux avec la 500. Après une première présentation au salon d’Istanbul au mois de mai, nous disposons à présent de plus d’informations sur cette nouvelle Tipo. Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est loin d’être gagné pour booster les ventes en France. Car proposer dans notre pays une compacte uniquement avec coffre, sans hayon, c’est un peu suicidaire. Il n’est qu’à voir l’insuccès total des Škoda Rapid, Seat Cordoba ou Volkswagen Jetta par chez nous pour comprendre que ce n’est pas là dessus que Fiat fera du volume. Prévue pour être commercialisée dans plus de 40 pays, elle aura plus ses chances en Europe du sud et sur le pourtour méditerranéen, là où les voitures à coffre ont les faveurs des acheteurs.

La Tipo (fabriquée en Turquie où elle porte le nom d’Aegea) est donc une grande compacte de 4,54 m de long au coffre généreux de 520 l. Le style est plutôt dynamique et réussi, et ne présente, ô joie, aucun rappel rétro design. Fiat affirme haut et fort que cette version 4 portes a été prévue dès les origines du projet et n’est pas le dérivé d’une version à hayon.

Les motorisations disponibles seront deux blocs essence de 95 et 110 ch, ainsi que deux diesel de 95 et 120 ch. Transmissions manuelles 5 ou 6 vitesses, et automatique en option sur le seul essence 110ch. Un peu chiche tout ça, espérons que la gamme se développera.

Trois niveaux de finition seront disponibles, mais il faudra atteindre le haut de gamme pour disposer en série d’équipements devenus quasiment la norme : capteur de pluie, allumage automatique des phares ou régulateur de vitesse. Aucun tarif n’a encoré été annoncé pour la France.

On le devine aisément au vu des fiches techniques, la cible privilégiée de cette Tipo sera plutôt les marché émergeants, même si en France elle pourrait entrer en concurrence avec certains produits de chez Dacia par exemple. Reste à attendre les tarifs pour en étudier le positionnement exact et savoir si c’est une bonne affaire. En se basant sur les niveaux d’équipement et les motorisations, elle pourrait se situer à mi-chemin entre les low-cost Dacia et les généralistes Ford ou Renault.

Bon allez Fiat, vous nous faites la même en 5 portes avec des vrais moteurs ? Il paraît que c’est en cours…

Crédits photos : FIAT