First Aquitaine Industries

Jeff Wood, vice président de Ford Europe l’a confirmé en fin de semaine passée, l’usine de Blanquefort (Gironde) va récupérer son logo FORD dès le 1er août prochain. Un geste symbolique réclamé par les syndicats et les salariés depuis longtemps.
D’abord vendu il y a quatre ans, puis racheté il y a deux années, le site industriel girondin va reprendre vie dans quelques semaines avec des investissements de la part du constructeur américain (125 millions d’euros), des emplois pérennisés pour les 5 prochaines années et une aide de l’état, officiellement annoncée pour un montant de 12.5 millions d’euros (la CGT , via son délégué Philippe Poutou dit que l’aide est bien plus importante puisque le syndicat parle d’une aide totale de 37.5 millions ! A vérifier).
First Aquitaine Industries (FAI) employait il y a 4 ans 1600 personnes mais Ford s’engage à maintenir 1000 emplois salariés durant les 5 prochaines années et à fournir au site industriel des  projets pour les prochaines années. Aussi en contrepartie,  l’état français et les collectivités locales et régionales (Blanquefort, région Aquitaine, conseil général de la Gironde et CUB) vont verser 12,5 millions d’euros d’aides publiques. Par ailleurs l’état apportera son soutien avec diverses aides permettant de financer si nécessaire du chômage partiel et/ou de la formation professionnelle si l’entreprise en fait la demande.

Philippe Poutou, ex candidat à la présidentielle 2012 pour le NPA s’est dit «satisfait» mais il souligne que les syndicats, qui considèrent que les projets annoncés par Ford sont interessants et crédibles mais ne permettent peut être pas d’assurer les 1000 emplois annoncés. Ainsi les syndicats font savoir qu’ils resteront vigilants durant les 5 prochaines années.

Depuis quelques jours les nouvelles machines outils arrivent à Blanquefort afin de donner vie au projet principal du constructeur qui est la  fabrication et l’assemblage d’une nouvelle BVA6 actuellement produite aux Etats Unis. La production de cette BVA en Europe viendra compléter celle des USA qui va être insuffisante très rapidement car cette boite de vitesse automatique devrait être proposée sur bon nombre de modèles du constructeur à l’ovale bleu. Chez Ford on estime que la production et l’assemblage de cette BVA devrait occuper au moins 60% des salariés du site aquitain. Les 400 salariés restant seront répartis sur trois projets industriels présentés par Ford, à savoir :

1-La production d’un double embrayage qui partira ensuite pour l’assemblage en Slovaquie
2-La production du carter du moteur L3 1.0 L Ecoboost qui partira pour l’assemblage sur le bloc en Allemagne et en Roumanie
3-La production d’un rack de transport destinés aux moteurs et aux transmissions

Bien sur tous les politiques locaux se sont dits très heureux par cet accord même si le maire de Bordeaux, vice président de la CUB Alain Juppé n’a pas assisté aux dernières réunions entre les parties. Il espère juste la réussite à venir de ce nouveau projet industriel et espère que le site blanquefortin redeviendra vite un des fleurons du groupe Ford en Europe.  Le président de la CUB, Vincent Feltesse souhaite une réelle pérennisation des 1000 emplois créés et enfin le Ministère du redressement productif, par la voix du vaillant Arnaud Montebourg a fait savoir qu’il était heureux de la mise en place d’un accord équilibré et qu’il remerciait la direction de Ford, les salariés et leurs représentants pour les efforts consentis. Il a enfin ajouté que les services de son ministère veilleront au respect des termes de cet accord.

Via Ford, AP, SudOuest, LeParisien.