siège de Lotus

Lotus va mieux et ça se voit !
Une communication plus sportive, passionnée et mécanique, la réouverture des points de vente un peu partout dans le monde, la reprise des anciens contrats de concessionnaires (ceux que Bahar voulaient liquider !), une Exige S Roadster (lancée actuellement en Asie) qui semble plaire et faire de bons essais et surtout de bons débuts commerciaux. Voilà quelques signes encourageants auxquels on ajoutera des distributeurs qui semblent remotivés pour relancer les autos du constructeur d’Hethel sur le marché. Tout cela fait plaisir.

Dernière bonne nouvelle, Lotus vient d’annoncer qu’il allait embaucher dans les prochaines semaines une centaines de nouveaux salariés dont 45 ingénieurs, 40 techniciens affectés à la production et 18 jeunes diplômés qui seront affectés dans les différents services de l’entreprise britannique.
Les nouvelles recrues vont travailler sur le développement de nouveaux produits au sein de Lotus Engineering et certains ingénieurs travailleront pour les services d’ingénierie destinés aux clients extérieurs.

Les dirigeants mis en place par DRB-Hicom apparaissent motivés et veulent aller de l’avant. Aussi Aslam Farikullah, le patron de l’entreprise déclare : « C’est une période de changement substantiel pour Lotus et nous sommes maintenant en position de force pour désormais mettre notre travail au service des futurs produits ainsi que d’augmenter la production dans nos unités de fabrication que ce soit pour les modèles actuels (Elise, Exige, Evora) que pour préparer ceux qui suivront. Nous voulons chez Lotus être à l’avant-garde de l’industrie automobile mondiale et pour rester compétitifs, nous allons introduire dans les prochains mois et prochaines années des produits plus passionnants encore. Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour faire partie de l’avenir de Lotus !. »

Mark Pym, DRH de Lotus de poursuivre : « Les succès de Lotus ont toujours été construits grâce à notre personnel talentueux et dévoué, et nous entrons dans une période de renforcement, il est donc crucial que nous cultivions notre savoir faire, , notre technologie  grâce à l’aide de nos salariés. C’est un signe positif à la fois pour l’industrie automobile britannique et pour Lotus. Nous sommes désormais en mesure de recruter un nombre élevé de spécialistes expérimentés et de jeunes diplômés, qui vont faire leurs premiers pas professionnel  vers une carrière excitante et enrichissante.

Usine Lotus

Voilà de très bonnes nouvelles qui font vraiment chaud au coeur des amateurs de Lotus et qui feront, on l’espère, très vite oublier les « pipolesques » années Bahar qui ont ruiné la firme britannique.

Via Lotus, Autoexpress.