0181 Genève 2013

Présentée en janvier dernier lors du salon de Detroit la nouvelle Lexus IS faisait ses premiers pas en Europe où elle sera commercialisée à partir de juin prochain avec deux défis de taille : se frotter au premium germanique en quasi monopole sur le segment et… sans moteur diesel dans sa gamme ! Mais elle possède néanmoins des armes redoutables et dans un contexte moins favorable au mazout elle pourrait bien jouer les troubles fêtes…

C’est d’abord sur son style très démonstratif que cette Lexus pourra compter. Affuté, très agressif et résolument décalé tout en restant à la fois cohérent pour la voiture et dans la lignée des dernières productions de la marque il ne laisse pas indifférent mais se montre nécessairement assez clivant. La voiture affiche en tout cas des lignes résolument sportives qui donnent à l’ensemble un vrai dynamisme, on sent cette Lexus prête à bondir. Avec une longueur de 4,66 m, la nouvelle IS gagne 8 cm par rapport à celle qu’elle remplace. Elle s’élargie également d’un petit centimètre tandis que l’empattement progresse lui de 7 cm.

L’intérieur est tout aussi original (et tout aussi clivant donc) avec une planche de bord qui là encore reprend les grandes lignes vues sur les GS et LS. La sensation de qualité générale est plutôt flatteuse et à première vue l’ensemble apparaît en progrès par rapport à la précédente génération mais on n’est pas encore au niveau des allemandes les plus prestigieuses et certains ajustements seront certainement à revoir, comme ce bel insert en bois sur les contre-portes arrières qui étaient à moitié décollé sur le salon, il est vrai toutefois que nombreuses sont les personnes accréditées à passer leur temps à tirer, pousser, gratter, remuer, frapper même tout ce qui passe à leur portée dans les voitures…  Un très grand progrès est en tout cas à souligner, cette IS bénéficie enfin d’une banquète arrière rabattable 60/40 et son coffre apparait plutôt vaste.

Au volant on se sent immédiatement dans un cockpit, on n’est clairement pas dans un monospace et si l’espace n’est pas son point fort la voiture procure une agréable sensation de cocon. Les différentes commandes tombent naturellement sous la main et les compteurs d’apparence analogiques sont en fait numériques et configurables selon le mode de conduite choisi.

Mais le plus intéressant se trouve sous le capot. Lexus a choisi de ne pas proposer de diesel et l’IS sera dans un premier temps commercialisée avec deux moteurs essences, un 2.5 litres V6 couplé à une boite automatique et développant 207 ch. et 250 Nm et surtout une version hybride, la spécialité maison, associant un nouveau 4 cylindres 2.5 l de 181 ch. et un moteur électrique, le tout est couplé à une boite CVT pour développer 223 ch. et annonce des performances plus que correctes puisque le 0 à 100 est donné pour 8,3 s. (mais la vitesse maxi seulement pour 200 km/h., étrange…).

C’est naturellement avec cette version hybride que Lexus compte attraper le plus de client et il dispose pour cela en France d’une botte secrète qui pourrait bien s’avérée payante (mais pour qui… ?). En effet cette IS 300h se targue d’une consommation mixte de 4,3 l (peu crédible comme toujours) mais surtout d’un rejet de C02 plafonné à 99 g. et c’est là que tombe l’argument commercial massue puisque avec un tel taux et compte tenu que la voiture est une hybride l’acheteur peut bénéficier d’un bonus écologique allant jusqu’à 4000 € !

Du coup la voiture se retrouve extrêmement bien placée sur les tarifs puisqu’elle s’affiche en entrée de gamme à 37 900 € (sans le bonus déduit) avec un équipement plus que décent dès le premier niveau de finition (phares bi-xénons, jantes alliages de 16 pouces, caméra de recul, climatisation, système de démarrage sans clé, palettes au volant…). Avec la finition Luxe affichée à 46 700 € (bonus non déduit) il ne reste pratiquement rien à rajouter, la voiture disposant du système de navigation, du cuir, des sièges électriques et chauffants, de jantes de 17 pouces et si vous souhaitez vraiment tout avoir il vous reste la version Executive à 53 000 €. Enfin notons que cette IS propose une version Sport, elle bénéficie d’un traitement particulier à l’extérieur et du superbe combiné d’instrumentation type LFA en attendant une future version F nettement plus radicale qui viendra titiller les M3, Classe C AMG et consorts.

Via Lexus

Photos Lexus et Eddy P.