Ford

Lors de cette 86e édition du salon de Genève, Ford nous a invité à les suivre pour le lancement de la gamme Vignale et la confirmation de la gamme Ford Performance. La firme américaine se lance donc en Europe sur des fronts très disparates pour (re)conquérir un plus large public et en a profité pour lancer son nouveau système multimédia Sync 3 puis nous a présenté les pilotes qui conduiront la Ford GT lors du Championnat WEC 2016 et lors des 24 heures du Mans. Bref, grosse actualité pour le constructeur…

Commençons par la déclinaison Vignale (prononcez « Vignalé »), comprenez la finition haut-de-gamme de Ford. Celle-ci, jusqu’ici présente uniquement sur la Mondeo (essayée ici), va être appliquée progressivement sur la plupart des véhicules du constructeur. Sur le stand Genevois était présentée la Mondeo, le monospace S-Max, le SUV Edge ainsi qu’un concept du nouveau Ford Kuga en finition Vignale.

_UMP0420

Ce qui différencie une Ford classique d’une Vignale, c’est surtout une attention accrue apportée à la finition intérieure de ses véhicules. Ford a eu pour réputation d’avoir une finition perfectible, aujourd’hui c’est moins vrai et encore moins avec cette nouvelle déclinaison. On retrouve à bord d’une Vignale une utilisation accrue du cuir sur le tableau de bord, les contre-portes, sur le tunnel de transmission ainsi que bien évidement sur les sièges. Ceux-ci sont recouverts d’hexagones allongés (logo Vignale) dessinés à l’aide de surpiqûres blanches, que l’on retrouve également sur l’ensemble de l’intérieur du véhicule. Dans les faits, et sans encore être au niveau de ce que l’on peut trouver Audi ou Mercedes, le travail sur la finition est assez impressionnant. Ford justifie cette nouvelle gamme par le fait que 70 % de ses véhicules sont commandés en haut-de-gamme.

La gamme Vignale s’accompagne également d’un univers de service de conciergerie dédié donnant accès à des voyages exclusifs, ou des événements VIP dans toute l’Europe, comme le Chelsea Flower Show ou le Grand Prix F1 de Monaco.

Pour ma part, et après avoir déjà tenté l’expérience avec la griffe « Ghia », je suis un peu sceptique sur le fait que cette gamme rencontre un vrai succès… Mais après tout, ce n’est que l’équivalent de la finition Initiale Paris chez Renault, et sachant que celle-ci marche plutôt bien, pourquoi Ford s’en priverait ?

_UMP0068

Le constructeur présentait aussi au cours de ce salon une nouveauté sportive, la ST200. Mise en lumière par Victor ici, celle-ci s’est révélée sous mes yeux lors d’une soirée pré-salon où j’ai pu découvrir la bête en vrai, une bête qui transpire la puissance et l’efficacité ! Malgré une plastique trop ressemblante à mon goût à la ST normale, j’ai réellement envie de la comparer à cette dernière et voir si cette évolution est vraiment justifiée ou si elle est une frustration de plus pour nous qui voulions une version encore plus poussée ou une déclinaison RS…

Le Sync 3 faisait aussi une première apparition en terre automobile, après sa révélation au MWC (Mobile World Congress) de Barcelone. Pour faire simple, Ford lance son nouveau système multimédia qui peut désormais être associé à votre smartphone Android ou iOS, grâce à l’adoption d’Android Auto et d’Apple CarPlay. À l’image de Renault, Ford ouvre également son système à des développeurs pour créer des applications. Un petit français est mis en avant par Ford, MyBoxMan, un Uberlike pour la livraison de colis, qui vous permettra de toucher un peu de sous en livrant des colis. Le système de reconnaissance vocale évolue lui aussi, plus besoin de chercher le McDo le plus proche dans les menus du GPS, il vous suffira de dire : « J’ai envie de manger un burger » et Sync 3 vous guidera jusqu’au restaurant de burgers le plus proche. Survolé sur le salon par manque de temps, j’ai vraiment hâte de l’essayer sur la longueur lorsqu’il sera disponible sur Kuga 3 et S-Max. Le Sync 2 m’avait déjà bien plus sur la Ford Focus ST SW TDCI ici.

_UMP9919-Modifier

On finit par le meilleur à mes yeux, la Ford GT ! Quelle voiture exceptionnelle… Elle m’a fait rêver à Genève l’an dernier et la revoir en version définitive, il y a quelques jours, dans cette livrée blanche digne d’un Stormtrooper, m’a vraiment fait chavirer. C’est simple, je ne lui trouve absolument aucun défaut esthétique ! Elle est à la fois respectueuse du dessin de son illustre ancêtre, la Ford GT40, et ancrée à 200 % dans le présent. Était aussi présente la version IMSA de la Ford GT, qui sera au départ des 24 heures du Mans avec trois autres exemplaires pour l’édition 2016.

_UMP0429

Olivier Pla – Pilote Ford GT

J’ai également eu la chance de pouvoir m’entretenir quelques minutes avec le pilote français Olivier Pla, Champion du Monde en Le Mans Series LMP2 2009. Celui-ci m’a dit avoir un très bon ressenti avec cette voiture et pense que l’objectif de Ford, qui est de faire un très bon résultat dès leur première année, n’est pas un rêve et pourrait devenir une réalité. Il faut dire que face à sa cousine américaine, la Corvette C7R, gagnante l’année dernière de la catégorie LMGT-Pro, la Ford GT arrive dans une catégorie très disputée et pourrait créer la surprise.

Enfin, j’ai pu apercevoir celle qui sera mienne à la fin du mois, dans le sud de la France : La Ford Focus RS. Hâte de la découvrir et de vous donner mes impressions à son sujet…

_UMP2670

_UMP2717

Je tiens à remercier Ford Europe et Ford France pour l’invitation à ce salon de Genève 2016, ainsi que pour leur gentillesse et leur professionnalisme.

Source : Ford France

Crédits Photo : Ugo Missana