On attendait la pluie pour pimenter ce dernier Grand Prix Européen de la saison. Mais elle ne fut pas au rendez-vous !

couv-monza

Une averse s’est bien abattue sur le circuit de Monza 30 minutes avant le début de la course, mais la piste a séché très vite ce qui nous a donc privé d’une course qui aurait pu s’annoncer pleine de suspens. Tans pis pour le spectacle…

Un mot tout d’abord des qualifications, où les 2 RedBull de Vettel et Webber ont dominé, et occupent donc la première ligne. Plus étonnant, la belle performance de Nico Hulkenberg qui a réussi à hisser sa modeste Sauber en 3ème place, devant les 2 Ferrari de Massa et Alonso. Suivent dans le top 10 Rosberg, Ricciardo, Perez, Button et Vergne. Notez l’absence dans ce haut de classement des 2 Lotus de Grosjean (13ème) et Raikkonen (11ème) ainsi que de Lewis Hamilton (12ème), passés totalement à côté des leurs qualifs. Hamilton avoue lui même qu’il a « mal piloté ».

Le départ a donc lieu sous un ciel certes menaçant, mais sans pluie. Les 2 Ferrari d’Alonso et Massa prennent un excellent départ, Alonso zigzague afin d’essayer de trouver l’ouverture sur les RebBull, mais il n’y parvient pas, sans doute à cause du freinage extrêmement tardif de Vettel qui allume ses pneus à la première chicane.

Ce premier virage est redouté de part sa configuration à 90° en bout de ligne droite propice aux accrochages. Et ça n’a pas manqué ! Raikkonen bloque ses 2 roues avant et vient percuter la McLaren de Perez contraint de tirer tout droit. Hamilton, qui se trouvait juste derrière, coupe la chicane pour éviter les débris. Les débris, ce sont ceux de la monoplace de Kimi, dont l’aileron avant est passablement endommagé.

Felipe Massa parvient à rendre le meilleur sur Mark Webber à la sortie de cette première chicane, il se retrouve par le fait en 2ème position. Hulkenberg quant à lui aura perdu 2 places en se faisant dépasser par les 2 pilotes de la Scuderia.

Vient alors très vite le 2ème gros freinage du circuit, et la encore on va assister à un accrochage, cette fois ci entre Paul di Resta et Romain Grosjean. Le pilote Force India loupe son freinage et vient s’encastrer à l’arrière de la Lotus du français. Miraculeusement, Grosjean peut continuer sans soucis alors que la monoplace de di Resta est détruite. C’est d’autant plus dommage que cette dernière était équipée ce week-end d’une caméra thermique qui permettait de voir très clairement les contraintes subies par les pneus. On s’en passera pour la course… Cela nous laisse tout de même une vidéo inédite, un « crash thermique » :

La fin du premier tour se déroule sans encombres, mais Kimi Raikkonen doit passer par les stands pour remplacer son aileron avant trop endommagé pour continuer ainsi.

Au troisième tour, on assiste à une belle lutte entre Alonso et Webber : le pilote Ferrari va parvenir à dépasser la RebBull grâce à une superbe manoeuve assez osée à la deuxième chicane qui occasionnera d’ailleurs un très léger contact entre les 2 monoplaces, sans gravité mais assez pour détacher un petit morceau de l’aileron avant de la canette RedBull.

gp-monza-12

Vettel se met très vite à l’abri d’une éventuelle attaque de Massa en sortant de la seconde de la zone permettant d’activer le DRS.

Du côté de Mercedes, au 6ème tour, on indique à Hamilton par radio qu’il a un problème de …. radio ! Cela risque de le gêner pour la suite, mais il reste quand même le bon vieux panneautage le long des stands (comme quoi, de temps en temps, ça sert à quelque chose !)

Chez Ferrari, la radio semble au contraire très bien fonctionner, puisque Fernando Alonso se débarrasse très facilement de Felipe Massa au bout de la ligne droite des stands.

gp-monza-13

Au même moment, plus loin dans le peloton, on assiste à une bataille à trois entre Hamilton, Rosberg et Ricciardo. Vettel doit faire face à des vibrations dues à un plat sur son pneu avant droit qui s’est formé au départ du grand prix lorsqu’il a bloqué sa roue. Cependant, ce petit soucis n’a pas l’air de beaucoup le gêner puisqu’il colle entre 2 et 4 dixièmes au tour à Fernando Alonso…ce qui exaspère d’ailleurs ce dernier ! (et ça peut se comprendre).

Pour Hamilton, rien ne va plus : après son soucis de radio, il est victime d’une crevaison lente ! Il rentre aux stands 2 tours après avoir été prévenu, bouleversant par la même occasion sa stratégie.

Au 14ème tour, Alonso est déjà 6 secondes derrière Vettel !

Derrière lui, Webber tente d’attaquer Massa, sans succès pour l’instant. Quelques secondes plus tard, Jean-Eric Vergne abandonne dans un panache de fumée suite à un problème de transmission.

Tour 16-17-18, Alonso ne perd « plus que » 0.1 ou 0.2 seconde par tour sur Vettel, il sera même plus rapide au 19ème passage !

Un peu plus loin, Perez est à la lutte avec Ricciardo mais ne parvient pas à la dépasser même DRS ouvert du fait de la vitesse de pointe de la Torro Rosso de l’Australien (qui pour rappel remplacera son compatriote Mark Webber chez RedBull l’an prochain).

La valse des arrêts va alors commencer, avec notamment Grosjean au 21ème tour, avec un très mauvis changement de pneus (5.6 secondes), puis Button, suivi de Ricciardo et Perez au tour 23. Pour ses 2 arrêts, l’écurie McLaren mettra plus de 4 secondes pour changer les gommes, alors que chez RedBull où Vettel et Webber s’arrêtent coup sur coup au 24ème tour, les arrêts ne prennent que 2.6 et 2.7 secondes !

gp-monza-15

Au 25ème tour, Hulkenberg et Massa passent aux box, et le pilote Brésilien sera dépassé par Webber en ressortant. Alonso quant à lui s’arrête 2 tours plus tard, et ressort de justesse devant Webber, la Scuderia ayant un peu tardé à le faire rentrer alors qu’il perdait de plus en plus de temps avec ses pneus usés.

Au 27ème tour, on demande déjà à Vettel de gérer son avance… déprimant, non ?

Au 29ème tour, Hamilton double son coéquipier à la première chicane. Raikkonen effectue son 2ème arrêt au 31ème passage, et Hamilton décidément très en forme vient à bout d’Hulkenberg au 32ème tour.

La barre des 11 secondes d’écart entre Vettel et Alonso est franchie au 34ème tour !

Nico Rosberg nous gratifie d’un superbe slalom entre les panneaux publicitaires après avoir tiré tout droit au premier freinage au 36ème tour. 2 tours plus tard, Grosjean passe Perez sans accrochage (connaissant les 2 garçons, c’est un exploit ! Non, je suis mauvaise langue là !). Hamilton effectue son 2ème arrêt au 39ème tour alors qu’il était en pleine série de meilleurs tours en course, curieuse stratégie de la part de Mercedes … Il ressort en 14ème position.

gp-monza-14

Aux avants postes, Mark Webber se rapproche dangereusement d’Alonso, mais il est averti par son stand qu’il doit « short-shifter » entre la 2ème et la 3ème vitesse, c’est à dire ne pas attendre les 18 000 tours/min pour changer de rapport. Craindrait-on un soucis de transmission chez RedBull ? Possible, car quelques minutes plus tard, on donne la même consigne à Vettel.

La fin de course va être animée par un Lewis Hamilton déchainé : il parviendra à dépasser Guttierez, Sutil, Raikkonnen, Perez puis Button en 7 tours seulement entre le 44ème et le 51ème. !

Raikkonen viendra de son côté à bout de Perez au 52ème tour, mais seulement pour la 11ème place.

Bref, vous l’aurez compris, Vettel sans grande difficulté remporte son 6ème Grand Prix cette saison devant Alonso et Webber, c’est la 32ème victoire de sa carrière après sa 50ème pôle position de Samedi.

Au championnat, il conforte encore plus son avance avec 222 points, soit  53 de plus que Fernando Alonso (169). Hamilton et Raikkonen font donc une très mauvaise opération avec leurs 9ème et 11ème place, ils semblent définitivement écartés de la course au titre, sauf Grosse Katastrof für Vettel… A noter la belle course de Nico Hulkenberg qui termine en 5ème place ; il aura su tirer parti de sa superbe qualification !

Le classement complet :

1 Sebastian Vettel Red Bull Renault
2 Fernando Alonso Ferrari
3 Mark Webber Red Bull Renault
4 Felipe Massa Ferrari
5 Nico Hulkenberg Sauber Ferrari
6 Nico Rosberg Mercedes AMG
7 Daniel Ricciardo Toro Rosso Ferrari
8 Romain Grosjean Lotus Renault
9 Lewis Hamilton Mercedes AMG
10 Jenson Button McLaren Mercedes
11 Kimi Raikkonen Lotus Renault
12 Sergio Perez McLaren Mercedes
13 Esteban Gutierrez Sauber Ferrari
14 Pastor Maldonado Williams Renault
15 Valtteri Bottas Williams Renault
16 Adrian Sutil Force India Mercedes
17 Charles Pic Caterham Renault
18 Giedo Van der Garde Caterham Renault
19 Jules Bianchi Marussia Cosworth
20 Max Chilton Marussia Cosworth
21 Jean-Eric Vergne Toro Rosso Ferrari
22 Paul di Resta Force India Mercedes

Prochain Grand Prix : le 22 septembre à Singapour (horaires européens habituels, mais GP de nuit !)

Via Youtube, Crédits Photos NextGen-Auto.com