margot andros

L’année 2013 est à marquer dans les annales du changement. Celui du Grand Prix de la Formule 1 bien entendu. Entre flip et clac, le début de saison 2013 du GP F1 en voit de toutes les couleurs. L’annonce des droits de diffusion de la Formule 1 pour Canal+ a suscité une vive émotion sur la toile. Le dernier GP de Malaisie a été animé par un coup de théâtre. Entre Webber et Vettel rien ne va plus. Les pilotes de l’écurie Red Bull-Renault ont transformé un sport noble en chamailleries de récréation. Je crois que je ne m’avance pas de trop si j’affirme que les pilotes sont restés de grands enfants finalement. Margot Laffite a accepté de partager avec Blogautomobile son analyse fine. Revenons avec la pilote de Renault Ellip6 et journaliste automobile sur l’actualité mouvementée de la F1.

On ne vous présente plus Margot Laffite. A 32 ans, la pilote Renault est incontournable dans le sport automobile. Présentatrice de l’émission V6 sur RTL9, journaliste automobile chevronnée pour Formula One sur Canal+, elle nous décrypte le début de la saison du Grand Prix de Formule1 qui a démarré sur les chapeaux de roues.

BlogAutomobile :Quel est votre objectif sur Canal+?

Margot Laffite : Tout comme Canal+, j’ai la volonté de bien faire. La chaîne s’est donnée les moyens pour réussir, proposer de la qualité. Ce sera intéressant.

BA :Alonso, Vettel, Webber, Hamilton, Raïkkonen , la saison  F1  s’annonce pleine de surprises, quels sont vos pronostiques pour cette saison ?

ML : Vettel a la voiture et le talent pour chercher le titre de champion du monde. Les voitures n’ont pas tellement évolué, les pronostiques se basent aujourd’hui sur le talent des pilotes. Ferrari a les moyens de convoiter une belle place avec Alonso aux commandes. Par contre, Mc Laren doit être à 100% sur les 17 prochaines courses pour remonter voir rattraper ; ce qui va être très difficile. Mercedes ne se porte pas mal, même si cela reste compliqué pour l’écurie, ils comptent sur le talent d’Hamilton. De toute manière, à mon avis, tout se joue entre Red bull, Ferrari et Lotus.

BA : « j’ai foiré aujourd’hui. J’aimerais trouver une bonne excuse, mais je ne peux pas. Je peux comprendre la frustration de Mark et de l’équipe de ne pas être heureux avec ce que j’ai fait, je leur dois une explication » extrait d’un article du Racing Red Bull suite au choix de Vettel d’ignorer les consignes de la passerelle de commandement. Avez-vous compris son choix ? à sa place qu’auriez-vous décidé ?

ML : Les dernières nouvelles, Webber n’avait pas assez d’essence. La Formule1 reste un show. A froid, l’histoire de la F1 nous montre que ce type d’agissements a toujours existé. Souvenons-nous en 2010, la situation Webber/Vettel était inversée. Webber a l’attitude de Vettel en travers la gorge.  Nous verrons si l’Australien a la rancune tenace. Les pilotes sont avant tout des compétiteurs. Je peux comprendre ce choix, l’objectif d’un pilote est de gagner sa course. Lorsque l’on a remporté trois titres de champion du monde, on ne peut se contenter de la seconde place. Ce qui est le cas pour Vettel. Maintenant, ne pas avoir respecté les consignes n’est pas très régulier de la part de Vettel. Faut savoir ce que l’on veut. Devenir un champion gentleman, smart comme Button qui n’a remporté qu’une seule fois le titre de champion du monde ou courir après les exploits comme Schumacher. Nous nous souvenons de ses attitudes très limites. Nous ne remettons pas en cause ses records, au contraire, nous avons le sourire aux lèvres en repensant aux courses. Tout est question de tempérament. Vettel veut la victoire.

F1_Grand_Prix Chine

Le triple champion du monde a récemment déclaré qu’il ne regrettait en rien son choix. Il est engagé pour gagner, ce qu’il a fait. Le pilote ne voit pas en quoi Mark Webber méritait de gagner. De surcroît, Vettel soutient qu’il n’a pas compris l’ordre Multi-21. Ajoute même que si il avait compris cet ordre, il n’aurait certainement rien changé. Vettel accepte la faute d’être passé devant l’écurie, mais ne s’excuse pas d’avoir gagner. Comme le soulignait Margot Laffite, Vettel est un compétiteur avant tout.

Concernant l’avenir proche de Webber, l’Australien certifie finir la saison 2013 avec l’écurie de Dietrich Mateschitz. Pour le moment, il n’a pris aucune décision pour sa carrière. Il attend de voir comment la saison va se terminer. Pour l’heure, la tension règne dans la team Red Bull.

BA: La place de second pilote peut être frustrant, générateur de tensions?

ML: Le 2e d’une écurie est une place très importante. Regardez Massa chez Ferrari. Ce poste est crucial pour le développement de la voiture. Newton est l’exemple parfait de second pilote.

BA: Des bruits de couloirs parlent d’un éventuel transfert de Raïkkonen chez Red Bull Renault; Pensez-vous qu’il serait susceptible de quitter sa place de pilote n°1 chez Lotus?

ML: C’est vrai, ce que l’on entend dans le milieu. Gérer deux pilotes de pointes risquent d’être très compliqué pour le management Red Bull Renault. Ce serait beau! Mais Red Bull devra faire preuve d’une gestion humaine sans faille.

BA :Lors du GP de Chine le 12-13-14 Avril prochain, pensez-vous assister à du zèle de courtoisie sur le circuit ?

ML : Comme pour la Malaisie, les conditions météo seront de la partie. Le circuit convient bien aux F1 Mercedes. Difficile de pronostiquer en début de saison sur cette course. En 9 courses, nous avons 8 vainqueurs différents. Il est certain que ce Grand Prix sera suivi après les mouvements du GP de la Malaisie. Nous nous attendons à tout.

Mark Webber, China, 2011

BA : Les villes de Monaco, New-York ont leurs Grand Prix de Formule1, que nous manque-t-il pour voir un jour le Grand Prix de France dans les rues de Marseille, Lyon ou de Versailles ?

ML :En France, on aime pas les voitures. Trop de bruits, trop de pollutions, trop de gens, les politiques et les gens sont « autophobes ». On ne voit pas ce qu’un Grand Prix apporte sur un plan économique! C’est dommage pour quelques jours dans l’année. C’est totalement réalisable, c’est dans les mains des politiques.

BA: Le retour des turbos l’an prochain….

ML: Avec le retour des turbos, nous allons assister à une redistribution totale des cartes. Les équipes vont devoir reconstruire une voiture, avec un turbo qui se greffe sur un moteur plus petit mais plus puissant. Nous n’allons pas revoir les courses des années 70 avec des voitures incontrôlables. Les coups de pied au cul n’existeront plus. Les voitures seront totalement contrôlées. Ce n’est pas une révolution, cependant, on s’attend à voir de beaux spectacles.

BA : Que pensez-vous de la pilote Margot Laffite ?

ML : Elle est sympa cette Margot! Je roule sur la Mégane Trophy pour les WorldSeries. J’ai besoin de rouler. J’ai un tel plaisir au volant.

Retrouvez l’analyse du Grand Prix de Margot Laffite sur Canal+ en clair le dimanche à 18h30. Le sang qui coule dans ses veines la portera loin, très professionnelle, Margot Laffite n’a pas la grosse tête ! Vérifiez par vous-même lors du Trophée Andros Electrique. Une des seules compétitions d’entre deux grandes saisons, qui permette une véritable connexion avec le public et les pilotes, dans un esprit très familial, décontracté et sportif.

Pour conclure, d’après Margot Laffite, le Grand Prix de Formule 1, actuellement dans la tourmente, saura se sortir de ce mauvais pas. Vettel semble être le pilote présupposé Champion du Monde en F1. Mais Alonso est là, compte bien le montrer. Assisterons-nous à un retour de manivelle de la part de Weber?… bref, quoiqu’il en soit, la saison 2013 du GP F1 n’est pas courue d’avance !

F1_Grand_Prix Red Bull

Crédit Photo: Red Bull / Margot Laffite