heuliez

Hier jeudi 11 avril, le tribunal de commerce de Niort (Deux Sèvres) a place Heuliez en redressement judiciaire avec un période d’observation de 6 mois. Cela veut dire qu’Heuliez a jusqu’au 10 octobre prochain pour solutionner ses problèmes ou trouver un repreneur.
Le tribunal a suivi la demande du ministère public, celle  du directeur général d’Heuliez ainsi que l’avis du groupe Baelen Gaillard Industrie et du secrétaire du comité d’entreprise (CFDT) qui représente l’ensemble des 295 salariés. Les syndicalistes présents se sont dits provisoirement soulagés par le fait que le tribunal accorde une nouvelle chance à l’entreprise qui fait encore travailler 283 personnes en CDI et 12 en CDD.

BGI, le repreneur de 2010 a fait savoir au tribunal de commerce qu’il est arrivé au bout de sa capacité de soutien, rendant une nouvelle recapitalisation menée par BGI impossible à ce stade du dossier.BGI met aussi en avant le fait qu’il n’y a actuellement aucun repreneur pour l’entreprise ou même le moindre investisseur. Comme je vous le disais en début de semaine , le seul salut pour Heuliez passe par ce fameux accord de sous traitance avec Volkswagen qui pourrait  rapporter à l’entreprise de Cerizay entre 20 et 30 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel dès 2014 pour 3000 à 6 000 références de pièces détachées à fabriquer durant plusieurs années. Par ailleurs Heuliez explique sa situation actuelle par la crise du marché automobile et les faibles ventes de VE qui sont bien en deçà des prévisions. La direction réitère le fait qu’elle attendait un CA d’environ 38 millions d’euros dès l’an passé et qu’au final elle n’en obtenu un que d’un trente huitième de ce qui était prévu (~1 million d’euros). Une affaire qui semble donc mal engagée pour sortir l’entreprise du gouffre dans lequel elle est tombée et qui confirme une fois encore que BGI était tout sauf un repreneur fiable et suffisamment solide financièrement pour aider Heuliez.

Via L’Expansion.