Hier le tribunal de commerce de Niort a accepté le dossier Heuliez et placé le carrossier de Cerizay en redressement judiciaire pour une période d’observation de 6 mois avec quasi obligation de trouver un repreneur sérieux et fiable ( c’est à dire à l’opoosé de BKC ou d’A.Manas ! ) dans un délai de deux mois puisque ce même tribunal reprendra le dossier fin juillet prochain.

Selon les syndicats il n’est pas très agréable d’être placé en redressement judiciaire mais cet état de fait permet de payer les employés et surtout d’étudier avec un minimum de sérennité les dossiers et offres des repreneurs potentiels. A ce jour il reste deux  projets en lice pour la reprise, celui du fond d’investissement Delamore & Owl qui se dit, ce matin encore  ( BFM Eco ), prêt à investir de suite ou presque 25 millions d’euros dans Heuliez et qui s’engage à maintenir l’activité de l’entreprise ( ce projet a la préférence des actuels dirigeants d’Heuliez  ) et un projet d’investisseurs franco-allemands qui est le choix de Régis Valliot car les entreprises concernées exercent dans les secteurs de l’emboutissage industriel et du véhicule électrique ? Ah bon… Ce dernier projet entrainerait toutefois le licenciement de plus de 200 des 600 salariés d’Heuliez mais les syndicats se disent décidés à étudier la proposition car la société Heuliez qui appartient toujours à BKC est en cessation de paiement depuis mardi après une année de difficultés financières diverses, mauvaise gestion industrielle et de péripéties politico financières ! Merci à Monsieur Estrosi et Madame Royale qui se font étonnament discrets depuis le début de semaine ! 

Le second candidat à la reprise se nomme Baelen Gaillard Industrie, groupe français qui voudrait juste reprendre la partie emboutissage, ferrage et carrosserie d’Heuliez et ils la division EV et R&D à un allié allemand “grand spécialiste” des autos électriques…mouais ! En attendant, BKC est poursuivi en justice pour récupérer la créance de 15 millions d’euros pormise en 2009 lors de la prise  de contrôle de l’entreprise de Cerizay par Bernard Krief Consulting. Un bel imbroglio financier et judiciaire se met en place et  il pourrait perdurer bien au de là de la survie d’Heuliez. Toujours est il que c’est le tribunal de Niort qui aura le dernier mot fin juillet 2010 soit en faisant le choix d’un repreneur, soit en mettant l’entreprise en liquidation judiciaire !

Via AFP, LaTribune, BFM, Rodho.