Plaisir solitaire ou plaisir partagé ? Avec le Veloster qui allie style et fonctionnalité sous une robe de vrai-faux coupé, Hyundai s’essaie à l’art du double jeu.

Une fois n’est pas coutume je ne connais rien ou presque du modèle que je vais essayer aujourd’hui dans le Var. Pas plus ou presque de son constructeur. En bon automobiliste français lambda, je m’inscrit dans la moyenne de mes concitoyens et je roule quotidiennement dans une citadine française de 4 mètres environ. Et en dépit de ma passion pour l’automobile, j’avoue que les constructeurs coréens n’ont encore jamais fait vibrer de corde sensible chez moi, à part peut être le Kia Soul.
Hyundai, puisqu’il s’agit de ce (nouveau) géant de la production automobile, me propose de prendre contact avec son nouvel engin mi-coupé mi-compacte, le Veloster.
Ne pensez pas bicyclette à la lecture de ce drôle de patronyme, il s’agit officiellement de la contraction des mots velocité et … roadster. Vous pensez alors que celà n’a rien à voir avec le produit que je vous présente, et vous avez raison. Où est le roadster dans le Veloster ? Passons …

 

Cette confusion des genres et des termes ne semble pas troubler Patrick Gourvennec – Directeur Général de Hyundai France , fier que ce nom « intrigue en même temps qu’il véhicule de l’émotion ».

Dès la découverte des véhicules d’essai à l’aéroport de Toulon Hyères, sourires et surprise s’inscrivent sur tous les visages grâce à la splendide palette de couleurs que propose le teintier du Veloster. Avec des noms aussi évoquateurs et osés que Vitamin C, Sun Flower ou Green Apple, les dix couleurs de carrosseries disponibles assurent vraiment le show et donnent tout de suite à n’importe quel badaud l’envie de s’approcher des véhicules.

 

 

L’engin est fortement inspiré du Veloster Concept présenté en 2007. Si il lui reste très fidèle dans l’esprit et les proportions, le véhicule de série dépasse le concept en innovation avec son architecture « 2+1 portes » inédit dans cette catégorie.

 

Cette architecture unique offre au coupé coréen une porte supplémentaire côté passager dont la poignée est dissimulée dans le prolongement de la vitre ( façon DS4). Les montants de pare-brise noirs jouent la continuité des surfaces vitrées tandis qu’à l’arrière la double sortie centrale d’échappement donne à croire que le Veloster a un très fort tempérament. Fan du concept originel, je regrette l’abandon des lignes franches et radicales pour un ensemble plus mou et moins expressif. C’est notamment vrai pour la face avant qui en adoptant le style actuel des autres véhicules de la gamme Hyundai perd l’esprit sportif et exclusif du concept. Depuis 2007, le style Hyundai se dit  » Fluidic Sculpture » , un design porté par la nature et qui veut optimiser l’aérodynamisme, source de fluidité et d’économie de carburant.  Autres ratés, le traitement intérieur des phares et feux ( toujours par rapport au concept) et ces affreuses aérations plastiques factices qui écrasent visuellement le capot moteur. L’ensemble s’inscrit néanmoins bien dans son époque et on peut trouver ici et là des ressemblances avec d’autres modèles familiers ( DS3 à l’avant, Megane coupé à l’arrière).

 

 

Si le style exterieur se veut distinctif et original, l’intérieur accueille le conducteur dans un univers archi connu pour les amateurs de voitures asiatiques, et même les possesseurs d’une Ford récente ! Hormis quelques erreurs d’ergonomie ( implantation de la platine de lèves vitres trop en arrière,  commandes de climatisation peu intuitives) l’espace intérieur est traité avec  bon goût mais n’apporte aucune innovation de style ou de fonctionnalité . Par ailleurs la qualité des plastiques durs est très quelconque. On apprécie davantage l’équipement pléthorique : le Veloster est disponible en trois niveaux de finition tous très bien pourvus en série avec, dès le modèle de base Inventive, 6 airbags, ESP, climatisation, régulateur de vitesse, radar de recul, allumage automatique des phares, jantes alliage, écran tactile …

 

 

Après avoir constaté la surprenante habitabilité et la grande capacité de remplissage du coffre (pour la catégorie) où 4 valises cabines peuvent tenir côte à côte sur la tranche, il est maintenant temps de prendre la route pour juger des performances de ce coupé inédit.

 

Le Veloster ne dispose que d’ une seule motorisation, qui plus est essence, un quatre cylindres 1.6 injection directe développant 140ch à 6300tr/mn pour un couple de 167Nm à 4850tr/mn. Autant dire que cette offre moteur très limitée sera un sérieux handicap pour la diffusion du Veloster en France. Mais le Veloster est un produit mondial et la France un marché atypique avec un taux de diesélisation inédit.  Ce bloc aluminium avance des valeurs de consommation raisonnables et affiche avec 148g le plus petit rejet de CO2/km de sa catégorie. D’abord disponible en boite manuelle à 6 rapports, le coupé compact Hyundai pourra très vite être équipé d’une boîte à double embrayage baptisée DCT-6 pour Double Cluch Transmission 6 rapports.

J’ai d’ores et déjà pu essayer les deux boites sur des parcours mixant zones urbaines, autoroutes, départementales et nationales « de montagnes » culminant vers 400 mètres de hauteur. Dans les deux configurations, boîte manuelle ou automatique, le Veloster manque globalement de nervosité. L’engin ressemble à ce qui devient la norme dans la production automobile actuelle, un véhicule au look ravageur et sportif, mais au comportement et à la puissance en réserve.  Ceux qui ne recherchent pas une voiture à fort tempérament pourront gouter au plaisir de rouler dans un véhicule distinctif, confortable, sécurisant et fiable. Attention toutefois à l’impression de flou donnée par la direction à assitance électrique. Très douce en manoeuvres, elle manque de consistance et de fermeté avec la vitesse. La sonorité du moteur est discrète et plutôt agréable, le freinage vif et consistant. La tenue de route est saine, l’ammortissement parfois un peu raide, mais l’ensemble du comportement routier ne souffre d’aucun défaut majeur. La plate forme est inédite et exclusive au coupé! Quatrième constructeur mondial derrière Toyota, GM et VW, le groupe Hyundai ( Hyundai et Kia) est capable de développer et de rentabiliser un tel projet ( un chassis propre, un seul moteur, et deux carrosseries selon que le volant est à droite ou à gauche) grâce à la diffusion mondiale du produit. De quoi faire rêver plus d’un constructeur européen et particulièrement français, peu à l’aise sur les marchés dits de niche.

 

De la bouche même du Directeur Général de Hyundai France, le Veloster est destiné aux jeunes couples avec un enfant. Le coupé à double jeu entend concilier les exigences de plaisir ( de Monsieur) avec les besoins d’espace, de fonctionalité et de sécurité ( de Madame). Passés ces clichés quelque peu réducteurs , le Veloster représente une alternative intéressante à la berline compacte classique mais aussi aux citadines premium et pourra plaire autant aux femmes qu’aux hommes. Le Veloster est destiné à accompagner et soutenir les +20% de Hyundai en France sur les six premiers mois. Notez que près des deux tiers des ventes françaises sont constituées de véhicules produits en Europe. L’objectif de Hyundai est de prendre 5% du marché hexagonal des coupés, soit 2000 unités en année pleine.

Avec des prix allant de 22 390€ à 28 790€ ( hors peinture métalisée à 480€) , le Veloster est un pari osé en France où,  à l’inverse de certains voisins européens, Hyundai jouit d’un déficit d’image préjudiciable sur le marché des coupés au moment de signer un chèque moyen de plus de 25 000€. Qui peut prédire de l’image et de la valeur d’un tel véhicule lors de sa revente dans 2, 3 ou 4 ans ? L’atout choc du constructeur coréen sera sans nul doute son offre 5 ans de Triple Garantie. Ce service Hyundai exclusif comprend :

-5 ans de garantie kilométrage illimité – 5 ans d’assistance gratuite – 5 ans de contrôle annuel.

 

Arrivé en France il y a douze ans, Hyundai est resté longtemps une simple alternative aux véhicules d’occasion. Désormais à portée de roue du podium mondial, le coréen devient doucement mais surement un acteur majeur du marché automobile. Son réseau de distribution est actuellement en pleine restructuration et il faut s’attendre à voir apparaître pas moins de dix nouvelles voitures siglées Hyundai d’ici 2013. Le nouveau slogan de la marque  » New thinking – New possibilities » illustre à merveille la nouvelle politique maison , celle de l’innovation, de l’intuitivité et de l’audace. De quoi permettre à Hyundai d’offir de belles surprises à ses futurs nouveaux clients.

 

 

 

Crédit photos : Philippe KERLEROUX et DP Hyundai

Pour  les détails techniques c’est par ici : Fiche Technique-VELOSTER