Après quelques interruptions l’an passé et après la trève estivale, l’heure de la rentrée a sonné pour beaucoup d’entre vous notamment pour les plus jeunes qui dès demain vont retrouver leurs professeurs préférés mais aussi importants pour leur avenir ! Pour le site c’est aussi la rentrée, avec le retour de quelques rubriques, le retour de quelques rédacteurs et je l’espère quelques évolutions du site dans les prochaines semaines. Aussi ce sont les photos d’autos qui font leur reprise avant tout le monde. Italie, Transit, Zil, BVM5 à la française, Jaguar, Assistance…

On commence avec du lourd et ce vestige d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre, celui de la guerre froide ! Voici un Zil E 167 entrain de mourir dans une casse automobile du coté des plaines d’Asie centrale. Il fut l’un des symboles d’une certaine puissance soviétique entre les années 60 et 90 tant dans l’armée rouge que dans les opérations d’exploration en conditions difficiles pour ne pas dire extrêmes . Cet énorme 6×6 de près de 9.30 – 9.50 m de long selon les versions, 3.15 m de large et haut de plus de 3.0 m pouvait passer partout grâce à des capacités hors normes comme une garde au sol de 75 cm, une capacité à franchir les gués de 1.80 m de profondeur ou à rouler dans plus d’un mètre de neige compacte ! Etonnament ce Zil n’était propulsé que par deux V8 3.5 L de 180 ch chacun ce qui limitait les performances puisque sa Vmax n’atteignait que 65-70 km/h. Un réservoir de 900 litres alimentait les V8 qui engloutissaient entre 80 et 100 L/100 km. Fallait au moins cela pour emmener cet engin de 7 tonnes à vide avec une charge utile de plus de 5 tonnes … Ceux qui ont eu la chance de voir les fameuses revues militaires de la Place Rouge se souviennent peut être de ce Zil en version tracteur ( Zil 135 ) de missile longue portée ! On est bien loin d’une Kalina ou d’une nouvelle Largus, fleurons de l’industrie automobile russe de 2011.

 

Jamais vous n’avez vu autant de mythes sur une même photo ! C’était en début d’été  pour les 50 ans de la Type E à Silverstone ! Impressionnant et une anglaise toujours aussi belle…

 

Une Alfa qui avait du chien et du charme à une époque où la gamme n’était pas constituée de 2 modèles dont un avec un moteur… 2 cylindres de 875 cm3. Voici une belle Alfa Romeo 1300 GT Junior

 

Direction Turin et le rallye avec trois reines de la discpline qui ont marqué de leur empreinte ce qui est l’un sport majeur du monde de l’auto. Turin et trois Lancia avec une Fulvia, une Stratos et une Delta.

 

Quand des hommes ont voulu marier le meilleur des technologies françaises et italiennes il y a près de 40 ans cela a donné la Citroën SM à moteur V6 Maserati et suspension hydraulique ! Hélas à l’époque la crise était déjà là ce qui faisait que le prix du super flirtait avec les 1.90 francs de l’époque ( ~ 0.30 cts d’euro ) et mit quasiment un terme à sa carrière qui aurait permis aux constructeurs français d’être encore présent dans le HDG et le premium mais non, à l’époque on préfera la 604 ou la R30 avec le fameux V6 PRV au fonctionnement bancal ( puisqu’initialement prévu pour être un V8 ) ou mieux, les GTD de chez Peugeot !

 

Des grandes allemandes statutaires et puissantes qui n’ont pas pu rester en service et qui finissent de mourir dans un champs au milieu d’autres voitures et tas de ferraille.

 

Une Ferrari 599 Fiorano bicolore que je trouve plus réussie et élégante dans cette livrée blanc mat et cappuccino !

 

La mode est aux petits utilitaires, voici deux propositions des années 70 avec un Transit Pepsi Cola et une VW Transporter T2 transformé en camion d’assistance Porsche ( pour une 911 ou une 914 de rallye )

 

Et pour finir, une belle photo de l’autodrome de Linas Monthlery avec un beau peloton de sportives en attente de pouvoir prendre la piste ! Il y a donc encore des amateurs de voitures en France, et vous aussi en êtes la preuve et les témoins.

 

Crédits photos : VeloceToday, Porsche, R&T, Octane, Ford, Bonhams.