La Type E Lightweight fut tout sauf une brillante voiture de course et pourtant, surement grâce à sa belle allure, son nom et son L6 3.8 L, elle est devenue une voiture quasi mythique. 

jaguar_e-type_lightweight_1964.3

C’est dans le courant de l’année 1963 que Jaguar via son service compétition décide de lancer dans le grand bain de la course la Type E. Ainsi nait la Type E Lightweight qui devait être produite à 18 exemplaires. Ce modèle est une Type E 3.8 L d’environ 340-350 ch allégée de 114 kg par rapport à une version standard. La voiture est belle mais pas assez performante en catégorie GT face aux allemandes et aux italiennes. Un triste événement met un terme prématuré à la carrière de la E-Type Lightweight en octobre 1964 lors d’une course qui se déroule sur l’autodrome de Montlhéry. Lors de l’accident deux pilotes trouvent la mort dont Peter Lindner qui était au volant de la Type E Lightweight « Low drag » immatriculée 4868 WK.  

Lindner avait pris livraison au printemps 1963. Cette Version dite « Low drag » avait été créée pour Le Mans et avait été dessinée par l’ingénieur Malcolm Sayer. Hélas au Mans, toujours pas de miracle et malgré une caisse allégée les 345 ch du moteur, les deux Jag’ engagées pour la course mancelle ne firent pas le poids face aux Cobra. Quelques mois après Le Mans, Peter Lindner engage son auto au Grand Prix de Paris qui se court sur le tracé de Montlhéry et nous connaissons la suite. 

Pas très bien nées, pas fiables les Type E ne furent pas de grandes compétitrices en GT notamment face aux GTO.
Jaguar avaient initialement prévu de construire 18 exemplaires de ce modèle mais finalement seuls 12 sortiront du service compétition, l’accident de Lindner ayant poussé Jaguar à stopper la fabrication de la Lightweight. 

Aussi pour commémorer les 50 ans du tragique événement de course et pour remplir son contrat originel, Jaguar a pris la décision de produire les 6 derniers exemplaires de la série. Les six Jaguar Type E Lightweight manquantes seront donc fabriquées entièrement à l’identique des modèles 1963 y compris pour la carrosserie en aluminium et le moteur L6 3.8 L de 265 ch. Elles seront toutes assemblées à la main par des ouvriers spécialisés de Jaguar dans les prochaines semaines. 

Ces 6 Jag’ anciennes mais neuves sont destinées en priorité à des clients reconnus de la marque au félin avec une priorité donnée aux collectionneurs de Jaguar de course. Le constructeur n’annonce aucune tarification pour l’instant. Il semble qu’au moins un exemplaire devrait être présenté fin juin lors du Festival of Speed à Goodwood. Sachant que onze des douze exemplaires sont encore sur la route, ce sont 17 des 18 Lightweight qui existeront réellement d’ici la fin de l’année.

Via Jaguar.