Infiniti Q50.0

Dévoilée lors du dernier salon de Genève, la nouvelle Infiniti arrive sur le marché et il est venu le moment pour la division luxe de Nissan de lancer la communication officielle qui nous prépare à découvrir cette familiale premium qui va succéder à la G que nous connaissons assez mal sous nos latitudes à cause d’une diffusion des plus confidentielles en Europe et encore plus en France (13 exemplaires vendus en France en 2012).

La G37 cède donc la place à cette nouvelle Q50 qui se place en concurrente directe de la nouvelle Lexus IS ainsi que des Audi A4, BMW Serie 3 ou Mercedes Classe C. Cette berline premium sera disponible avec deux motorisations, deux boites de vitesse et deux transmissions. La Q50 sera proposée sur notre marché avec les moteurs suivants :

– Diesel : L4 2.2 L, 170 ch, 400 Nm, Vmax : 230 km/h, 0 à 100 km/h en 8.5 secondes, consommation mixte : 4.5 L/100 km, émissions de CO2 : 114 g/km
– Hybride : V6 3.5 L, 364 ch, 546 Nm, Vmax : 250 km/h, 0 à 100 km/h en 5.2 secondes, consommation mixte : 6.5 L/100 km, émissions de CO2 : 155 g/km

Sachez que le moteur diesel qui est ici improprement appelé 2.2 L est un moteur Mercedes-Benz puisqu’il s’agit du L4 de 2143 cm3 connu sous l’appellation 220 CDI. La Q50 diesel est disponible soit avec la BVM6 soit avec la BVAS7 et la version hybride est proposée uniquement avec la BVAS7. De série l’Infiniti Q50 est une propulsion et on pourra disposer en option de la transmission AWD sur la version hybride.

La version hybride pourra bénéficier de la technologie « steer-by-wire » inspirée des systèmes de commandes que l’on trouve dans l’aéronautique. Le système de commande de direction proposé par Infiniti prend le nom de DAS (Direct Adaptive Steering) et il permet un paramétrage en continu de la direction tant sur sa réactivité et que sur son ressenti (le fameux toucher de route qui permet de savoir où l’on place les pneus de l’auto). Pour être en phase avec la réglementation actuelle, en plus de son système « Drive-by-wire », la Q50 pourvue du système DAS dispose en secours d’une traditionnelle direction à crémaillère avec liaison mécanique mais sachez qu’en fonctionnement normal ce système classique est désaccouplé.

La DAS fonctionne en transférant, par des liaisons électroniques, les impulsions générées par les manœuvres sur le volant aux roues avant via un petit moteur qui agit sur la crémaillère de la Q50. Selon le constructeur, le système élimine les pertes mécaniques et surtout les vibrations dans le volant ce qui est bon pour le confort de conduite (mais l’est ce vraiment pour la précision ?). La DAS et son électronique sont paramétrables par le conducteur via l’ écran tactile de la voiture. Le système dispose de 5  modes, c’est à dire 4 préréglés + un personnalisable qui permet au conducteur de choisir ses paramètres de retour de force et de temps de réponse de la direction, ceci selon sa façon de conduire ou son humeur du moment. La DAS intègre également le contrôle actif de sortie de voie (Active Lane Control) qui corrige les actions sur le volant notamment sur les voies d’entrée sur les voies express et les autoroutes.
Le système DAS est équipé, comme sur les avions, de redondances de sécurité avec une triple sauvegardes (3 modules de direction disposés en parallèle) afin de ne pas perdre le signal électronique en cas d’incident électronique, dysfonctionnement aléatoire ou choc.

Bien sur le principe est intéressant mais une fois de plus, on pousse en avant la surenchère électronique qui « déresponsabilise » le conducteur et dans le cas présent crée un surpoids puisque nous avons deux systèmes de direction au lieu d’un.

A son lancement, la Q50 sera proposée avec 4 niveaux de finition plus une série limitée suréquipée qui prend le nom de Q50 « Geneva Edition ». La nouvelle Infiniti se positionne clairement moins cher que la concurrence puisque le modèle d’entrée de gamme, déjà bien doté en équipements divers et variés, est facturé 34.800€ hors options. Pour retrouver tous les prix, toutes les options, tous les équipements et les spécifications c’est par là.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour découvrir les premières vidéos officielles de la Q50, elles sont ci dessous :

La génèse  de la Q50.

Carlos Ghosn et la Q50.

Diverses vidéos :

Présentation de la version motorisée par l’excellent V6 3.7 L (non dispo chez nous)

Produite dans l’usine de Tochigi au Japon, la voiture fera ses véritables débuts au salon de Francfort avant d’arriver à l’automne dans les très rares concessions Infiniti implantées dans l’hexagone. Reste une auto qui apparait plutôt bien née, plus élégante que la molle et massive M et une alternative encore une fois crédible face aux allemandes (idem Lexus IS) mais on pourra regretter l’absence d’une motorisation essence « intermédiaire » forte de 200 -220 ch et surtout la mise en place d’un véritable réseau de distributeurs en Europe qui fait qu’actuellement si on veut rouler différent, singulier, il vaut mieux être en Infiniti qu’en Ferrari !

Infiniti Q50.2

Infiniti Q50.8

Via Infiniti, Youtube.