S’il est bien un véhicule au parcours pré industriel chaotique, c’est bien le futur SUV sportif de Lamborghini. Existera pendant quelques mois ? Puis ne sera pas produit pendant 2 mois ? Puis retour sur la scène médiatique à l’occasion d’un salon… et au final après moults hésitations, les dirigeants du groupe Volkswagen, ceux d’Audi (propriétaire de Lamborghini) et Stephan Winkelmann ont décidé de donner une suite à l’Urus Concept et une descendance aux LM002 et Cheetah.

Lamborghini Urus.3

En janvier dernier, le patron de Lamborghini confirmait que la version de série l’Urus serait dévoilée en 2017 avant une mise sur le marché en 2018. Construit sur le même chassis que les futures générations des Q7 et Cayenne, le Lamborghini reposera donc sur la plateforme MLB qui servira aussi au grand et luxueux SUV Bentley. Pour des questions de rentabilité et de coût d’industrialisation, l’Urus ne sera pas fabriqué aux cotés des Huracan et Aventador mais aux cotés des ses cousins allemands et britanniques en… Slovaquie dans l’usine de Bratislava où le groupe automobile prépare déjà la venue de toute cette nouvelle génération de grands, puissants, luxueux et onéreux SUV.

Autre mise à jour ou mise au point concernant l’Urus; elle concerne la motorisation du SUV sportif. Alors que nous pensions tous que le V10 5.2 L ou le V12 6.5 L pourraient prendre place sous le capot avant du tout terrain, il semble que l’Urus, pour des questions de mix CO2 de la firme, c’est à dire d’émissions de CO2 et de consommations de carburant, passera de l’atmo au turbo.
Stephan Winkelman le reconnait lui même, l’Urus pourrait bien recevoir le premier moteur turbocompressé de l’histoire de la firme de Sant’Agata Bolognèse. Selon toute vraisemblance, le SUV italien accueillera dans son compartiment avant le récent moteur V8 4.0 L Biturbo que nous connaissons sur les S6, RS6, S7, RS7 et S8. Toutefois, si l’on en croit les dernières rumeurs, ce bloc de 3993 cm3 recevra une adaptation spécifique développée par les ingénieurs de Lamborghini.

Est ce à dire que les jours des V10 et V12 atmosphériques de la marque sont comptés, rien est moins sur, mais il faudra quand même se dire que les blocs moteurs des supercars évolueront sensiblement à l’horizon 2020, peut être avec l’arrivée de l’hybridation et… de la suralimentation. A suivre.

Via AutomobilWoche, Autoblog.