Lancia mort d'un italienne

          Seconde annonce en provenance du groupe Fiat, et plus particulièrement de Sergio Marchionne, qui concerne le devenir des marques italiennes du groupe. Après Alfa Roméo en début de semaine, c’est au tour de Lancia d’être concernée et d’entrer dans le jeu des possibles disparitions ou rebadging prévus par le CEO de Fiat.

Si l’on en croit les annonces faites depuis mercredi, le WSJ ce jour, BFM Eco ce soir, Sergio Marchionne serait bel et bien décidé à mettre un terme à Lancia sur la majorité des marchés d’exportation de la marque turinoise. Ainsi il ne subsisterait des Lancia qu’en Italie, France, Benelux et Espagne; plus de Lancia en Suiise, en Autriche, en Allemagne, en Grande Bretagne mais….des Lancia rebadgées Chrysler et vendues comme telles. Etrange démarche pour une marque qui vend encore plus de 103.000 autos par an en Europe alors que Chrysler a péniblement vendu 29.000 autos en 2008…Cherchez l’erreur.

Etrange démarche qui ne prend pas en compte les spécificités de chacune des clientèles qui n’ont vraiment rien en commun si ce n’est n’envie de rouler dans des autos différentes voire singulières ! Par ailleurs, il se pourrait bien que les futures Lancia ( remplaçantes des Phedra et Thésis soient basée sur une Chrylser et une Dodge mais ça nous en avons déjà parlé  ! . Reste tout de même en arrière plan la désagréable sensation que le tout US soit en fait la condamnation et la justification de la fermetures des usine italiennes du groupe Fiat et on a la désagréable impression que les usines américaines de Chrysler sont comme un nouveau jouet pour le « chairman » de Fiat . Alors bientôt nous auront sur nos marchés des Fiat mexicaines, des Lancia construites dans le Michigan et des Alfa Roméo produites au Canada. Mais le hic c’est qu’au delà de l’attrait qu’exercent les USA sur Sergio Marchionne, il est aussi entrain de mettre à mort, à petit feu, les marques emblèmatiques de l’Italie. Pour se rendre compte du problème et de l’effet qu’ont produit ces annonces, il faut aller sur le Net italien, sur les forums, blogs et autres sites pour se rendre compte de l’impact économique, social, culturel et identitaire que pourrait avoir la disparition d’ici quelques années de marque comme Lancia ou Alfa Roméo.

Et en Europe, il se posera vraiment la question de la crédibilté de Chrysler, de Lancia ou d’Alfa si ces marques n’ont plus rien de réel et de spécificique dans leur gênes, leurs conceptions car quel client se laissera berner par une opération de rebadging et une opération comptable et financière qui aura fait abstraction de l’aspect affectif, subjectif que font l’attrait pour une auto ou pour une autre. Enfin, pour revenir sur le rebadging, il ne faut pas oublier qu’il est en partie la cause de la faillite de GM, le client ayant à force perdu tous ces repères et intérets pour telle ou telle marque. Sergio Marchionne va prenre de gros risques en dévoilant dans quelques semaines des plans industriels qui vont peut être faire gagner un peu d’argent aux actionnaires mais qui risque de ruiner l’industrie automobile italienne à force de mélange, délocalisation et surtout forte diminution des ventes à client…..Vraiment dommage ! Une affaire turinoise à suivre en même temps que l’affaire milanaise dans les semaines qui viennent et avec quelques inquiétudes.

lanciachryslersalon

 Remarquez bien la Lancia sous le logo Chrysler et la 300C sous le logo Lancia ( image issue du dossier industriel dévoilé par Marchionne il y a quelques semaines, le message est insidieux et presque subliminal ! )

Via WSJ, Unica-Strada, BFM Eco.