Qoros, Geely, Chery, GAC, BYD, MG et quelques autres constructeurs automobiles chinois (sans parler des co-entreprises) semblent avoir passés la vitesse supérieure depuis quelques mois et se lancent, certes encore discrètement mais réellement, à l’assaut de marchés qui leur étaient jusque là fermés pour des raisons essentiellement techniques.

SAIC Roewe-MG.1

Le dernier constructeur chinois à se lancer dans la conquête des marchés européens est MG (filiale de SAIC qui possède aussi Roewe). La firme historique britannique, spécialiste des roadsters, est entrée dans le giron de SAIC au moment où le groupe British Leyland était dépecé. A la fin des années 90, on a souvent souri ou pleuré en se disant que les chinois ne feraient rien du nom. Aussi après quelques tentatives veines, quelques années à comprendre et adopter un esprit occidental sur le sujet, MG a redémarré au Royaume Uni dans l’usine de Longbridge. Il y eut d’abord la tentative de relance sans succès du roadster TF, puis vint la MG6, une berline cousine de la Roewe 550. Le démarrage fut laborieux et les premières années difficiles sur le seul marché anglais avec des mois à seulement quelques centaines d’unités vendues (essentiellement aux entreprises et aux loueurs). Et puis les autos se sont améliorées dans leur finition, MG a communiqué, fait de la compétition et s’est lancé dans le développement d’un moteur diesel indispensable en Europe. C’est ainsi que naquit le moteur EN590 Diesel de son nom commercial 1.9 L DTi-Tech qui est un L4 qui cube 1849 cm3 pour une puissance de 150 ch et 350 Nm. Et d’un coup d’un seul, ce moteur associé à une politique tarifaire agressive a permis à MG de remonter la pente et de toucher des volumes de ventes, décents quoiqu’encore un peu faibles.

Il y a quelques mois est arrivée la citadine MG3 qui semble trouver sa clientèle et dans quelques mois c’est un SUV que nous devrions voir arriver. Tout cela entrait dans le cadre d’un plan quinquennal lancé courant 2009 qui va arriver à son terme dans le courant de l’année 2014. Outre les évolutions de la gamme, ce plan prévoyait  la conception et le développement d’une série complète de nouveaux moteurs essence et diesel conformes aux normes et attentes du marché. Ces futurs moteurs sont développés en interne et selon SAIC, ils promettent toutes les nouveautés techniques, mécaniques et électroniques du moment. La nouvelle lignée de blocs moteurs disposera de plusieurs offres.
On commencera par le bloc NSE (New Small Engine) qui est un L3 1.0 L Turbo développant 102 ch. Ce moteur est destiné à se retrouver sous le capot de la MG3 et d’un futur petit crossover.
Une gamme NME (New Medium Engine) est prévue pour un peu plus tard et proposera un 1.2 L  et un 1.4 L Turbo mais nous n’en savons pas plus à leurs sujets pour le moment.
La gamme sera complétée par un moteur NLE (New Large Engine) qui est un L4 2.0 L turbo dont on attend entre 160 et 210 ch suivant les modèles auxquels il est destiné. Ce bloc devrait commencer sa carrière en fin d’année sous le capot du nouveau SUV dont nous vous parlions il y a quelques semaines.
Enfin SAIC travaille actuellement, en partenariat avec GM à la mise au point d’un ou deux blocs moteurs diesel qui viendront porter main forte au moteur EN590 Diesel. Ces moteurs diesel ne sont pas attendus avant deux ans au moins sous le capot d’une MG.
MG se met à la page dans tous les domaines puisque des évolutions sont attendues sur les actuelles BVM et BVA du groupe. Une partie des BVA utilisées par les marques pourrait bien disparaitre à moyen terme car le constructeur chinois travaille à la mise au point d’une ou deux nouvelles boites de vitesses à double embrayage.

Attendez vous à entendre parler de MG de nouveau dans les prochains mois car le constructeur annonce partir en 2015 à l’assaut du marché automobile de l’Union Européenne même si on ne connait pas actuellement les éléments qui permettront la création d’un réseau de vente et de service après vente. A suivre.

Via CarCarTime, AutoSohu, ChinaAutoNews.