Après un mois d’avril presque correct qui laissait quelqu’espoir pour une possible stabilisation du marché automobile français, le mois de mai 2012 est de nouveau en nette baisse avec -16.1% et seulement 165.776 voitures neuves mises à la route. Et presque tous les constructeurs boivent le bouillon malgré, semble t-il, un niveau correct de prise de commandes dans les concessions si l’on en croit les chiffres annoncés par la presse économique il y a quelques jours mais entre prise de commandes et immatriculations il y a toujours un délai de un à deux mois et l’on peut espérer que le joli moi de mai 2012 aura fait des immats en juin ou juillet prochain.

Crise, élections présidentielles, nombreux ponts, temps maussade, incertitude du lendemain, prix des carburants sont surement des facteurs qui ont compté au moment des décisions d’achat des français. Les marques françaises sont particulièrement touchées avec 24.290 voitures perdues par rapport à mai 2011. Les marques françaises représentent à elles seules plus de 70% du total des pertes d’immatriculation du marché ce que est très important quand on sait qu’elles ne représentent plus que 52.3% des ventes…

PSA est particulièrement touché avec un baisse globale des immatriculations du groupe franc comtois de 28.5% mais surtout une forte chute des ventes de Citroën qui plonge de 31.5% par rapport à l’an passé. Peuegot s’en sort à peine mieux avec -26.1% et doit essentiellement son salut aux premières immats de la 208 qui traine tout le groupe (DS3 est fortement à la baisse). Du coté de Renault on doit esquisser un petit sourire car si l’on baisse encore, c’est dans une moindre proportion puisque la chute n’est que de 15.1% (30.141 immats) et Dacia est à hausse avec +5% ce qui permet au groupe d’afficher une perte raisonnable de seulement -12%.

Du coté des marques étrangères, là aussi c’est le plongeon mais il est plus limité puisque si les françaises perdent 21.9%, les marques importées ne laissent que 8.8% de leur ventes sur le bas coté par rapport à mai 2011. Ainsi ce sont 79.059 autos qui ont été immatriculées ce qui représente près de 48% des immats du mois de mai.

Au chapitre des petits évènement, on notera la chute d’Audi (-12.1%) mais aussi celle de toutes les marques du groupe VW qui ne pouvait indéfiniment surnager. Le groupe wolfsbourgeois plonge de 11.8% bien aidé en cela par Seat qui est à -24.5%. A la peine, on notera le groupe Ford (-21.3%), Opel (-27.2%), Fiat (-21%), Alfa Romeo (-33%), Lexus (-23%), Smart (-35%). Certains comme BMW (-10.9%) perdent mais limite la casse, c’est le cas de Mini (-1.7%) ou Nissan (-4.1%) qui est une petite surprise !

Les “vainqueurs” ou les moins perdants sont Lancia (+168%) qui voit ses immats passer de 194 à 506 voitures, Chevrolet (+68.2%) qui semble grignoter un peu plus chaque mois la clientèle Opel, Hyundai (+40.9%), Kia (+15.2%), Toyota Groupe (+16.8%) dont +19% pour Toy’ et +25% pour Daihatsu et enfin Mercedes Benz qui est à la hausse avec +0.6% mais surtout dans l’attente de l’arrivée de la Classe A. Les autres marques importées limitent elles aussi la casse avec seulement -5.8% de baisse des immatriculations (dans cette catégorie, on n’oubliera pas le beau rebond en cours chez Volvo !).

Ci dessous, je vous propose de retrouver le Top 100 du marché VP en France depuis le 1er janvier (pour les VUL et tous les tableaux du CCFA, c’est tous les deux mois ou via le lien en fin d’article). On notera que deux VW sont dans le Top 10 et que la Megane (bien restylée et bien accompagnée par de la communication) est passée devant la Clio.

Au niveau du Top 100 des ventes, on remarque le retour en meilleure forme de la Sandero, l’entrée du Lodgy à la 93eme place et la persistante bonne santé du Nissan Qashqai qui est un vrai phénomène qui est sur une vitesse de croisière de 2600 ex/mois soit près de 30000 ex/an ! Bien joué de la part de Nissan sur ce coup mais succession à venir difficile et surtout à ne pas manquer ! Voilà quelques uns des éléments dont nous pourrons débattre après la lecture du sujet. Pour retrouver le dossier complet des équipes de François Roudier au CCFA, c’est par là.

http://www.ccfa.fr/IMG/pdf/dossier_de_presse_1er_juin_2012.pdf

Via CCFA.