Mercedes-Benz S 65 AMG (V 222) 2013

Chez Mercedes-Benz la classe S représente le summum du raffinement et du luxe, un véhicule tout entier dédié au confort et au bien être de ses occupants, et notamment ceux des places arrières. Mais avec cette version revisitée par AMG la meilleure place ne serait-elle pas celle du chauffeur ?

Quand une Mercedes passe entre les mains des ingénieurs de chez AMG c’est naturellement pour la rendre plus radicale, extrême, sportive et bien entendu unique… ou presque. A Affalterbach on est parfaitement habitué à ce genre de défi, d’une part parce que les précédentes classes S (W220 et W221) avaient elles aussi eu droit à leur petit traitement maison et d’autre part parce qu’on s’est déjà un peu fait la main sur cette W222 avec la version S 63 commercialisée il y a quelques semaines. En proposant cette nouvelle S 65 qui vient chapeauter la gamme, Mercedes souhaite donc offrir (enfin c’est un bien grand mot naturellement) à ses clients « un modèle hautes performances unique en son genre ».

Et la performance ça commence par un moteur d’exception, un V12, assemblé à la main et signé par l’ingénieur qui en est responsable, d’une cylindrée de 6 litres, suralimenté par deux turbos. Il développe ici la bagatelle de 630 ch. et un couple de camion de 1000 Nm. De quoi assurer à la limousine des chronomètres de super-sportive (le 0 à 100 est ainsi abattu en 4,3 secondes), des reprises de premier plan à toutes les vitesses ainsi que le titre glorieux de « véhicule le plus puissant de son segment ». Ce bloc est couplé à une boite automatique à 7 rapports dénommée 7G-Tronic Speedshift Plus AMG qui offre trois programmes d’utilisation, Controlled Efficiency, sport et manuel. Les deux derniers modes privilégient la sportivité en rendant les passages de vitesse plus rapides et en jouant également sur la sonorité du moteur alors que le premier se charge d’offrir une image écologique « acceptable » à ce véhicule. La consommation annoncée par Mercedes est cela dit tout à fait remarquable puisque la nouvelle S 65 consommerait près de 2,5 l/100 km en moins par rapport à sa devancière, là aussi c’est une performance, en affichant un très respectable (mais aussi certainement très hypothétique) 11,9 l/100 km. Signalons également que le moteur rejette 279 g. de CO2 au km (vous rajouterez donc un petit 8000 € à votre chèque…) et qu’il répond aux normes Euro VI.

Mais une Mercedes qui passe chez AMG ce n’est pas qu’un moteur, aussi impressionnant soit-il, sous un capot, c’est également de nombreuses autres modifications techniques. Les trains de roulement sont ainsi spécifiques à ce modèle mais restent accouplés au système Magic Body Control qui anticipe les inégalités de la chaussée (Gonzague vous en parlait ici) et l’ensemble est donc sensé offrir à la fois la précision de conduite et le confort. La direction paramétrique sport à assistance variable vient renforcer la précision de conduite et pour freiner le tout AMG propose en option un système de freinage en céramique composite avec des disques de 420 mm à l’avant. Ce système de freinage trouve sa place à l’intérieur de jantes en alliage forgées de 20 pouces dont les 16 branches ont été dessinées pour donner un aspect visuel encore plus grand, évoquer la sportivité en attirant le regard vers le moyeu central (qui donne l’illusion d’un moyeu unique type compétition) et naturellement permettre aux étriers de frein peints d’apparaître au grand jour.

Esthétiquement aussi la S 65 AMG reçoit de nombreuses modifications. A l’extérieur on remarquera (c’est fait pour) l’utilisation assez importante d’éléments chromés, notamment sur la face avant avec ces nouvelles entrées d’air dont le coté un peu voyant ne plaira peut-être pas à tout le monde et qui fait presque incongru sur cette limousine dont le style reste globalement très sobre et qui préfère en version classique diffuser son image luxueuse de manière subtile et raffinée. L’arrière est à mon sens nettement plus réussi, car plus discret, et on y remarque les quatre sorties d’échappement carrées, parfaitement intégrées, qui suggèrent bien plus efficacement le pedigree de l’engin et dont la sonorité a été travaillée. A l’intérieur les transformations sont plus parcimonieuses : sièges sports, seuils de porte AMG, monogrammes de la marque apposés de-ci de là et volant spécifique mais qui reste hélas identique dans sa forme à celui de la version classique, à deux branches, ce qui ne lui confère pas de caractère vraiment sportif. Enfin, le combiné d’instrumentation, intégralement sur écran TFT couleur haute résolution adopte le look AMG et des compteurs adaptés, ainsi le tachymètre est gradué jusqu’à 360 km/h… mais la voiture est bridée électroniquement à 250…

Notez encore que la S 65AMG ne sera disponible qu’avec l’empattement long et que sa présentation officielle aura lieu simultanément au Salon de Los Angeles et au Salon de Tokyo, deux manifestations qui se tiendront du 20 novembre au 1er décembre 2013. La commercialisation interviendra quant à elle en mars 2014. Et si d’ici là on peut l’essayer, je suis prêts à faire don de ma personne car j’ai l’esprit de sacrifice…

MàJ du 10/11/2014 : La S65 AMG en vidéo.

Via Mercedes-Benz, Youtube.