Cooper, Cooper S, JCW…. Les versions sportives de la Mini sont nombreuses. Mais voici l’arme ultime, celle qui ne pourra pas être dépassée : la John Cooper Works GP.

C’est plus de deux ans après la présentation d’un show car baptisé Mini John Cooper Works GP Concept (ouf !) lors du Salon de Francfort que Mini nous présente la version de série. Pour faciliter la rédaction de cet article, je vais prendre le parti pris de raccourcir en GP 2020, ça sera plus simple pour tout le monde.

Bonne nouvelle : le côté spectaculaire à la Need for Speed du concept est reconduit : l’aileron arrière monumental, les ailes très généreusement renflées, les boucliers plus agressifs et la double sortie de pot centrale, tout y est, et c’est tant mieux ! Il manque juste les extensions verticales des ailes arrière mais l’aileron est à lui seul est un morceau de bravoure qui va sans doutes susciter des vocations chez bon nombre d’accessoiristes. Notons d’ailleurs une course à l’armement pour cet appendice, prenant de plus en plus de volume au fil des versions depuis la première GP en 2006.

Mais la GP 2020 ce n’est pas que de la gueule, c’est aussi un moteur. Sous le capot nous retrouvons sans surprise le 4 cylindres turbo de 2 litres de la marque, partagé avec BMW. Poussé ici à 306 ch, il développe 450 Nm de couple dès 1750 trs/min. L’inflation galopante gagne la puissance, qui fait un bond de 75 ch par rapport à la génération précédente. Cette augmentation est obtenue grâce à un nouveau turbo, une nouvelle admission d’air et une injection optimisée.

La boîte de vitesse 8 rapports Steptronic intègre quant à elle un blocage de différentiel pour les roues avant. Elle est optimisée pour la conduite sportive, pouvant par exemple descendre plusieurs rapports en cas de forte accélération. L’échappement spécifique a été développé en prenant grand soin de son acoustique. Ceux qui ont déjà entendu un échappement de Mini JCW savent de quoi je parle. Le châssis, rabaissé de 10 mm, dispose de suspensions spécifiques. Les voies ont par ailleurs été élargies.

L’habitacle est également revu, dépouillé : plus de banquette arrière, mais une barre de renfort (rouge forcément), peu d’équipement superflus, même la climatisation automatique est supprimée de série, tout comme une partie de l’insonorisation. MINI ne communique hélas pas encore le poids de la voiture, c’est dommage.

La GP version 2020 sera disponible exclusivement en coloris Racing Grey, le toit et les coques de rétroviseurs étant en Melting Silver. Quelques touches de couleur rouge (parce que ça va vite), sont également disséminées sur les boucliers, l’aileron, les bas de caisse et les étriers de frein à 4 pistons. De toute évidence, la GP se fera remarquer en ville, si ce n’est pas par sa sonorité, ce sera par son allure de bête de circuit égarée sur les grands boulevards.

Les performances de cette petite bombinette sont des plus réjouissantes : VMax de 265 km/h, 0 à 100 km/h en 5,2 secondes. Une vraie petite bombe de nerf qui va chercher des compétitrices dans la catégorie supérieure. Oubliez les Abarth 695 et autres Suzuki Swift Sport, ici il faudra plutôt aller voir du côté des Megane RS ou autres Honda Civic R pour avoir de la concurrence. D’ailleurs, MINI annonce avoir claqué un temps inférieur à 8 minutes sur le Nürburgring. De quoi peut-être aller chercher la Mégane R.S. Trophy-R et ses 7 minutes 40 secondes ?

La production de la GP version 2020 sera limitée à 3 000 exemplaires seulement, livrables à partir d’avril/mai 2020. Le prix de base est de 44 900 €. Une version baptisée “Ultimate” sera proposée en France pour 5 000 € de plus, comprenant notamment la climatisation automatique, des sièges chauffants ou le GPS haut de gamme.

Crédits photos : MINI