Après Paris, Lyon Bordeaux, peut être une ville américaine, le groupe Bolloré, à l’origine d’Autolib’, a annoncé qu’il  s’implantera d’ici à 2016 au Royaume Uni et plus particulièrement à Londres. L’affaire devrait être facilitée par le fait que Bolloré a remporté il y a quelques mois l’appel d’offre pour les bornes de recharge qui vont être installées dans la capitale britannique.

Autolib à Londres en 2016

Depuis bientôt 30 mois, le système Autolib’ a fait ses preuves à Paris et séduit les utilisateurs des petites voitures électriques grises. Bolloré a profité de la chasse aux autos thermiques organisée dans Paris pour développer ses infrastructures et séduire les clients urbains. Ainsi au fil des mois les VE en libre partage sont vrai atout pour les déplacements dans les grands centres urbains et si cela fonctionne à Paris il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas à Londres qui est tout autant autophobe que la capitale française ne serait ce qu’au travers de la réduction du nombre des places de stationnement et du péage urbain.

Selon les propos du groupe Bolloré ce sont quelques 3000 Autolib’ qui pourrait traverser la Manche et prendre du service dans la métropole britannique. Le groupe industriel breton explique que l’investissement est de l’ordre de 120 millions d’euros environ et il devrait être rentabilisé en 42 mois environ si le service connait le même succès qu’en Ile de France. Vincent Bolloré d’expliquer :«  Dans les douze mois qui viennent, nous aurons nos premières Blue Cars à Londres . On devrait très bien performer à Londres parce qu’on profite de l’expérience de l’Ile de France. C’est une offre très intéressante parce qu’elle sera complémentaire de celle des transports publics, cela permet aux gens d’économiser de l’argent… et ça fait baisser le nombre de voitures en centre ville. »

A suivre dans les deux prochaines années et dès cette fin d’année puisqu’une centaine d’Autolib’ avec volant à droite seront mises en service avant les fêtes de Noël.

Via Bolloré, AP.