Ford Mustang ShelbyGT350.10

Ayé ! Après les spyshots, l’attente, le teaser, le stress, la voici enfin cette nouvelle version sportive de la pony car de Ford. Avec cette l’arrivée de cette nouvelle Mustang Shelby GT350, nous sommes au moins sûrs de trois choses :

1- elle tourne le dos au downsizing
2- elle snobe le turbo
3- elle adopte quelques solutions techniques qui font du V8 5.2 L une mécanique avec « des lettres de noblesse »

Une Shelby c’est d’abord une allure, une gueule reconnaissable entre mille et un méchant cobra fixé sur une calandre grillagée noire. La nouvelle Mustang Shelby GT350 arbore un kit aérodynamique spécifique qui se compose d’un nouveau bouclier avant avec lame de spoiler, d’un nouveau capot moteur avec bossage central, d’ailes avant redessinées et élargies, de bas de caisse réservés à cette version, d’un nouveau becquet et d’un pare choc arrière qui accueille dans sa partie basse un beau diffuseur encadré par 4 sorties d’échappement rondes et chromées qui permettent aux 8 cylindres de bien respirer et de bien chanter. En fait, toutes les pièces de carrosserie de la partie avant de l’auto sont spécifiques au modèle. L’ensemble a été étudié avec attention afin de favoriser l’écoulement du flux aérodynamique et le bon refroidissement de organes vitaux de la belle américaine.
Bien évidemment on retrouve les fameuses doubles bandes qui signent les Shelby et qui courent du bas du pare choc avant au diffuseur. Des vitres surteintées et des grandes roues en alu de 19 pouces finissent la belle allure sportive de cette GT350 2016.

Une Shelby, ce n’est pas seulement un look, c’est aussi un gros travail sur le chassis et bien évidemment sur le moteur. Sachant que la nouvelle Mustang profite d’un chassis 28% plus rigide que celui de l’ancienne version, les ingénieurs du constructeur de Dearborn ont pu installer sur cette version sportive de nouvelles épures de suspensions. Ford annonce ainsi une géométrie des trains roulants plus constante associée à de nouveaux ressorts affermis, une assise surbaissée par rapport à celle de la 5.0 GT et des amortisseurs MagneRide sur lesquels le conducteur pourra agir. Ford profite de l’occasion pour mieux asseoir sa sportive sur la route en élargissant les voies Av et Ar.
Mais ce n’est pas tout puisque la Mustang adopte un nouveau système de freinage renforcé développé en partenariat avec Brembo. Ce système associe des grands disques de 394 mm ventilés et percés à l’avant des disques du même tonneau mais légèrement plus petits à l’arrière (350 mm). Ces disques sont pincés par des gros étriers à 6 pistons à l’avant et 4 à l’arrière.
La sportive est posée sur de nouvelles jantes alu assombries en 10.5 x 19 et 11 x 19 chaussées en pneumatiques Pilot Super Sport développés spécialement par le manufacturier clermontois. On ne connait pas encore le poids exact de la GT350 mais Ford laisse clairement entendre qu’il a fait le nécessaire pour réduire la masse de l’auto avec notamment des ailes avant et un capot en aluminium. D’autres pièces ont été revues et modifiées afin de grapiller des grammes ou des petits kilos ici et là.

Après ces détails liés à l’apparence, au chassis et au système de freinage, il est venu le temps de soulever le capot de l’américaine et de découvrir la grande nouveauté de cette Shelby GT350, le nouveau V8 5.2 L. Si certains diront « Encore un gros V8 atmo US », d’autres rétorqueront « Oui mais quel V8 ! » et les amateurs que nous sommes seront tentés de se rallier au panache et à la technologie utilisés par Ford pour ce « small block » de nouvelle génération.
Ce 8 cylindres en V délaisse le vilebrequin classique dit en croix pour le vilebrequin à plat comme savent utiliser les constructeurs italiens depuis de très nombreuses années mais aussi Lotus sur l’ancienne Esprit V8 ou les F1. Ce vilebrequin à plat modifie pas mal de choses dans le fonctionnement du moteur et dans la structure mécanique de la voiture. Cela commence par un abaissement du centre de gravité du moteur du fait de la « platitude » de la pièce mécanique mais ce n’est pas tout puisque ce vilebrequin autorise une modification de l’ordre d’allumage des 8 cylindres d’environ 650 cm3 chacun (certains n’hésitent d’ailleurs pas à dire que l’on se rapproche du principe de l’association de deux L4 plutôt que de celui de paires de cylindres en V reliés ensemble les uns derrière les autres comme c’est souvent le cas sur les V8). Ce modèle de vilebrequin est en fait identique à celui d’un L4 sauf par le fait qu’un maneton loge deux bielles en lieu et place d’une seule et que ces dernières sont bien évidemment opposées dans la V du moteur.

Principe du vilebrequin à plat

Ainsi chaque explosion se produit tous les 180° (demi tour) et non tous les 90° (quart de tour) ce qui permet au bloc de disposer de meilleures aptitudes à prendre de la vitesse (de rotation). Si vous cherchez pourquoi les moteurs des italiennes prennent tant de tours et chantent si bien, ne regardez pas seulement du coté de la ligne d’échappement mais jetez un oeil sur le bas moteur ! Moins de masses décalées plus ou moins régulièrement offrent une aptitude au bloc de grimper plus vite dans les tours tout en permettant une meilleure évacuation des gaz d’échappement. Parcontre un vilebrequin à plat peut générer des vibrations supplémentaires ce qui n’est pas le cas du vilebrequin croisé.
Chez Ford, Jamal Hameedi, l’ingénieur en chef de Ford Global Performance Vehicles, n’hésite pas à dire que ce nouveau moteur reste un V8 américain mais avec un caractère singulier et un chant rauque qui lui est propre. A écouter donc…
Cette nouvelle mécanique développe plus de 500 ch et quelques 542 Nm mais Ford reste encore discret sur le sujet ce sera la surprise lors de la présentation de la voiture à Los Angeles.

Ce bloc moteur est associé de série à une classique BVM6 et à un différentiel Torsen à glissement limité qui permettra un meilleur contrôle et une répartition idéale de la puissance et du couple entre les roues arrières motrices. Ford semble tellement content de ce nouveau bloc qu’il n’hésite déjà pas à dire qu’il sera très vite un best seller. A vérifier mais plausible !

Ce moteur dispose d’une nouvelle ECU qui intègre un système qui offre 5 modes de gestion différents. Ceux ci permettent d’ajuster l’ABS, l’ESP, le TCS, la fermeté de la direction, la cartographie de l’accélérateur, le réglage des amortisseurs MagneRide et le paramétrage de l’échappement en fonction de l’utilisation de la Shelby GT350. Pour ceux qui veulent emmener la belle loin des nationales ou des autoroutes, des bords de mer où l’on cruise coude à la portière ou des Cars & Coffee, le constructeur propose deux options. D’une part un Track Pack qui prévoit de nouveaux radiateurs d’huile supplémentaires pour la mécanique mais aussi la transmission et d’autre part une barre anti rapprochement destinée aux chapelles du train avant ce qui est plus surprenant sur une telle voiture.

Ford est encore peu disert au sujet de l’habitacle mais nous savons toutefois que la Mustang Shelby GT350 délaissera ses sièges sports de série pour faire place à de beaux et efficaces baquets Recaro. Un nouveau volant avec méplat est aussi de la partie et les chromes ainsi que les pièces brillantes disparaissent. Cet accastillage intérieur laisse la place à des pièces sombres ou noires ne serait ce que pour éviter les flashs éblouissants dus au soleil qui pourraient gêner un pilote en pleine bourre lors d’un tour chrono.

Nous en apprendrons encore plus durant cette semaine d’ouverture du Los Angeles Auto Show lorsque Ford aura dévoilé sa nouvelle sportive. Reste maintenant, pour nous européens, à savoir si Ford exportera cette GT350 vers le vieux continent fin 2015 ou en 2016 où s’il faudra se contenter des modèles actuels.

Pour découvrir les premières images de la nouvelle Mustang Shelby GT350 en mouvement et en nouveau V8 majeur c’est par là :

Ford Mustang ShelbyGT350.14

Via Ford, MoteurPassion, Youtube.