“Le marché européen s’effondre et les mesures utilisées jusqu’à aujourd’hui pour s’adapter à la baisse les volumes de production ne suffisent plus. L’heure du chômage partiel qui garantit les emplois est donc venu”. Ce sont les propos tenus par  Holger Kimmes, membre du directoire d’Opel qui a en charge la gestion du personnel.

En grande difficulté sur le marché européen la marque allemande vient donc de décider 20 jours de chômage partiel pour les ouvriers des sites de Russelsheim et Kaiserslautern afin de faire baisser les volumes de production et donc les stocks du constructeur. Les 7000 ingénieurs du centre de Recherche et de Développement de Rüsselsheim ne sont pas concernés par cette mesure par contre les “cols blancs” (administration et services) des sites concernés passeront eux aussi dès le mois d’octobre prochain par une période de chômage partiel dont la durée n’est pas encore connue. Ces mesures de chômage sont actées et entérinées par la direction d’Opel mais aussi par l’Etat allemand qui finance cette période chômée imposée aux ouvriers d’Opel.

Via Opel.