On a parfois du mal à se dire que cela fait 5 ans que la Rolls-Royce Ghost a été présentée pour la première fois dans sa version de série (Salon Automobile de Francfort 2009 pour être exact), et encore plus pour sa grande soeur, la Phantom, qui souffle sa onzième bougie. Cette dernière a reçu un restylage en 2013, et c’est à présent à la Ghost de passer par cette case.

Au premier abord, peu de changements, on reste avec un imposant véhicule qui respire le luxe, motorisé par le même V12 de 6.6L développant 563ch pour 780Nm de couple (moteur basé sur celui de la BMW 760i) associé à une boîte de vitesses automatique à 8 rapports. Seuls les phares, avec des feux de jour à LED faisant tout le contour du phare, les pares-chocs, et la fameuse « waft line » dont la ligne devient résolument plus moderne (regarder le véhicule de profil pour saisir la différente, et c’est résolument plus moderne !) sont perceptibles en ce qui concerne les changements. Et à moins d’en voir passer tous les jours, d’être un fin connaisseur, ou encore d’en posséder une, c’est en général tout ce que l’on peut constater au premier coup d’oeil.

Dans le rayon subtilité, Rolls-Royce nous offre donc, pour l’extérieur, un nouveau capot, des inserts chromés sur les entrées d’air, de nouvelles jantes 19 pouces (et du 21 pouces en option), et surtout, de nouvelles peintures.
Les phares deviennent à présent des pleins phares perpétuels  : Les pleins phares sont permanents mais dès qu’un véhicule est dans le champs de vision, la lumière est « déviée » afin que les autres conducteurs ne soient pas éblouis (système qui semble proche de l’Active High Beam Control de Volvo).

L’intérieur gagne de nouveaux sièges avant, des sièges arrières qui ont la capacité de se tourner légèrement l’un vers l’autre (ça semble mieux que de tourner la tête), un nouveau revêtement pour le tableau de bord, un encadrement chromé de l’éclairage du pare-soleil, et deux nouveaux placages artisanaux qui s’ajoutent à la gamme Bespoke.

L’infotainment n’est pas en reste puisque la partie audio semble avoir reçue énormément de soins avec le Bespoke Audio : un système à 18 enceintes (!) qui s’ajustent selon le niveau de bruit extérieur, avec en plus de ça une correction automatique de fréquence et de phase.
La voiture embarque le Wi-Fi afin de redistribuer aux passagers une connexion internet, ainsi qu’une interface proche de celle utilisée dans les dernières BMW. Les commandes se font via une molette tactile qui reconnaît les caractères latins, arabes et mandarins : quand on sait que la Chine est devenue le premier marché de Rolls-Royce avec 28% des ventes en 2013, on comprend tout de suite mieux pourquoi cela a été intégré.

La transmission est héritée de la Wraith, sortie en 2013 : la SAT (Transmission Assistée par Satellite) utilise les coordonnées GPS pour anticiper un virage et engager le meilleur rapport en fonction du style de conduite du conducteur chauffeur.
Les suspensions ont été retravaillées pour un comportement amélioré en courbe, et la Ghost II peut être commandée avec le pack conduite dynamique donnant accès à ce qui paraît impossible : un réglage différent des suspensions pour une conduite plus dynamique et sportive, sans sacrifier le comportement et le confort à bord. On ne demande qu’à essayer !

Avec un prix de base supérieur à 200.000€, elle est une sérieuse concurrente face aux Bentley Mulsanne et Flying Spur, et possiblement à la future Mercedes Classe S Maybach si cette dernière entre en production.